Escota et le franchissement de l’Autoroute : l’interview de Philippe-Emmanuel Daussy
Lundi 29 octobre 2012

Signature ce matin entre la CASA, le Conseil Général, Escota et les villes d’Antibes, de Valbonne et de Vallauris d’un protocole d’accord relatif au franchissement de l’Autoroute et à l’amélioration des accès à Sophia Antipolis. Rencontre avec le Président d’Escota, Philippe-Emmanuel Daussy pour évoquer les enjeux de ces aménagements routiers pour la société qui exploite l’autoroute. Des travaux essentiels pour faciliter l’accès à l’autoroute et limiter les risques pour la sécurité des usagers provoqués par les bouchons qui s’étendent sur la voie d’arrêt d’urgence.

Sophia : un accord pour faire sauter les bouchons de l’Autoroute
Lundi 29 octobre 2012

Signature ce matin entre la CASA, le Conseil Général, Escota et les villes d’Antibes, de Valbonne et de Vallauris d’un protocole d’accord relatif au franchissement de l’Autoroute et à l’amélioration des accès à Sophia Antipolis. Rencontre avec Jean Leonetti pour évoquer l’importance de ces aménagements routiers, non seulement pour faire sauter un point noir routier qui génère aujourd’hui des embouteillages quotidiens aux heures de pointe, mais aussi pour favoriser le développement de la technopole.

Sophia : le campus Atman ouvre ses portes
Vendredi 28 septembre 2012

L’Atman Osteopathic Campus a été inauguré hier à Sophia Antipolis. Rencontre avec le Directeur fondateur du centre Atman, qui concrétise un rêve vieux de 25 ans avec l’ouverture de ce campus accueille près de 500 étudiants auxquels il délivre une formation opérationnelle de 6 années post-bac. Marc Bozzetto nous parle de cet équipement de tout premier ordre et évoque également les bienfaits de l’ostéopathie particulièrement utile dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau, mais qui est aussi une redoutable arme anti-stress, particulièrement utile sur le territoire d’une technopole quand on sait que le stress est le mal principal dont souffrent les employés des entreprises de Sophia Antipolis.


Un nouveau magazine sur Sophia Antipolis
Lundi 24 septembre 2012

Présentation jeudi dernier au Sophia Country Club de Sophia Mag, un nouveau magazine sur la technopole sophipolitaine. Rencontre avec sa Rédactrice en chef qui se lance dans une nouvelle aventure avec un magazine à double entrée s’intéressant à Sophia Antipolis, mais également à la Métropole Nice Côte d’Azur et à son Eco Vallée. Janny Lumeau évoque les raisons qui l’ont poussées à relever ce challenge et nous parle du contenu que l’on pourra trouver dans son magazine.

Sophia : premiers pas pour la pépinière d’entreprises
Mardi 18 septembre 2012

Le Business Pôle de Sophia Antipolis est devenu véritablement opérationnel lundi avec l’installation officielle des deux incubateurs et de la pépinière d’entreprises qui y sont implantés. Rencontre avec Jean Leonetti qui évoque l’importance de cet équipement qui était le chaînon manquant de la chaîne de l’innovation sur Sophia. Le Président de la CASA nous parle également du nouveau souffle que l’on ressent actuellement sur la technopole azuréenne qui vient d’inaugurer son campus Sophi@Tech, fait évoluer sa gouvernance, améliore son offre de transport et organise son développement à l’horizon 2020.

Sophia 2030 : donner de la cohérence au développement de la technopole
Mardi 22 mai 2012

Le projet Sophia 2030, dont l’objectif est de donner de la cohérence au développement de Sophia Antipolis, a été présenté hier au siège de la CASA. Rencontre avec Jean Leonetti pour évoquer les solutions imaginées par 3 cabinets d’études pour structurer l’espace en reliant les différentes zones de Sophia, et utiliser de la meilleure façon les terrains mis à disposition par l’Etat sur le secteur du Fugueiret. Pour lui, l’avenir de Sophia se dessine en forme de 8, symbole d’équilibre et d’éternité.

Marc Daunis dessine le futur de Sophia Antipolis
Mardi 13 mars 2012

Sophia Antipolis a profité du MIPIM qui vient de se dérouler à Cannes pour livrer les premiers résultats des études d’aménagement et d’urbanisme que la technopole a commandées avec l’Etat sur son devenir à l’horizon 2030. Rencontre avec le Sénateur Maire de Valbonne, Marc Daunis, pour dégager les premiers enseignements de cette réflexion et évoquer les pistes qui commencent à se dégager sur l’avenir de Sophia Antipolis.


François Bayrou : " Les entrepreneurs sont ceux qui vont réarmer la production française "
Lundi 27 février 2012

Après le Salon de l’Agriculture hier, François Bayrou était aujourd’hui à Sophia Antipolis où était organisée une rencontre avec les entrepreneurs. Des entrepreneurs sur lesquels il compte pour réarmer la production française afin de relever le défi de la reconquête des marchés. Rencontre avec le candidat à l’élection présidentielle pour évoquer les enseignements qu’il tire de sa visite de la technopole, ainsi que de sa campagne qui doit lui permettre de convaincre les français qu’il incarne une vision nouvelle susceptible de redresser le pays en se débarrassant des réflexes habituels des deux grands partis qui se partagent le pouvoir.

Michel Vauzelle : « Je ne comprend pas Nicolas Sarkozy»
Mardi 14 février 2012

Michel Vauzelle, le Président du Conseil Régional, était lundi à Sophia Antipolis pour signer avec Jean Leonetti un contrat de partenariat avec la CASA qui marque l’engagement de la Région, pour près de 25 millions d’euros, au financement des projets structurants de la Communauté d’Agglomération. Michel Vauzelle revient pour nous sur la signification politique de cette signature et sur le paradoxe des régions à qui les élus locaux demandent toujours plus, tandis que l’Etat souhaite qu’elles réduisent leurs dépenses.

La CASA et la Région actent leur partenariat
Mardi 14 février 2012

Michel Vauzelle, le Président du Conseil Régional, était lundi à Sophia Antipolis pour signer avec Jean Leonetti un contrat de partenariat avec la CASA portant sur la période 2009-2013 et qui marque l’engagement de la Région, pour près de 25 millions d’euros, au financement des projets structurants de la Communauté d’Agglomération. Rencontre avec le Ministre Maire d’Antibes pour évoquer cette convention signée avec un peu de retard, mais pour laquelle se négocie déjà un prolongement


NVIDIA s’implante et embauche sur Sophia Antipolis
Mercredi 1 février 2012

NVIDIA a ouvert lundi les portes de son centre de recherche basé à Sophia Antipolis. Le leader mondial des processeurs et des cartes graphiques pour ordinateur s’y est implanté récemment par le biais du rachat de la société britannique Icera, l’un des leaders des modems pour la téléphonie mobile. Rencontre avec Fabrice Moyzan, le responsable du site NVIDIA afin d’évoquer les raisons de l’implantation sur la technopole de la société californienne qui a l’intention d’embaucher 37 ingénieurs pour accompagner son développement.

Sophia Antipolis, Présidentielle, Sénat : l’année 2012 vue par Marc Daunis
Mardi 31 janvier 2012

A la veille du dernier jour du mois de janvier, il était encore temps lundi d’interroger le Sénateur Maire de Valbonne sur ses vœux pour l’année 2012. Une année que Marc Daunis espère être celle du changement à l’occasion de l’élection Présidentielle. Si celle-ci était favorable à François Hollande, le Sénat dont il fait désormais partie de l’exécutif, aurait un rôle particulier et inédit à jouer.


Sophia: la bonne santé de SKEMA Business School
Jeudi 26 janvier 2012

Deux après sa création après la fusion du CERAM Sophia Antipolis et de l’ESC Lille, SKEMA Business School a désormais totalement digéré sa crise de croissance et affiche une bonne santé fort de ses 166 professeurs permanents et de ses 6 100 étudiants répartis sur 6 sites à travers le monde. Rencontre avec sa Directrice Alice Guilhon qui fait le point sur cette réussite, et en particulier sur le développement de cette grande école de commerce à l’étranger.

A la découverte de l’Observatoire de la Côte d’Azur
Jeudi 10 novembre 2011

L’Observatoire de la Côte d’Azur vient récemment d’implanter un télescope au Centre International de Valbonne. L’occasion de rencontrer son Directeur Farrokh Vakili qui nous explique cette décision et évoque plus généralement les différentes missions de l’Observatoire qui regroupe 4 laboratoires faisant travailler 300 scientifiques et une centaine d’ingénieur et de techniciens.

CASA, 10 ans d’une belle aventure : l’interview de Jean Leonetti
Jeudi 13 octobre 2011

La CASA a fêté lundi soir ses 10 ans d’existence en présence de tous les maires, actuels et passés, qui ont été aux commandes des 16 communes de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis au cours de ces 10 dernières années. Rencontre avec son Président, Jean Leonetti pour évoquer les 10 ans de cette belle aventure, ainsi que les projets de la CASA pour les 10 ans à venir.

Journée mondiale du Cœur : la Maison du Cœur se mobilise
Jeudi 29 septembre 2011

A l’occasion de la Journée Mondiale du Cœur qui a lieu aujourd’hui, la Maison européenne du Cœur basée à Sophia Antipolis s’est mobilisée pour sensibiliser le grand public à la prévention des maladies cardiovasculaires. Rencontre avec Isabel Bardinet, Directrice de la Société Européenne de Cardiologie pour évoquer le thème de cette journée du Cœur 2011 et présenter les missions de la Maison Européenne du Cœur.


Plateforme d’imagerie de l’IPMC à Sophia : de nouveaux outils pour pénétrer le cœur du vivant
Jeudi 23 juin 2011

Une nouvelle plateforme d’imagerie du vivant, dotée de microscopes de dernière génération permettant de mieux observer le comportement des cellules, a été inaugurée vendredi dernier à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire de Sophia Antipolis. Rencontre avec le Directeur de l’IPMC, Pascal Barbry, pour évoquer les progrès susceptibles d’être engendrés par ces nouveaux équipements, ainsi que les recherches menées au sein de l’IPMC.

Eric Besson en visite chez Gemalto
Lundi 30 mai 2011

Après avoir assisté à Nice à plusieurs démonstrations d’utilisation de la technologie du sans contact, Eric Besson, le Ministre de l’Industrie, s’est rendue à Sophia Antipolis dans les locaux de Gemalto, une entreprise qui développe des applications pour faciliter le développement du paiement sans contact. Eric Besson qui a bien voulu répondre à nos questions à l’issue de sa visite.

Visite à Sophia sur fond d’Europe pour le Préfet de Région
Lundi 9 mai 2011

Hugues Parant, le Préfet de Région Provence Alpes Côte d’Azur, était en visite samedi à Sophia Antipolis, le matin pour inaugurer de nouveaux équipements de recherche à l’INRA, et l’après midi à l’INRIA pour mettre en exergue l’importance des fonds européens dans le financement de la recherche. Rencontre avec Hugues Parant pour qui cette visite à Sophia Antipolis avait une signification particulière.

Jean Leonetti lance la concertation sur le bus-tram
Mardi 3 mai 2011

Jean Leonetti a lancé hier la concertation publique sur le projet de bus-tram qui doit relier en 2016 Antibes à Sophia Antipolis. Rencontre avec le Président de la CASA pour évoquer le tracé retenu et ses attentes quant à la concertation qu’il souhaite engager dans un climat apaisé.

Le gestionnaire du complexe aquatique de Sophia désigné : l’interview de Marc Daunis
Mercredi 15 décembre 2010

Le Conseil Communautaire de la CASA a approuvé lundi soir la signature du contrat de Délégation de Service Public portant sur la gestion du complexe aquatique en cours de construction à Sophia Antipolis, au cœur de la technopole et à proximité des résidences étudiantes et des axes de circulation des transports en commun. Un complexe composé d’un bassin sportif de 25 mètres par 15, de bassins de loisirs, de deux spas et d’un espace fitness, ainsi que d’un restaurant avec terrasse extérieure. C’est donc la société Espace Récréa qui, pour une durée de 6 ans à compter de son ouverture au printemps 2012, sera chargée de gérer l’ensemble de ce complexe aquatique construit par la CASA avec un investissement de 15,5 millions d’euros.
Parmi les offres des 6 candidats, celle d’Espace Récréa s’est rapidement dégagée. Il faut dire qu’au terme d’une bonne négociation, la proposition formulée semble très intéressante pour la CASA puisque, fait rarissime pour ce type d’équipements généralement déficitaires, la société ne demande aucune subvention à la collectivité. Seule ombre au tableau, le prix assez élevé du droit d’entrée individuel, fixé à 6 euros. Mais, outre qu’il existera différentes formules de réduction, rien n’empêche les différentes communes d’aider leurs populations à accéder à cet équipement, ce que s’apprête à faire la commune de Valbonne dont le Maire Marc Daunis, plutôt partisan à priori d’une gestion en régie, s’est rangé au choix d’une DSP, au moins pour les 6 premières années d’exploitation.


Une toiture solaire sur le Drakkar : l’interview de Philippe Wernert
Vendredi 5 novembre 2010

La plus grande centrale solaire photovoltaïque intégrée au bâti du département vient d’être inaugurée à Sophia Antipolis sur les toits de l’immeuble Drakkar appartenant à la SCI Espaces Vaisseaux. L’occasion de rencontrer le Président de son Directoire, Philippe Wernert pour évoquer les raisons qui ont incité cette société, propriétaire de 40 000 m2 d’immobilier d’entreprise sur la technopole, à implanter des panneaux solaires sur le toit du Drakkar, ce qui lui a permis de faire évoluer un bâtiment qui avait 26 ans, et de le faire entrer dans cette nouvelle dynamique des bâtiments intelligents producteurs d’énergie.
Philippe Wernert nous parle également des activités du groupe Directoire Finance Holding dont la SCI Espace Vaisseaux est une filiale qui porte l’ensemble du patrimoine immobilier sur Sophia. DFH qui vient notamment de se diversifier en ouvrant sur la technopole des locaux d’activité au sein de l’espace Cargo.

Une toiture solaire sur le Drakkar : l’interview d’Olivier Paquier
Vendredi 5 novembre 2010

Inauguration, vendredi dernier à Sophia Antipolis, de la plus grande toiture solaire intégrée au bâti du département des Alpes-Maritimes. L’occasion de rencontrer Olivier Paquier pour parler des principales caractéristiques de cette centrale solaire dont la production est de 176 Méga Watts heure/an, ce qui représente l’équivalent de la consommation en électricité de 82 foyers.
Le PDG d’EDF ENR, qui compte bien poursuivre son implantation dans le département, évoque également les perspectives de développement de l’énergie solaire dont le coût est encore un peu élevé et qui a encore besoin de mesures d’incitation et d’un cadre réglementaire qui permettent d’accompagner sans à coups le développement de cette énergie d’avenir.

Centre de vie de SKEMA : l’interview de Marc Daunis
Samedi 30 octobre 2010

Le Centre de vie de SKEMA Business School a été inauguré mercredi dernier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Marc Daunis très heureux de pouvoir assister à l’inauguration de ce projet intelligent qui parie sur la jeunesse. Pour le Sénateur Maire de Valbonne, cet espace de convivialité et de travail va donner un nouveau lieu de vie à la technopole qui en manque encore et qui doit travailler son projet humain. La Ville souhaite d’ailleurs, dans le futur, ouvrir ce centre de vie vers la place Sophie Laffitte afin de renforcer ce pôle de centralité historique de Sophia.
Avec l’avancée du chantier du Campus STIC, cette inauguration du Centre de vie de SKEMA montre la vitalité de Sophia Antipolis qui, malgré la crise qui ne l’a pas épargnée, continue cependant à créer des emplois et à progresser.

Un nouveau Centre de vie pour SKEMA Business School
Samedi 30 octobre 2010

Inauguration mercredi à Sophia Antipolis du Centre de vie de SKEMA Business School qui hébergera, à compter du début de l’année 2011, une cafétéria, une médiathèque et des espaces réservés aux associations étudiantes de l’école. Il permettra ainsi de créer un lieu de vie, fonctionnant 7 jours sur 7, qui ne dépende pas de bâtiments de cours fermés le dimanche.
Après la résidence étudiante de 186 logements inaugurée l’an dernier, ce centre de vie est la seconde phase d’un vaste projet de 22 millions d’euros indispensable, selon son initiateur, Dominique Estève, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, pour améliorer les conditions de vie des étudiants de SKEMA et réduire leurs déplacements logement/travail.

SKEMA, un an après : l’interview d’Alice Guilhon
Mercredi 27 octobre 2010

Il y un an le CERAM Sophia Antipolis et l’École Supérieure de Commerce de Lille fusionnaient pour créer SKEMA Business School, la première grande école française en nombre d’étudiants, la seconde en nombre de professeurs et la troisième en terme de budget. Rencontre avec sa Directrice Générale, Alice Guilhon, pour dresser un premier bilan de cette fusion et évoquer les perspectives de développement de SKEMA.
Pour Alice Guilhon, le bilan de la fusion est plus que positif, tant sur le plan structurel que culturel, d’autant plus que de nouveaux projets ont pu se mettre en place, comme le lancement du campus de SKEMA aux Etats-Unis. L’école n’oublie cependant pas son double ancrage local, comme le montre l’inauguration aujourd’hui d’un centre de vie dans lequel seront regroupés pour les étudiants la cafétéria, la vie associative et la médiathèque, donc tout un espace pour faire en sorte qu’ils se sentent bien sur le campus de Sophia.

Campus STIC et nouvelle gouvernance de Sophia : l’interview de Jean Léonetti
Vendredi 22 octobre 2010

Eric Ciotti, le Président du Conseil Général, accompagné du Préfet des Alpes-Maritimes, Francis Lamy, du Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti et du Président de l’Université Nice Sophia Antipolis, Albert Marouani, était en visite en début de semaine sur le chantier du Campus STIC, le plus grand chantier en cours actuellement dans le département. L’occasion de rencontrer Jean Léonetti satisfait de l’avancement de ce projet d’envergure qui avoisine les 80 millions d’euros et qui, après avoir connu du retard à l’allumage, a désormais pris sa vitesse de croisière, ce qui devrait permettre une livraison, comme prévue, pour la rentrée universitaire 2012.
Le Président de la CASA, intronisé quelques minute plus tôt par Eric Ciotti comme patron de Sophia Antipolis, évoque également cette nouvelle gouvernance de la technopole qui se précise et dont l’orientation stratégique sera présentée dans quelques jours.

Projet Ambition Grande École : l’interview de Jean Claude Barrois
Jeudi 4 mars 2010

Skema Business School a signé hier à Sophia Antipolis une convention avec le Lycée Beau Site et l’association Réussir Aujourd’hui relative à la mise en œuvre du projet Ambition Grande École. L’occasion de rencontrer Jean Claude Barrois pour qui ce projet est la preuve que l’action portée par son association depuis plusieurs années commence à porter ses fruits.
Le Président de Réussir Aujourd’hui, évoque la façon dont son association intervient concrètement dans ce projet, notamment par le biais du tutorat grâce à l’implication de jeunes retraités mettant leurs riches expériences au service d’élèves issus de quartiers défavorisés, pour leur permettre de décoder le monde. Une action qui jusqu’à présent concernait les élèves de première et de terminale, et qui avec cette convention va se prolonger durant l’année de classe préparatoire.

Projet Ambition Grande École : l’interview d’Alice Guilhon
Jeudi 4 mars 2010

Dans le cadre des « Cordées de la réussite », un dispositif lancé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et celui de la Politique de la Ville, Skema Business School a signé hier à Sophia Antipolis une convention avec le Lycée Beau Site afin d’apporter une aide à ses élèves issus de quartiers défavorisés pour préparer les concours d’entrée aux grandes écoles de commerce. L’occasion de rencontrer Alice Guilhon pour qui ce projet Ambition Grande École constitue aussi un moyen d’apporter du sang neuf à son établissement, en dénichant des talents trop souvent laissés de coté car ne rentrant pas dans le moule traditionnel du recrutement.
La Directrice de Skema évoque ensuite la façon dont sa Business School apporte son soutien à ses élèves, en collaboration avec de grandes entreprises qui étaient souvent le chaînon manquant des cordées de la réussite.

Projet Ambition Grande École : l’interview de Georges Bijaoui
Jeudi 4 mars 2010

Signature hier à Sophia Antipolis d’une convention entre le Lycée Beau Site à Nice, Skema Business School et l’Association Réussir Aujourd’hui actant la mise en œuvre du projet Ambition Grande École s’inscrivant dans le cadre des « cordées de la réussite » lancée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et celui de la Politique de la Ville. L’occasion de rencontrer Georges Bijaoui pour qui ce projet constitue le projet phare de son établissement en amenant les élèves des séries STG sur les voies d’excellence.
Un moyen pour le Proviseur du Lycée Beau Site de rétablir une certaine égalité des chances pour des élèves issus de quartiers défavorisés. Des jeunes qui ont du talent, mais pratiquent souvent une forme d’autocensure qui les éloigne des grandes écoles, alors qu’ils sont tout à fait capables de devenir de grands managers.

Skema et le Lycée Beau Site s’unissent pour renforcer l’égalité des chances
Jeudi 4 mars 2010

Présentation hier à Sophia Antipolis du projet Ambition Grande École, mené dans le cadre d’un dispositif national « Les Cordées de la réussite » mis en œuvre par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et celui de la Politique de la Ville. Un projet par lequel Skema Business School va aider les élèves issus de quartiers défavorisés du Lycée Beau Site à Nice, à préparer les concours d’entrée aux grandes écoles de commerce.
Un moyen de dénicher des talents parmi ces jeunes issus de la diversité et de les aider à briser une forme d’autocensure qui les pousse à ne pas suivre les voies d’excellence. Un moyen aussi pour Georges Bijaoui, le Proviseur du Lycée Beau Site, de rétablir une certaine égalité des chances.

BaTICEco 2010 inaugure le nouveau format des salons de l’Agora Einstein
Jeudi 28 janvier 2010

BaTICEco, qui se déroule aujourd’hui et demain à Sophia Antipolis, inaugure le nouveau format des salons organisés par le groupe CARI à l’Agora Einstein. Des salons qui se transforment en Business Forum avec de nombreuses sessions consacrées à la formation délivrée par des entreprises comme EDF, Veolia ou le CSTB pour BaTICEco consacré aux solutions innovantes dans la construction ou la rénovation de bâtiments.
Pour Isabelle Denayer, Directrice de l’Agora Einstein, l’évolution souhaitée par CARI correspond à la volonté de se démarquer des nombreux salons qui fleurissent aujourd’hui sur le Développement Durable, pour proposer une manifestation répondant aux besoins concrets des entreprises.

La mobilité intelligente pour améliorer l’accès à Sophia Antipolis
Mercredi 13 janvier 2010

Élu récemment Entrepreneur de l’Année pour son engagement sociétal, Georges Dao, le Président de CARI, est également l’un des chefs de file de l’Alliance 3D 06 qui regroupe une trentaine de chefs d’entreprise du département souhaitant faire avancer 3 dossiers prioritaires : l’OIN de la Plaine du Var, l’Institut du Développement Durable et les Transports dans les Alpes-Maritimes.
Une action qui commence à porter ses fruits dans le domaine de l’utilisation de la mobilité intelligente pour améliorer l’accès à Sophia Antipolis. L’ADEME et l’INRIA vont élaborer les outils permettant de mesurer les effets sur la circulation de l’utilisation de nouveaux modes de déplacement, ou d’un changement de comportement.

Première pierre du Campus STIC : l’interview d’Albert Marouani
Mardi 15 décembre 2009

La première pierre du Campus STIC, qui devrait accueillir 1 500 étudiants à compter de la rentrée 2012, a été posée hier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Albert Marouani qui considère que, même s’il s’est fait attendre, le lancement des travaux de ce campus est une chance pour l’Université Nice Sophia Antipolis puisque, outre l’accueil de structures existantes aujourd’hui dispersées, il permettra de créer de nombreuses synergies favorisant le développement de l’université.
Son Président compte bien d’ailleurs que celle-ci figure parmi les 10 campus d’excellence qui bénéficieront au niveau national de la manne du Grand emprunt. Pour cela, il entend proposer un projet de grande envergure qui s’appuie sur le Campus STIC, mais le dépasse en englobant notamment le projet de création de l’Institut du Développement Durable à Nice au sein de l’OIN.

Première pierre du Campus STIC : l’interview d’Eric Ciotti
Mardi 15 décembre 2009

Après bien des péripéties et quelques années de retard, la première pierre du Campus STIC a été posée hier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Président du Conseil Général soulagé de voir enfin démarrer ce campus prometteur et surtout heureux de lancer ce projet d’avenir le jour même où Nicolas Sarkozy a fixé les priorités du Grand emprunt dans lesquelles ce campus s’inscrit totalement.
Pour que le chantier puisse débuter, Eric Ciotti reconnaît avoir pris quelques risques puisque son financement de 72.3 millions d’euros n’est pas encore totalement bouclé. Mais pour lui, il s’agit là d’un pari sur l’avenir car ce campus qui doit ouvrir ses portes à la rentrée 2012 va permettre à la technopole, et plus largement à l’ensemble du département de franchir un nouveau cap pour relever les défis du futur et augmenter encore le rayonnement international du territoire.


Première pierre pour le Campus STIC qui lorgne sur le Grand emprunt
Mardi 15 décembre 2009

Coïncidence des dates, c’est à peine quelques heures après l’annonce par le Président de la République des priorités du Grand emprunt, faisant la part belle à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, qu’a eut lieu hier à Sophia Antipolis, la pose de la première pierre du Campus STIC qui compte bien profiter de la manne du Grand emprunt.
Pour son Président, Albert Marouani qui souhaite bien évidemment que l’Université Nice Sophia Antipolis figure parmi les 10 campus d’excellence sélectionnés au niveau national, il sera nécessaire pour être retenu de bâtir un projet ambitieux de grande envergure qui dépasse le seul Campus STIC, en englobant notamment l’Institut du Développement Durable en projet sur l’OIN.

5ème Forum des Pôles de Compétitivité : l’interview de Pierre Laffitte
Samedi 7 novembre 2009

Les principaux dirigeants de pôles de compétitivité et de clusters, français et étrangers étaient réunis jeudi et vendredi pour le 5ème Forum des Pôles de Compétitivité organisé par la Fondation Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer son Président, Pierre Laffitte, pour parler du thème central des discussions cette année : l’internationalisation des pôles. Une internationalisation très propice à l’innovation et donc vers laquelle les pôles doivent se diriger même si au départ ils ont été créés pour regroupés des forces sur un territoire local ou régional.
Une ouverture sur l’international qui correspond bien à la philosophie de Sophia Antipolis qui regardait hors des frontières dès sa création, il y a 40 ans. Un anniversaire fêtait à partir de lundi par une double exposition, l’une tourné vers le passé et l’autre vers l’avenir en mettant en lumière les thèses réalisées sur la technopole.

Forum des Pôles de Compétitivité : l’interview de Jean Claude Nataf
Samedi 7 novembre 2009

Le grand rendez-vous annuel des pôles de compétitivité s’est déroulé jeudi et vendredi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Président du Pôle SCS pour évoquer tout d’abord le thème central des débats de ce 5ème Forum : le développement de la coopération internationale des pôles. Un domaine dans lequel le Pôle SCS fait figure de pionnier, et qui devrait évoluer dans les 3 prochaines années vers plus d’accords dans la R&D.
Jean Claude Nataf évoque ensuite le nouveau « contrat de performance » qui lie désormais le Pôle SCS à l’Etat. Un contrat établi comme dans une entreprise avec des objectifs très précis dans un grand nombre de domaines, comme le nombre d’adhérents du pôle, le nombre de brevets déposés, d’emplois créés ou encore sur le degré d’autofinancement de la gouvernance du pôle, un domaine sur lequel l’Etat ne doit pas aller trop loin sous peine de voir les pôles s’éloigner de leurs objectifs de base.


Le Pôle SCS, pionnier de la coopération internationale
Vendredi 6 novembre 2009

Le 5ème Forum des Pôles de Compétitivité s’est ouvert hier à Sophia Antipolis. Un forum devenu au fil des ans un rendez vous incontournable pour le Président du Pôle SCS, Jean Claude Nataf, à qui il permet de multiplier les contacts soit avec les dirigeants de clusters internationaux intervenant dans le même domaine d’activité, soit avec des utilisateurs de produits développés par le Pôle SCS.
Des rencontres d’autant plus importantes avec la nouvelle priorité de la phase « 2.0 » de la politique des pôles de compétitivité, invitant les pôles à renforcer leurs coopérations internationales. Un domaine au centre des débats de ce 5ème Forum, et dans lequel le Pôle SCS fait figure de pionnier.

Université Nature Environnement : l’interview de Josette Dejean
Mercredi 28 octobre 2009

L’Université Nature Environnement vient d’ouvrir une antenne à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Josette Dejean pour parler de cette université hors du commun s’adressant à des étudiants de tous âges, et dispensant ses enseignements sur le terrain, en plein cœur de la nature. Des enseignements juste pour le plaisir de se cultiver et de découvrir les merveilleuses beautés de la région méditerranéenne. La fondatrice de l’U.N.E. ne se contente plus de s’intéresser à la montagne ou à la forêt, mais fait également découvrir la mer à ses étudiants, au rythme d’une sortie chaque semaine au bord de l’eau.
Josette Dejean vient d’ailleurs publier un nouvel ouvrage « Apprendre la mer », le 25ème d’une carrière d’écrivain scientifique consacrée à la vulgarisation de la nature. Une activité très complémentaire de celle menée à la tête de l’Université Nature et Environnement.

U.N.E. : une université juste pour le plaisir d’apprendre dans la nature
Mercredi 28 octobre 2009

Créée il y a 4 ans par Josette Dejean, une enseignante passionnée par la nature sous toutes ses formes, l’Université Nature Environnement, l’U.N.E., n’est pas une université comme les autres, même si l’on y enseigne la botanique. Ici, pas de peur des examens ni de cours obligatoires à suivre, mais juste le plaisir de se cultiver et de découvrir les merveilleuses beautés de la région méditerranéenne grâce aux sorties organisées chaque week end.
Car l’U.N.E., qui vient d’ouvrir une antenne à Sophia Antipolis au CERAM Bachelors, offre la particularité de dispenser ses enseignements dans la nature, en partant à chaque fois d’observations réalisées sur le terrain.

Résidence étudiante du CERAM : l’interview de Marc Daunis
Lundi 12 octobre 2009

Inauguration de la résidence étudiante du CERAM et lancement des travaux du Centre de Vie, vendredi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Marc Daunis très heureux de ces investissements qui viennent corriger l’image de la technopole à un moment où l’on parle beaucoup du désengagement de certains groupes. Pour le Sénateur Maire de Valbonne, ce pari sur l’avenir consolide l’implantation de l’enseignement supérieur sur Sophia Antipolis ce qui est absolument majeur pour son avenir.
Cette opération va également lui permettre d’engager la requalification de l’un des centres historiques de Sophia Antipolis autour de la Place Sophie Laffitte, en l’inscrivant dans une nouvelle stratégie de développement de la technopole, car celle imaginée il y a 40 ans a aujourd’hui pris un coup de vieux.


Résidence étudiante du CERAM : l’interview d’Eric Ciotti
Lundi 12 octobre 2009

Inauguration de la résidence étudiante du CERAM, vendredi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Président du Conseil Général, une institution qui est intervenue à double titre dans la construction de ces 183 logements, d’abord en subventionnant largement cette opération prolongée par la création d’un centre de vie. Le Conseil Général est aussi intervenu directement dans la construction de cette résidente étudiante par l’intermédiaire de sa SEM Habitat 06 qui a remporté le concours pour en être l’opérateur.
Pour Eric Ciotti, la réalisation de ce campus du CERAM est très importante pour le développement de la technopole de Sophia Antipolis dont l’avenir passe par l’existence d’un grand pôle universitaire. Le Conseil Général est d’ailleurs maître d’œuvre, à quelques centaines de mètres de celui du CERAM, du grand projet de Campus STIC dont les travaux devraient enfin redémarrer d’ici la fin de l’année.

Résidence étudiante du CERAM : l’interview de Dominique Estève
Lundi 12 octobre 2009

La résidence étudiante du CERAM a été inaugurée vendredi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Président de la CCI Nice Côte d’Azur qui a porté ce projet, pour parler de cette réalisation exemplaire à plus d’un titre, à commencer par ses délais record de construction. Dominique Estève évoque également la qualité architecturale de ce bâtiment HQE qui s’intègre parfaitement dans le site exceptionnel de Sophia Antipolis.
Une résidence étudiante qui sera bientôt complétée par un centre de vie permettant la création d’un véritable campus sur Sophia au moment où le CERAM, avec sa fusion avec l’École Supérieure de Commerce de Lille réalisée durant l’été, prend une nouvelle dimension et entre, avec plus de 6 000 étudiants, dans la cour des très grandes écoles de commerce.

Le CERAM inaugure sa résidence étudiante
Lundi 12 octobre 2009

Inauguration vendredi à Sophia Antipolis de la résidence étudiante du CERAM qui, avec ses 183 logements, donne véritablement corps au projet de création d’un campus sur la technopole, d’autant plus qu’elle sera bientôt complétée par un centre de vie dont les travaux ont été lancés lors de cette inauguration. Un centre de vie comportant un restaurant, une médiathèque et des salles de réunion afin de permettre aux étudiants de vivre complètement leur après cours à proximité de leur lieu d’études.
Un équipement qui pour Alice Guilhon, la Directrice du CERAM Business School, s’inscrit totalement dans la stratégie de son établissement, et répond à un véritable besoin au moment où celui-ci ne cesse de grandir.

Fermeture de Wipro à Sophia: l’interview de Marc Daunis
Vendredi 11 septembre 2009

En lutte depuis la décision de la multinationale indienne de fermer son site de R&D implanté à Sophia Antipolis, les salariés de Wipro ont reçu hier le soutien des élus du Conseil Régional et du Sénateur Maire de Valbonne. L’occasion de rencontrer Marc Daunis pour Wipro constitue le parfait symbole de ces multinationales qui profitent de la crise en fermant certains sites alors qu’elles font des bénéfices et profitent de certaines aides importantes de l’Etat.
Même si cette fermeture intervient après des licenciements chez Texas Instrument et Alcatel Lucent, Marc Daunis ne veut pas parler de menace sur l’emploi à Sophia Antipolis qui au final résiste plutôt mieux à la crise que d’autres sites. Pour autant, il veut mobiliser tous les acteurs pour faciliter le reclassement des salariés concernés, notamment en favorisant l’essaimage, une solution d’avenir pour la technopole.

Fermeture de Wipro à Sophia: l’interview de Jérôme Vanthournout
Vendredi 11 septembre 2009

Les élus du Conseil Régional sont venus hier apporter leur soutien aux salariés de Wipro, en lutte depuis la décision de la multinationale indienne de fermer son site de R&D sur Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le représentant des salariés pour qui cette décision est arrivée par surprise, venant d’un groupe qui réalise des bénéfices, et sur le point de signer un gros contrat pour le site. Pour Jérôme Vanthournout cette fermeture est une grosse déception, d’autant plus que la reprise en 2006 de Newlogic par Wipro avait été accueillie avec enthousiasme par les salariés.
Des salariés qui réclament aujourd’hui la mise en œuvre d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi similaire à ceux en vigueur dans les entreprises comparables du secteur. Jérôme Vanthournout évoque également des pistes pour le reclassement des salariés, passant notamment par de l’essaimage qui pourrait concerner la moitié des salariés.

Wipro : les salariés n’ont pas vu le coup venir
Vendredi 11 septembre 2009

Wipro, une multinationale indienne, va fermer son site de Recherche et Développement implanté à Sophia Antipolis, condamnant ainsi au chômage 61 personnes, alors même que le groupe continue à faire des bénéfices. Hier, symboliquement, les salariés de Wipro se sont rendus en procession à leur enterrement, après avoir reçu le soutien des élus du Conseil Régional.
Pour Jérôme Vanthournout, représentant des salariés, cette fermeture est d’autant plus un coup de massue, que le personnel avait accueilli l’arrivée du groupe indien en 2006, avec beaucoup d’optimisme. Wipro avait d’ailleurs adopté la technologie développée à Sophia Antipolis dans Wifi, avant que cette fermeture n’arrive par surprise.

Rentrée 2009 du CERAM: l’interview d’Alice Guilhon
Jeudi 3 septembre 2009

Première rentrée, hier à Sophia Antipolis, pour la nouvelle plus grande école française en terme d’étudiants, qui est née cet été de la fusion entre le CERAM Business School et l’ESC Lille. L’occasion de rencontrer la Directrice de la nouvelle structure qui souhaite mettre en place un nouveau modèle éducatif afin de faire face aux fractures et aux inégalités générées par la globalisation. Un modèle qui repose sur le partage de valeurs communes comme le multiculturalisme et la volonté d’entreprendre.
Pour Alice Guilhon, la fusion n’est pas une simple addition de deux campus, mais doit combiner les forces des deux écoles pour créer des synergies en cassant le modèle traditionnel des grandes écoles. Une fusion qui est également un projet de territoires qui s’appuie sur les campus existants, tout en en créant de nouveaux à l’étranger comme aux Etats-Unis, où il sera proche des grandes entreprises internationales.

CERAM : première rentrée pour une nouvelle école
Jeudi 3 septembre 2009

Rentrée particulière hier au CERAM à Sophia Antipolis, puisque c’est la première depuis la fusion cet été avec ESC Lille, qui permet à la nouvelle entité de devenir la première grande école française en nombre d’étudiants (5600), et la seconde en nombre de professeurs permanents (138).
Mais pour Alice Guilhon, la Directrice de la nouvelle structure, cette fusion n’est pas une simple addition de deux campus, mais vise surtout en s’appuyant sur un partage de valeurs communes comme le multiculturalisme ou la volonté d’entreprendre, a créer un nouveau mode d’apprentissage en « double boucle » permettant de mieux faire face aux fractures générées par la globalisation, et de se remettre en cause en permanence.

CERAM, Chine, Tunisie: l’interview de Michel Henry Bouchet
Jeudi 16 juillet 2009

Michel Henry Bouchet, l’un des meilleurs experts de la Global Finance va donner une nouvelle orientation à sa carrière en prenant une année sabbatique pour s’occuper cette fois du développement du micro crédit en Tunisie. L’occasion de rencontrer celui qui dirigeait le centre d’expertise Global Finance du CERAM Business School de Sophia Antipolis pour parler tout d’abord d’une autre de ses expériences, puisque c’est lui qui a coordonné le séjour des 80 premiers étudiants du CERAM dans le tout nouveau campus du CERAM implanté en Chine.
Il évoque ensuite les raisons de son choix d’aller aujourd’hui dans les pays du Maghreb pour développer le micro crédit en s’appuyant à la fois sur le concept né en Inde sous l’impulsion du prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus, mais également sur les principes très prometteurs de la finance islamique.

Michel Henry Bouchet : de la global finance au micro crédit
Jeudi 16 juillet 2009

Après s’être illustré cette année en coordonnant le séjour de 80 étudiants pionniers dans le tout nouveau campus du CERAM implanté en Chine, Michel Henry Bouchet, l’un des meilleurs experts de la Global Finance dont il dirigeait notamment le centre d’expertise du CERAM à Sophia Antipolis, va donner une nouvelle orientation à sa carrière, en prenant une année sabbatique pour s’occuper cette fois du développement du micro crédit en Tunisie.
Lui qui a passé de nombreuses années à Washington à prêter de l’argent aux pays émergeants, puis à les conseiller pour restructurer leurs dettes, va maintenant les aider à développer le micro crédit pour créer des emplois. Il nous explique les raisons de son choix.

Énergies renouvelables : la Chine s’est déjà éveillée !
Mercredi 8 juillet 2009

Le salon international des solutions énergétiques innovantes, ENR Agora qui vient de se dérouler à Sophia Antipolis a choisi cette année de porter un regard sur les expériences menées à l’étranger dans le domaine des énergies renouvelables. Ainsi, Ann Shao, sinologue consultante en Business & Développement, a montré que la Chine a fait de ce secteur l’une de ses priorités en investissant beaucoup d’argent, et pas seulement pour ses besoins intérieurs.
La Chine est déjà un leader dans le domaine de l’éolien et de l’énergie solaire et compte rapidement exporter une partie de sa production, même si elle a encore besoin d’une expertise technologique, ce qui offre de véritables opportunités aux sociétés européennes.

Les énergies renouvelables, une solution pour l’Afrique
Mercredi 8 juillet 2009

ENR Agora, le salon des solutions énergétiques innovantes, vient de se dérouler à Sophia Antipolis. L’occasion de porter un regard sur les expériences menées à l’étranger dans le domaine des énergies renouvelables. Ainsi, Michel Courillon, Directeur de l’action internationale de l’ADEME, a dressé un état des lieux sur ce qui est entrepris en Afrique où une bonne partie de la population n’a pas accès à l’électricité.
Des programmes internationaux commencent à venir en aide aux pays africains dans ce domaine, et la création récente d’un Agence Internationale des Énergies Renouvelables est une bonne nouvelle, car les ENR offrent une palette de solutions pour permettre à l’Afrique d’accéder à l’énergie.

Convention entre le CERAM et le Comité Régional Olympique: l’interview d’Ivan Coste
Mardi 7 juillet 2009

Le CERAM Business School et le Comité Régional Olympique et Sportif ont signé hier à Sophia Antipolis une convention qui va permettre aux étudiants en management de mieux appréhender la réalité du sport de haut niveau. L’occasion de rencontrer celui qui est à l’origine de ce partenariat, Ivan Coste, professeur de marketing au CERAM. Il nous parle des raisons qui l’ont poussé à vouloir mettre en œuvre cette convention.
Pour lui, le sport fait aujourd’hui partie intégrante de l’économie de la connaissance, si chère au CERAM, et avec sa professionnalisation, le sport de haut niveau offre aujourd’hui de nombreux débouchés aux étudiants, avec de nouveaux métiers dont le CERAM assure aujourd’hui la formation. Le CERAM qui met également en œuvre une politique pour faciliter la conciliation entre les études d’une grande école et la poursuite de la pratique d’un sport de haut niveau.

Le Comité Régional Olympique et Sportif s’engage avec le CERAM
Mardi 7 juillet 2009

Signature hier à Sophia Antipolis d’une convention entre le Comité Régional Olympique et Sportif et le CERAM Business School. Une convention qui va permettre aux étudiants en management de mieux appréhender sur le terrain la réalité du sport de haut niveau qui offre aujourd’hui de nombreux débouchés.
Pour Pierre Cambréal, Président délégué du CROS, rien ne remplace ses allers retours entre les cours et le terrain. Grâce à cette convention qui concrétise une collaboration déjà ancienne, de nombreux stagiaires travailleront sur l’organisation d’événements sportifs, mais aussi sur des sujets comme les femmes et le sport, l’intégration ou le développement du sport dans les quartiers sensibles.

Le Pôle SCS face au Ministre de l’Industrie: l’interview de Laurent Londeix

Le nouveau Ministre de l’Industrie est allé vendredi à Sophia Antipolis pour dialoguer avec les principaux acteurs du pôle SCS. L’occasion de rencontrer Laurent Londeix qui ressent la nomination de Christian Estrosi à ce poste stratégique comme une chance pour faire avancer plus rapidement les dossiers, d’autant plus que le grand emprunt national pourrait servir à financer certains projets.
Le Directeur Régional de France Telecom, Vice Président du Pôle SCS, évoque également la manière dont les pôles de compétitivité présents sur Sophia vont s’impliquer dans le domaine des éco technologies que le gouvernement entend mettre en avant. Un domaine dans lequel le pôle SCS dispose déjà d’une certaine expertise reconnue au plus haut niveau puisqu’il vient d’être désigné comme centre de référence de traçabilité RFID, ainsi que celui sur la santé à domicile et l’autonomie.


Sa rencontre avec le Pôle SCS: l’interview de Christian Estrosi
Vendredi 3 juillet 2009

Neuf jours après son retour au gouvernement, Christian Estrosi est allé ce matin, à Sophia Antipolis, à la rencontre des principaux acteurs du Pôle SCS. L’occasion de rencontrer le nouveau Ministre de l’Industrie pour qui cette rencontre est d’abord un retour aux sources, 4 ans après sa venue sur la technopole pour annoncer la création des pôles de compétitivité. Des pôles qui pour lui peuvent jouer un rôle d’accélérateur pour la sortie de crise. Ils pourront financer une partie de leurs projets innovants grâce au grand emprunt national qui sera lancé l’an prochain.
Christian Estrosi souhaite également que le pôle SCS et les autres pôles présents sur Sophia s’engouffrent rapidement dans le nouveau créneau des éco technologies, quitte même à créer un pôle spécifique. Enfin, il a tenu à adresser un message purement local pour répondre à une soit disant mise en concurrence entre Sophia et l’Eco Vallée, ce qui pour lui serait une absurdité.

Fusion CERAM – ESC Lille: l’interview d’Alice Guilhon
Mercredi 1 juillet 2009

Sensation hier dans le monde des grandes écoles de commerce où le CERAM Business School de Sophia Antipolis et l’ESC Lille ont annoncé leur fusion. L’occasion de rencontrer Alice Guilhon pour qui cette fusion va permettre au nouvel ensemble de sortir du carcan traditionnel de l’enseignement du management. La Directrice du CERAM, qui prendra la direction du nouveau groupe, évoque la stratégie future de la nouvelle entité qui se positionnera sur la thématique de l’économie de la connaissance en accentuant sa présence à l’étranger.
Après la Chine, où le CERAM vient d’ouvrir son campus et le Maroc où l’ESC Lille est implanté, de nouveaux campus devraient voir le jour rapidement aux Etats-Unis, en Inde et au Brésil, puis ensuite en Russie, voire en Australie. Alice Guilhon évoque enfin les conséquences pour les étudiants de cette fusion effective dès aujourd’hui, même si la nouvelle marque sera véritablement opérationnelle à la rentrée 2010.


Le CERAM et l’ESC Lille fusionnent pour construire un nouveau modèle d’école de commerce
Mercredi 1 juillet 2009

Le CERAM Business School de Sophia Antipolis a annoncé hier sa fusion avec l’École Supérieure de Commerce de Lille pour construire un nouveau modèle d’école de commerce, au plus près des nouvelles réalités économiques. Une fusion qui constitue une grande première à cette échelle puisque la nouvelle entité sera forte de 5 600 étudiants et disposera de 3 sites en France et de plusieurs campus à l’étranger.
Pour Dominique Estève, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur gestionnaire du CERAM, cette fusion n’est en rien défensive, mais vise à relever un challenge en mettant en commun les moyens de ces deux écoles pour accroître leur visibilité à l’international. Il nous en précise les raisons.


Le porte parole du PS en visite à Sophia Antipolis: l’interview de Benoît Hamon
Jeudi 25 juin 2009

Le porte parole du Parti socialiste était hier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Benoît Hamon pour parler tout d’abord de sa rencontre avec des syndicalistes et des salariés de la technopole, concernés par la mise en œuvre de plans sociaux. Actualité oblige, nous lui avons également demandé ses impressions sur le remaniement ministériel qui signe selon lui la fin de l’ouverture.
Benoît Hamon revient ensuite sur les raisons de l’échec douloureux du PS aux élections européennes et nous donne sa priorité actuelle : construire un projet répondant concrètement aux problèmes réels des français. Un projet qui doit s’ouvrir aux autres partis de gauche avec lesquels il souhaite entamer des discussions, non seulement sur le projet, mais aussi sur les moyens de choisir un candidat qui puisse battre Nicolas Sarkozy en 2012. Il se déclare ainsi favorable à l’organisation de primaires ouvertes à tous les électeurs de gauche.

Sophia : Benoît Hamon veut mettre un frein aux licenciements
Jeudi 25 juin 2009

Benoît Hamon, le porte parole du Parti Socialiste était hier en visite à Sophia Antipolis où il a notamment rencontré des syndicalistes et des salariés concernés par la mise en œuvre de plans sociaux dans le secteur de la micro électronique. Des licenciements réalisés par des grands groupes qui gagnent de l’argent, mais qui préfèrent délocaliser certains emplois vers des pays où la main d’œuvre est moins chère.
Pour Benoît Hamon, il est urgent que le gouvernement intervienne pour renchérir le coût de ce type de licenciements, afin de les rendre inefficaces sur le plan économique. Quoi qu’il en soit, la mise en œuvre de ces plans sociaux montre qu’aujourd’hui, personne n’est à l’abri de la crise économique.


Deux ministres en visite au CSTB : l’interview de Bertrand Delcambre
Vendredi 19 juin 2009

Coup sur coup deux ministres, Luc Chatel et Christine Boutin, viennent de visiter le CSTB implanté à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Bertrand Delcambre pour évoquer les principales missions du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, avant de parler des projets phares développés à Sophia Antipolis.
Le Président du CSTB présente ainsi les travaux menés sur la réalisation de maquettes virtuelles, concernant parfois l’ensemble d’une cité comme celle pour la ville de Cannes. Des maquettes qui sont des outils d’aide à la décision très précieux au moment de choisir un projet de construction. Bertrand Delcambre évoque également le Laboratoire Gerhome dans lequel sont testés des services facilitant le maintien à domicile des personnes âgées. Un projet, mené en collaboration avec l’INRIA et le CHU de Nice, qui devrait déboucher dans les années qui viennent sur le déploiement de nombreuses solutions au niveau national.

Lancement imminent pour l’aménagement des Clausonnes
Mercredi 17 juin 2009

Sophia Antipolis, qui fête en 2009 ses 40 ans d’existence, continue à se développer. Marc Daunis, le Sénateur Maire de Valbonne, vient d’annoncer le lancement imminent d’une nouvelle Zone d’Aménagement Concertée au lieu dit Les Clausonnes. Une ZAC résolument écologique qui permettra de consolider l’art de vivre Sophipolitain.
Située à proximité de l’accès de l’autoroute, elle accueillera de nombreux commerces autour de l’équipement de la maison, même si elle offrira également des lieux d’implantation aux entreprises traditionnelles de la technopole, ainsi que des services logistiques. De quoi répondre à la volonté de la collectivité de créer des emplois diversifiés sur Sophia Antipolis.

La Ministre du Logement en visite au CSTB : l’interview de Christine Boutin
Mardi 16 juin 2009

La Ministre du Logement était hier à Sophia Antipolis pour visiter le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. L’occasion de rencontrer Christine Boutin pour évoquer les projets développés au sein du CSTB, notamment celui du Laboratoire Gérhome, qui préparent au logement du 21ème siècle qu’elle appelle de ses vœux. Un logement conçu non pas comme une boite dans laquelle l’on met une personne, mais au contraire construit autour de l’homme en lui apportant de nouveaux services.
Un logement qui doit également occuper une grande place dans le Grenelle de l’Environnement en étant une source importante d’économies d’énergie. Un projet exemplaire dans ce domaine de logement sociaux en cours de réalisation à Antibes a d’ailleurs était présenté à Christine Boutin qui en profite pour affirmer la nécessité de poursuivre les efforts afin que la France rattrape son retard en matière de logement social.


Christine Boutin prépare le logement du 21ème siècle au CSTB
Mardi 16 juin 2009

Christine Boutin, était hier en visite à Sophia Antipolis au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. Une visite dans le cadre du programme de recherche et d’expérimentation « Logement design pour tous », lancé par la Ministre du Logement dont l’objectif et de repenser la conception des logements pour mettre l’homme au cœur de cette démarche.
Des logements qui doivent intégrer au mieux les nouvelles technologies afin d’offrir de nouveaux services à la population, ce qui est le cas dans le Laboratoire Gerhome développé au sein du CSTB où sont testés de nombreuses solutions innovantes pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Des projets qui préparent au logement du 21ème siècle selon Christine Boutin.


Convention entre le CERAM et la CASA : l’interview de Marc Daunis
Dimanche 14 juin 2009

Signature vendredi par la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis d’une convention avec le CERAM Business School. L’occasion de rencontrer Marc Daunis pour parler de l’importance de ce partenariat, non seulement pour Valbonne, mais surtout pour l’ensemble de la technopole qui a plus que jamais besoin d’être le théâtre d’une fertilisation croisée entre la recherche et les entreprises.
Dans ce cadre, la présence et le développement d’une grande école de commerce est stratégique pour le Sénateur Maire de Valbonne afin que l’innovation débouche sur des marchés et des emplois. Des emplois qui ne peuvent pas tous concernés des cadres supérieurs, d’où la nécessité d’une diversification. Marc Daunis évoque le lancement imminent de l’aménagement de la zone des Clausonnes dont il nous précise le cadre qui s’inscrira dans une logique de développement durable.


Convention entre le CERAM et la CASA : l’interview de Jean Léonetti
Dimanche 14 juin 2009

La Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis a signé vendredi une convention avec le CERAM Business School. L’occasion de rencontrer Jean Léonetti pour évoquer ce partenariat qui s’inscrit dans un véritable plan de développement de la technopole qui a besoin de l’expertise du CERAM en terme d’aménagement du territoire et de prospective.
Pour le Président de la CASA, il est important d’envisager le développement de Sophia à partir de ce qui existe déjà, notamment en matière de formation des étudiants qui sont indispensable à son devenir. Le Député Maire d’Antibes s’insurge par ailleurs contre ceux qui parlent toujours de l’avenir de Sophia à l’horizon de 20 ou 30 ans, en oubliant que la technopole bougeait déjà beaucoup aujourd’hui, et demeurait un modèle d’excellence en terme d’innovation.

Convention entre le CERAM et la CASA : l’interview de Dominique Estève
Dimanche 14 juin 2009

Signature vendredi à Sophia Antipolis d’une convention entre le CERAM Business School et la CASA. L’occasion de rencontrer Dominique Estève pour évoquer ce partenariat gagnant gagnant qui porte d’abord sur la construction du centre de vie du CERAM dont la première étape sera la mise en service à la rentrée de septembre d’une résidence étudiante de 172 logement, suivie par la suite par la construction d’un restaurant, d’une médiathèque et bien d’autres services.
En contrepartie du soutien financier apporté par la CASA à la réalisation de ces équipement, le CERAM lui apportera son expertise en matière de réflexion prospective et d’intelligence économique. Le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, gestionnaire du CERAM évoque ensuite les autres projets de développement du CERAM qui cherche a toujours progresser dans les classements et à offrir aux étudiants encore davantage de possibilités d’une carrière internationale.

Le CERAM et la CASA renforcent leurs liens autour de la création d’un centre vie
Dimanche 14 juin 2009

Le CERAM Business School et la CASA ont signé vendredi une convention de partenariat autour de la création d’un centre de vie, comprenant notamment une résidence étudiante de 172 logements, qui ouvrira ses portes à la rentrée de septembre. Une résidence qui sera complétée par bien d’autres services comme un restaurant, une médiathèque ou un gymnase, s’inscrivant dans un projet de requalification de la Place Sophie Laffitte.
Mais la convention comporte également un autre volet par lequel le CERAM apportera son expertise en matière de réflexion prospective et d’intelligence économique. Un échange gagnant gagnant qui revêt une grande importance pour le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, Dominique Estève.


Olympiades de Mathématiques : l’interview de Gérard Giraudon
Jeudi 4 juin 2009

Remise des prix hier, dans les locaux de l’INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique) à Sophia Antipolis, des Olympiades de Mathématiques et de Géoscience de l’Académie de Nice. L’occasion de rencontrer Gérard Giraudon qui nous indique pourquoi il attache une grande importance à ces Olympiades qui constitue une action importante de promotion des sciences en direction des jeunes.
Pour le Directeur de L’INRIA, le métier de chercheur a perdu son lustre d’antan et il est indispensable pour les établissements de recherche de se battre pour montrer que l’activité scientifique demeure passionnante. Pour créer des passerelles avec les lycées, l’INRIA, à travers « Sciences participatives » facilite la réalisation de nombreux TPE. D’ailleurs, au-delà d’une action directe auprès des jeunes, il faut également s’attacher, selon Gérard Giraudon, à mobiliser l’environnement éducatif de l’élève.

3ème Assises du logement pour actifs : l’interview de Jean Léonetti
Mardi 12 mai 2009

Tous les acteurs institutionnels concernés par la question et les professionnels de l’immobilier étaient rassemblés hier à Sophia Antipolis pour les 3èmes Assises du logement pour des Alpes-Maritimes. L’occasion de rencontrer Jean Léonetti pour évoquer les raisons pour lesquelles, malgré une réelle volonté politique et certaines réalisations, la production de logements pour actifs au sein de la CASA reste insuffisante.
Pour le Député Maire d’Antibes, le coût du foncier reste un gros obstacle et il espère que la crise actuelle pourra au moins faire baisser les prix. Il importe d’autre part de continuer à convaincre les promoteurs d’intégrer dans leurs projets du logement pour actifs, en leur montrant que cette intégration ne fait pas baisser la qualité de leurs réalisations.

Un bistouri électrique pour mieux traiter le cancer du poumon
Jeudi 30 avril 2009

Réunies au sein du GEFLUC Côte d’Azur, les entreprises azuréennes financent depuis une vingtaine d’années la recherche et l’amélioration du traitement des malades atteints du cancer. Cette semaine à Sophia Antipolis, elles viennent de remettre deux nouveaux chèques de 15 000 euros, dont l’un servira à l’acquisition par le CHU de Nice d’un bistouri électrique.
Pour Jérôme Mouroux, Professeur de Chirurgie thoracique au CHU de Nice, ce bistouri électrique est particulièrement efficace pour traiter le cancer du poumon, car il permet d’affiner le geste du chirurgien et d’éliminer les risques de dégradation des organes voisins des tumeurs cancéreuses. Il nous présente les particularités de cet appareil.

De nouveaux logiciels pour améliorer le traitement du cancer du sein
Jeudi 30 avril 2009

Le GEFLUC (Groupement des Entreprises Françaises pour la Lutte contre le Cancer) a remis cette semaine à l’ Agora Einstein de Sophia Antipolis, deux chèques de 15 000 euros permettant l’acquisition de nouveaux équipements pour mieux soigner les malades atteints du cancer.
L’un de ces dons va permettre au Centre Antoine Lacassagne de faire l’acquisition de nouveaux logiciels permettant, en rendant possible la détection de certaines lésions, d’améliorer la précision du diagnostic d’une IRM mammaire et, grâce à cela de rendre le traitement du cancer du sein plus performant, limitant ainsi les risques de rechute. Les précisions du chef du service Imagerie au Centre Antoine Lacassagne, le Docteur Catherine Balu Maestro.

Le Campus Formation Renault au CERAM : l’interview de Jonas Hoffmann
Samedi 25 avril 2009

Renault a choisi le CERAM Business School de Sophia Antipolis pour y implanter durant 3 jours un Campus Formation qui a accueilli 750 de ses commerciaux. L’occasion de rencontrer Jonas Hoffmann, Professeur de Marketing au CERAM, qui en ouverture de chaque journée de formation donnait une conférence sur l’évolution du comportement des consommateurs. Un consommateur qui est de mieux en mieux informé et qui prend beaucoup plus en compte les répercussions de l’automobile sur l’environnement.
Pour établir une relation de confiance avec le client, le vendeur doit être de plus en plus pointu dans sa connaissance du produit, d’où un grand besoin de formation. Une formation à laquelle le CERAM apporte sa pierre en étroite collaboration avec Renault qui a la volonté de développer ses relations avec le CERAM tout au long de l’année.

Le Campus Formation Renault au CERAM : l’interview de Hugues Bourcier de Saint Chaffray
Samedi 25 avril 2009

Durant 3 jours, un Campus Formation Renault s’est installé au sein du CERAM Business School de Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Hugues Bourcier de Saint Chaffray pour parler des objectifs de ce mode de formation innovant de la force de vente de la marque au losange. Pour le Directeur de la Formation du réseau Renault France, l’utilisation de nouvelles technologies et même de comédiens jouant le rôle de clients, a permis une implication maximale des commerciaux qui du coup étaient en mesure de retenir et d’assimiler un grand nombre d’informations.
Une nécessité pour réussir à bien cerner les nouvelles attentes du consommateur qui arrive dans les points de vente de mieux en mieux renseigné sur les produits de l’ensemble de la gamme Renault, mais aussi sur ceux de la concurrence.


Renault renouvelle sa formation au CERAM
Samedi 25 avril 2009

Renault a choisi de se rapprocher de 7 grandes Écoles en France pour lancer une opération inédite de formation de sa force de vente. Ainsi, durant 3 jours, le CERAM Business School de Sophia Antipolis a accueilli 750 collaborateurs de la marque au losange. Une formation qui est d’autant plus cruciale aujourd’hui selon Hugues Bourcier de Saint Chaffray, Directeur de la Formation du réseau Renault France, que les clients, grâce à Internet, arrivent dans les concessions en étant de mieux en mieux informés.
Dès lors pour gagner leur confiance, les commerciaux ont de plus en plus d’informations à intégrer. Afin qu’ils les retiennent plus facilement, ce Campus Formation Renault était basé sur une implication maximale.

L’ETSI au cœur de la normalisation: l’interview de Walter Weigel
Samedi 11 avril 2009

L’ETSI, l’Institut européen des normes de télécommunication, implanté à Sophia Antipolis était au centre de deux événements organisés récemment sur la Côte d’Azur. L’occasion de rencontrer Walter Weigel, pour parler tout d’abord du séminaire sur la modélisation et simulation du vivant. L’ETSI compte en effet mettre à profit son expérience de la normalisation dans le secteur de télécommunication pour établir également des normes permettant aux chercheurs du monde entier travaillant sur la simulation d’organes de pouvoir collaborer ensemble.
Le Directeur Général de l’ETSI évoque ensuite la Table Ronde organisée à Nice pour prolonger le livre publié à l’occasion de son 20ème anniversaire. Un livre dans lequel une trentaine de chercheurs livrent leur vision de l’informatique du futur, un univers qui aura aussi forcément besoin d’une normalisation dans laquelle l’ETSI compte bien intervenir.

Un cœur virtuel pour bientôt guérir les malades
Dimanche 5 avril 2009

Dans le cadre de l’opération « La Science à Sophia », Nicholas Ayache, Directeur de recherche à l’INRIA et lauréat 2008 du Prix Microsoft de la Royal Society et de l’Académie des Sciences, l’un des plus prestigieux prix internationaux en science, donnera une conférence lundi à la Fondation Sophia Antipolis sur le thème « Des images médicales au patient numérique ».
Pour Nicholas Ayache, s’il faudra encore quelques années pour arriver à une utilisation clinique et au développement industriel de la simulation d’organes, l’état actuel de la recherche montre que cela est désormais possible et que l’on peut améliorer la prévention, le diagnostic et la thérapie en modélisant certains organes comme le cœur.

Isolation thermique par l’extérieur : l’interview de Jean Marie Ménard
Jeudi 2 avril 2009

L’isolation thermique par l’extérieur constitue l’un des plus surs moyens de réaliser en France les importantes économies d’énergie qui sont au cœur du Grenelle de l’Environnement. L’occasion de rencontrer Jean Marie Ménard qui donnait une conférence sur ce thème la semaine dernière à Sophia Antipolis. Le Directeur Technique de Zolpan évoque l’énorme enjeu représenté par la rénovation des quelques millions de logements à rénover.
Il nous présente ensuite le principe de l’isolation thermique par l’extérieur dont il faut s’assurer bien réalisée car son financement repose généralement sur les économies qu’elle doit générer. Il y a donc un gigantesque chantier concernant la formation des professionnels qui vont arriver sur ce marché plein d’avenir. Une formation à laquelle Zolpan est étroitement associé.

L’isolation thermique au cœur du développement durable
Jeudi 2 avril 2009

Le démarrage hier de la semaine du développement durable s’est accompagné du lancement de l’une des mesures phares du Grenelle de l’Environnement : l’éco-prêt à taux zéro qui permet à un ménage de financer jusqu’à 30 000 euros de travaux d’amélioration énergétique. Un prêt qui constitue l’une des nombreuses mesures incitatives mises en œuvre par l’Etat pour promouvoir l’isolation thermique.
Il faut dire que pour Jean Marie Ménard, Directeur Technique de Zolpan qui organisait une réunion sur ce thème la semaine dernière à Sophia Antipolis, l’enjeu est d’importance car l’isolation thermique des bâtiments existants est sans doute le meilleur moyen de réduire notablement la consommation d’énergie en France.

Une nouvelle bourse de Microsoft à un étudiant du CERAM
Vendredi 13 mars 2009

Pour la 3ème année, Microsoft a attribué une bourse à un étudiant de la Majeure Global Management and European Business du CERAM. Une bourse dont le nom « Bourse Microsoft Unlimited Potential » symbolise bien le potentiel quasiment illimité des étudiants du CERAM, à condition, pour Jean Philippe Courtois, Président de Microsoft International, qu’ils choisissent d’être des acteurs plutôt que des victimes.
Un potentiel que le lauréat de cette année, Geoffroy Ville, aura tout le loisir de développer au cours d’un stage de 6 mois au sein de Microsoft Allemagne où il devra contribuer à proposer des solutions pour gagner des parts de marché. Une bourse donc profitable aux deux parties, ce dont se réjouit Jean Philippe Courtois.

Un grand manager face à la crise : l’interview de Jean-Philippe Courtois
Lundi 9 mars 2009

Conférence exceptionnelle aujourd’hui au CERAM Business School de Sophia Antipolis avec la présence du Président de Microsoft International qui a fait partager aux étudiants de cette grande école sa vision du rôle de manager en temps de crise. L’occasion de rencontrer Jean-Philippe Courtois pour parler tout d’abord des répercussions de la crise économique actuelle sur Microsoft. Une crise qui oblige les dirigeants d’entreprise à revoir leur comportement, mais qui offre des opportunités pour les entreprises innovantes.
Jean-Philippe Courtois nous donne ensuite sa vision de l’évolution de l’informatique dans les prochaines années avant de nous délivrer quelques uns des 10 nouveaux commandements qui s’imposent aujourd’hui aux chefs d’entreprise qui ne doivent pas perdre de vue l’objectif principal de leurs firmes.


CERAM : les 10 Commandements du Président de Microsoft International
Lundi 9 mars 2009

Jean-Philippe Courtois, le Président de Microsoft International, était aujourd’hui à Sophia Antipolis où il est intervenu devant les étudiants du CERAM sur le thème « Diriger un groupe international leader sur son marché en temps de crise ». Jean-Philippe Courtois en a profité pour délivrer les 10 nouveaux commandements pour un chef d’entreprise qui doit rester résolument optimiste, célébrer les succès et accepter de prendre des risques.
Des conditions essentielles pour garder le cap en ces temps de crise qui oblige les dirigeants des grandes entreprises à revoir leur comportement afin que leurs firmes continuent à gagner des parts de marché, pour rebondir rapidement lors de la reprise.

L’O.I.N., rééquilibrage ou déséquilibre territorial : l’interview de Marc Daunis
Lundi 9 mars 2009

Lors du colloque organisé samedi à Nice sur le devenir de la Plaine du Var, Marc Daunis est intervenu sur le thème : l’O.I.N., rééquilibrage ou déséquilibre territorial. Nous avons rencontré le Sénateur Maire de Valbonne à la suite de son intervention pour parler de la façon dont il conçoit l’O.I.N. qui doit, selon lui, s’intégrer dans un schéma départemental de développement.
Il rejette toute tentation de vouloir déshabiller la technopole de Sophia Antipolis, tout en souhaitant que s’organise des complémentarités, notamment autour de la création du campus du développement durable. Il met également en garde contre certaines erreurs comme l’implantation d’Ikea qui serait pour lui une hérésie. Par contre, il prône la mise en place sur l’Eco Vallée, d’une quadruple mixité qui permettrait un réel rééquilibrage du département.

Sommet de la Société Européenne de Cardiologie: l’interview de Michel Komajda
Mercredi 4 mars 2009

Le sommet annuel de la Société Européenne de Cardiologie se déroule actuellement à la Maison du Cœur de Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Professeur Michel Komajda, qui prendra en 2010 la présidence de cette société savante, riche de 56 000 membres actifs répartis dans 51 pays. Ce Chef du Département de Cardiologie du CHU Pitié-Salpêtrière, nous présente les missions de la Société Européenne de Cardiologie et évoque ce qui ressort de ces sommets annuels.
Il rappelle ensuite l’importance des maladies cardiovasculaires, principale cause de décès en Europe avec 2 millions de victimes chaque année. D’où l’importance d’améliorer les politiques d’éducation et de prévention qui permettront d’enrayer le développement de ces maladies.

L’Europe du Cœur se construit à Sophia Antipolis
Mercredi 4 mars 2009

Les plus grands cardiologues européens sont réunis actuellement pour leur sommet annuel organisé au sein de la Maison du Cœur implantée à Sophia Antipolis. Un sommet au cours duquel sont étudiés les moyens d’enrayer la progression des maladies cardiovasculaires, responsables de 2 millions de décès par an.
De quoi inciter les 56 000 membres de la Société Européenne de Cardiologie, à chercher à être toujours plus efficients, en améliorant la prévention et la prise en charge des facteurs de risque, dans les 51 pays dont ils sont issus. Une Europe du cœur se construit ainsi chaque année lors de ces rencontres de Sophia Antipolis, selon le futur Président de la Société Européenne de Cardiologie, le Professeur Michel Komajda.

Le robot multi fonctions de l’INRIA: l’interview de Jean Pierre Merlet
Mercredi 4 mars 2009

Lors de sa visite à l’INRIA, le Préfet des Alpes-Maritimes s’est longuement arrêté devant la démonstration d’un robot attaché à un ensemble de câbles et susceptible de remplir de multiples missions. L’occasion de rencontrer Jean Pierre Merlet qui dirige les recherches sur ce « robot parallèle à câbles » capable d’apporter une aide aux handicapés ou aux personnes âgées, où bien de secourir les victimes d’un séisme en permettant aux sauveteurs, qui l’apporte dans leurs bagages, de soulever ou de déplacer des blocs de bétons.
Un robot qui pourrait également avoir de nombreux débouchés dans le domaine des services, en nettoyant par exemple les plus hauts buildings. Jean Pierre Merlet nous révèle que l’architecte de la tour à étages rotatifs de Dubaï est très intéressé par ce robot qui nécessite encore quelques développements. Car derrière son aspect relativement simple, se cache en réalité un très gros travail en mathématiques.

Le CERAM part inaugurer son campus en Chine
Mardi 24 février 2009

Une délégation du CERAM vient de s’envoler pour la Chine afin d’aller inaugurer son campus implanté sur la technopole de Suzhou, considérée comme la grande sœur de Sophia Antipolis. Sur son chemin, elle fera étape à Pékin et à Shangai pour faire la promotion de son nouveau campus auprès des chinois.
Des chinois très intéressés par le type d’enseignement dispensé par le CERAM, mais également par le modèle original choisi pour s’implanter en Chine, qui privilégie un partenariat avec les entreprises d’une technopole. Un partenariat que teste actuellement 80 étudiants du CERAM, partis en éclaireurs fin janvier suivre un programme spécialement dédié à la Chine. Les précisions de la Directrice du CERAM, Alice Guilhon.

Le Préfet séduit par le CERAM et son futur centre de vie
Mardi 24 février 2009

Lors de sa visite vendredi à Sophia Antipolis, l’une des premières étapes du Préfet des Alpes-Maritimes fut consacrée au CERAM où il se fit présenter la maquette de la résidence universitaire actuellement en cours de construction, ainsi que celle du futur centre de vie qui viendra compléter cet équipement, et pour lequel l’Etat apporte sa contribution dans le cadre du plan de relance.
Francis Lamy en a profité pour se féliciter du développement à l’étranger du CERAM dont l’implantation en Chine, avec l’inauguration dans quelques jours de son campus sur la technopole de Suzhou, constitue une preuve de l’excellence de sa formation. Un développement qui représente une chance pour l’ensemble du département.

Francis Lamy optimiste sur le futur de Sophia Antipolis
Lundi 23 février 2009

3 mois après son arrivée dans les Alpes-Maritimes, Francis Lamy, était vendredi en visite à Sophia Antipolis. L’occasion pour lui de découvrir tout le potentiel des entreprises et des centres de recherche implantés sur la technopole, d’Amadeus à l’INRIA, en passant par Thalès et ACRI, chez qui il a déjeuné avec pratiquement tous les acteurs de Sophia Antipolis, réunis autour du Président de la CASA, Jean Léonetti, de celui du Conseil Général, Eric Ciotti, et du Sénateur Maire de Valbonne, Marc Daunis.
Une visite qui a conforté le Préfet des Alpes-Maritimes dans sa confiance quant au futur de Sophia Antipolis qui doit tirer pleinement parti de l’Opération d’intérêt National qui démarre sur la Plaine du Var.


Campus STIC et colère à l’Université : l’interview d’Albert Marouani
Samedi 21 février 2009

Le Conseil général a profité de la visite du Préfet des Alpes-Maritimes à Sophia Antipolis pour annoncer officiellement la relance du chantier du Campus STIC. L’occasion de rencontrer Albert Marouani qui évoque son soulagement face à ce redémarrage de ce projet qui doit rassembler sur la technopole l’ensemble de l’enseignement et de la recherche sur les sciences de l’information et de la communication.
Le Président de l’Université Nice Sophia Antipolis a tout de même un peu gâché la fête en faisant par de son opposition à voir la réalisation d’une bibliothèque sur ce campus uniquement dans une phase optionnelle. Enfin, Albert Marouani nous donne son sentiment sur la colère qui gronde actuellement au sein de l’université sur le statut des enseignants chercheurs et sur la réforme du recrutement des professeurs.

La bibliothèque, pomme de discorde du Campus STIC
Samedi 21 février 2009

L’annonce du redémarrage du chantier du campus STIC, à l’arrêt depuis deux ans en raison d’une inflation des coûts passés de 45 à plus de 70 millions d’euros, devait être le temps fort de la visite du Préfet des Alpes-Maritimes à Sophia Antipolis. C’est en effet une aide de l’Etat de 10 millions d’euros dans le cadre de l’opération Campus prometteur qui a permis le déblocage du dossier.
Une nouvelle qui avait de quoi réjouir l’ensemble des acteurs de la technopole, jusqu’à ce que survienne un profond différend sur la nécessité de prévoir une bibliothèque sur ce campus. Une bibliothèque dont l’absence dans un tel projet serait inconcevable pour le Président de l’Université Nice Sophia Antipolis, Albert Marouani.

Campus STIC : le Conseil Général annonce la relance du chantier
Samedi 21 février 2009

Eric Ciotti a profité de la visite du Préfet des Alpes-Maritimes à Sophia Antipolis pour annoncer le redémarrage du chantier du Campus STIC. Dans les prochains jours, le Conseil Général qui assure la maîtrise d’ouvrage de ce projet va lancer de nouveaux appels d’offres dont on peut espérer que cette fois ils ne resteront pas infructueux.
Un nouveau plan de financement a en effet été pratiquement bouclé, même si un effort supplémentaire de la Région est attendu et que le montant de la participation de la CASA n’est pas encore arrêté. Mais l’aide de l’Etat, essentiellement dans le cadre de l’opération Campus prometteur, mais également dans celui du plan de relance, devrait permettre à ce chantier de démarrer cet automne.

Sophia Antipolis : vague de licenciements sur la technopole
Lundi 16 février 2009

Contrairement à certaines idées reçues, ce n’est pas le secteur du BTP, mais celui des nouvelles technologies qui est à l’origine aujourd’hui, du plus grand nombre de licenciements dans les Alpes-Maritimes. Outre le vaste plan social chez Texas Instruments à Villeneuve Loubet, la technopole de Sophia Antipolis est particulièrement touchée. Un secteur encore prometteur mais qui reste très fragile et subit de plein fouet les effets de la crise.
Une crise qui contribue, selon Françoise Buffet, Directeur Départemental du Travail et de l’Emploi, à une augmentation massive du chômage depuis le mois d’octobre, notamment en raison de la non reconduction de nombreux contrats à durée déterminée.

L’Eco Vallée en 3 D à Imagina : l’interview d’Eric Lebègue
Jeudi 12 février 2009

Le CSTB, implanté à Sophia Antipolis, a présenté au salon Imagina qui vient de se dérouler au Grimaldi Forum, une maquette numérique de l’Eco Vallée. L’occasion de rencontrer Eric Lebègue, le Responsable de la division du CSTB travaillant sur les modélisations virtuelles de sites. Il évoque tout d’abord le travail du CSTB pour l’établissement public d’aménagement de la plaine du Var. Une maquette numérique à plusieurs échelles qui évoluera dans le temps au fur et à mesure de l’intégration des différents projets conçus par les architectes.
Une visualisation qui permet de tester différentes propositions et de fournir ainsi une aide précieuse aux décideurs politiques qui auront une idée précise de l’intégration des différents équipements dans le site. Un projet à long terme pour le CSTB qui doit lui servir de vitrine pour d’autres territoires susceptibles d’utiliser ce procédé.

Ballade virtuelle dans l’Eco Vallée à Imagina
Jeudi 12 février 2009

En parcourant les allées du salon Imagina qui vient de se dérouler au Grimaldi Forum, nous avons eu l’occasion de faire une ballade virtuelle dans l’Eco Vallée. Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, implanté à Sophia Antipolis, vient en effet de réaliser pour le compte de l’Établissement Public d’Aménagement de la Plaine du Var, une maquette numérique sur laquelle l’on visualise déjà les emplacements des différents équipements.
Mais le plus de cette maquette en 3 D, c’est qu’elle intégrera, au fur et à mesure de leur conception, les projets conçus par les architectes et les urbanistes, facilitant par là les décisions des responsables politiques. Eric Lebègue nous précise l’implication du CSTB.

Projet CEMER: l’interview de Claire Anne Reix
Mercredi 17 décembre 2008

Dans le cadre du salon Immotic Domotic Agora 2008, qui vient de se dérouler à Sophia Antipolis, un coup de projecteur a été donné sur le CEMER, Centre Euro Méditerranéen de l’Environnement et des Risques, qui est une déclinaison régionale du programme européen GMES. L’occasion de rencontrer Claire Anne Reix, responsable du développement du CEMER au sein de Thales Alenia Space, pour parler tout d’abord des contour de ce projet destiné à mieux prévoir les risques naturels et à apporter aux décideurs des outils d’aide à la gestion des crises.
Un projet qui devrait être expérimenté en PACA, pour ensuite servir de modèle à son implantation dans divers pays de l’Union pour la Méditerranée. Le CEMER constituera une avancée dans la gestion multirisques en facilitant notamment l’interopérabilité de tous les dispositifs qui existent actuellement.

Inauguration des Ecolucioles : l’interview de Laurent Van Lint
Mardi 16 décembre 2008

Les Ecolucioles, ensemble de 4 bâtiments HQE acheté par le groupe suédois Stena, a été inauguré hier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Laurent Van Lint, Directeur de Stena France pour parler des raisons qui ont incité cet investisseur à acquérir cet ensemble de bureaux. Un projet qui offrait à Stena de grandes garanties de retour sur investissement en étant susceptible de séduire de nombreux locataires attirés par les caractéristiques HQE des bâtiments.
Un attrait confirmé par les débuts de la commercialisation puisque près de 80% des surfaces disponibles a déjà trouvé preneurs, et avec des sociétés de renom. Enfin Laurent Van Lint évoque les nombreux atouts de Sophia Antipolis qui ont poussé son groupe, aux activités diversifiées, à renforcer son implantation sur la technopole.


Inauguration des Ecolucioles : l’interview de Georges Dao
Mardi 16 décembre 2008

Premier bâtiment tertiaire des Alpes-Maritimes à obtenir la certification HQE, les Ecolucioles ont été inauguré hier à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le Président de CARI, Georges DAO pour parler de l’expérience tirée de ce projet conçu dès le départ comme une vitrine de faisabilité et de performances environnementales.
Aujourd’hui, CARI est tellement satisfait de sa réalisation qu’alors qu’il a vendu l’ensemble des bâtiments au groupe suédois Stena, il y a loué des bureaux pour délocaliser certains de ses services. Georges Dao évoque également le projet de Nice Méridia, pour lequel son groupe vient d’être retenu pour construire un immeuble de bureaux intégrant de fortes contraintes HQE dans sa réalisation. Une tendance encore rarissime mais qui devrait se développer très rapidement.

Inauguration des Ecolucioles, premier immeuble de bureaux certifié HQE
Mardi 16 décembre 2008

Inauguration hier à Sophia Antipolis des Ecolucioles, un ensemble de 4 bâtiments, conçu dès le départ par son constructeur, le groupe CARI, comme une vitrine de faisabilité et de performances environnementales et sanitaires. Une démarche HQE articulée autour de 4 axes stratégiques: l’éco-construction, l’éco-gestion, le confort des utilisateurs et la qualité sanitaire des bâtiments.
55 actions issues de la démarche HQE y ont été réalisées, ce qui a permis aux Ecolucioles, avec 11 cibles sur 14 jugées performantes ou très performantes, d’être le premier bâtiment tertiaire des Alpes-Maritimes a obtenir la certification HQE, véritable originalité du projet pour le Président du groupe CARI, Georges Dao.

Orientations budgétaires de la CASA : l’interview de Jean Léonetti
Mardi 16 décembre 2008

Le débat d’orientations budgétaires était le temps fort de la réunion, hier à Antibes, du Conseil communautaire de la CASA. L’occasion de rencontrer son Président, Jean Léonetti, pour évoquer les grandes priorités du budget 2009 qui cherchera à maintenir un niveau d’investissement élevé, tout en restant proche des préoccupations des citoyens, notamment en matière de transport, de logement et d’environnement.
Le député Maire d’Antibes nous indique également les orientations en matière de fiscalité qui devrait restait modérée, même si certains ajustements auront lieu, notamment pour le Versement Transport, afin de financer la réalisation du Transport Collectif en Site Propre entre Antibes et Sophia Antipolis. Un projet qui devrait bénéficier d’une aide importante de l’Etat.

La CASA présente ses priorités 2009
Mardi 16 décembre 2008

Réunion hier à Antibes du Conseil communautaire de la CASA, avec pour principal sujet à l’ordre du jour, le débat d’orientations budgétaires. Des orientations qui tiennent compte de la situation économique générale, en essayant de maintenir un niveau d’investissements élevé pour soutenir l’activité de certains secteurs et notamment du bâtiment.
Coté fiscalité, celle-ci devrait rester modérée, avec toutefois un ajustement de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères, pour créer de nouvelles déchetteries et du Versement Transport, pour financer la réalisation d’un Transport en Site Propre. Jean Léonetti, Député Maire d’Antibes et Président de la CASA, nous résume les grandes priorités de l’année 2009.


Immotic Domotic Agora 2008 : l’interview de Thierry Bahougne
Dimanche 14 décembre 2008

Les nouvelles dynamiques entre villes et nouvelles technologies étaient au centre d’une conférence organisée dans le cadre du salon Immotic Domotic Agora 2008, qui s’est déroulé jeudi et vendredi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Thierry Bahougne, directeur de l’établissement public d’aménagement de la plaine du Var, un territoire qui ambitionne d’être un laboratoire de l’usage des TIC au service de la gestion des villes.
Thierry Bahougne fait tout d’abord le point sur ce projet d’Eco Vallée qui veut également devenir un laboratoire sur la gestion des crises. Elle doit également être une occasion de repenser la ville dont la gestion sera facilitée par les nouvelles technologies. Des nouvelles technologies qui doivent aussi permettre la mise en place d’une nouvelle gouvernance de l’OIN, avec une concertation avec la population qui s’instaure tout au long du déroulement de l’opération.

OIN Plaine du Var : une occasion de repenser la Ville
Dimanche 14 décembre 2008

Immotic Domotic Agora 2008, le salon des solutions intelligentes du bâtiment, qui s’est déroulé jeudi et vendredi à Sophia Antipolis, a consacré l’une de ses conférences aux nouvelles dynamiques entre les villes et les nouvelles technologies. Des technologies de l’Information et de la Communication qui vont permettre de mieux gérer les villes à condition que l’on évite certaines dérives.
L’Opération d’Intérêt National de la Plaine du Var ambitionne d’ailleurs d’être un laboratoire dans ce domaine et une occasion pour Thierry Bahougne, Directeur de l’établissement public de la Plaine du Var, de repenser la Ville, source de bien des conflits d’intérêt au point d’être souvent perçue comme une zone de chaos.

L’innovation, source de records en natation
Dimanche 14 décembre 2008

La remise cette semaine à Sophia Antipolis des Trophées régionaux de l’innovation a été précédée par une table ronde à laquelle participait deux anciens sportifs de haut niveau, le rugbyman Eric Champ et le nageur Franck Esposito, aujourd’hui Manager général du Cercle des nageurs d’Antibes. Une participation pas si étonnante lorsque l’on sait que l’innovation est devenue une source de records en natation, et pas seulement avec les nouvelles combinaisons que portent les nageurs.
Aujourd’hui, les victoires se jouent sur des détails et les athlètes ont recours de plus en plus aux nouvelles technologies, notamment pour travailler les départs ou les virages, et leurs méthodes d’entraînement ont bien changé.

Trophées de l’Innovation : l’interview de Patrick Allemand
Jeudi 11 décembre 2008

Les Trophées INPI de l’Innovation Provence Alpes Côte d’Azur ont été décernés mardi soir à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Patrick Allemand, 1er Vice Président du Conseil Régional, qui est assez inquiet pour l’avenir de la recherche dans notre région, touchée de plein fouet par plusieurs plans sociaux mis en œuvre par des grands groupes internationaux et qui affectent le potentiel de R&D de la région.
Autre sujet, le leader du Parti Socialiste dans le département nous livre son sentiment sur le résultat des élections cantonales du week end dernier, ainsi que sur la probable accession à la Présidence du Conseil Général d’Eric Ciotti. Enfin, il fait le point sur la situation au sein de la Fédération 06 du PS qui, pour lui s’est remise au travail après la rude bataille du congrès.

Patrick Allemand inquiet pour l’avenir de la recherche
Jeudi 11 décembre 2008

Remise mardi soir à Sophia Antipolis des Trophées INPI de l’Innovation Provence Alpes Côte d’Azur, décernés à 3 PME de notre région, Sofive, l’Occitane et BMTI et à un centre de recherche, le Laboratoire de Neurosciences intégratives et adaptatives de l’Université de Provence.
Des trophées patronnés par le Conseil Régional dont le Premier Vice Président, Patrick Allemand, s’est montré relativement inquiet par la situation de la recherche dans notre région, qui conserve de nombreux atouts, mais qui prend de plein fouet une série de plans sociaux, affectant directement le potentiel de Recherche et Développement de la Région, et mis en œuvre par des multinationales sur lesquelles l’on n’a aucun contrôle.

79 étudiants du CERAM en Chine: l’interview de Michel Henry Bouchet
Mercredi 10 décembre 2008

Les 79 étudiants du CERAM Business School de Sophia Antipolis, en partance pour la Chine ont participé hier à la dernière réunion d’information avant leur départ pour plusieurs mois. L’occasion de rencontrer Michel Henry Bouchet, Professeur au CERAM, responsable de la partie académique du séjour de ces étudiants qui seront les pionniers de l’implantation du CERAM en Chine.
Un séjour qui comportera une dimension culturelle, même si ce sera avant tout un séjour d’études très intense avec des cours de mandarin alternant avec des cours plus traditionnels accordant une grande place à l’environnement chinois. Un séjour qui se déroule à un moment où les relations diplomatiques franco-chinoises sont assez tendues, ce qui n’inquiète pas outre mesure Michel Henry Bouchet.

CERAM en Chine: une opportunité en or pour 79 étudiants
Mercredi 10 décembre 2008

79 étudiants du CERAM Business School de Sophia Antipolis vont bientôt s’envoler pour la Chine afin d’y passer plusieurs mois, d’abord au sein du nouveau campus du CERAM implanté dans la technopole de Suzhou, puis en stage au sein d’une entreprise chinoise. Au cours de leur séjour, ils suivront des cours en mandarin en complément d’un enseignement académique accordant une large place à l’environnement chinois.
Une opportunité en or qu’ont su saisir ces étudiants de seconde et 3ème année qui, à l’instar de Priscilla Vandenbroucke, vont pourvoir ajouter à leur CV une formidable expérience vécue en Chine, un pays à forte croissance, offrant de grandes perspectives en matière d’emploi.

CERAM : 79 pionniers en partance pour la Chine
Mercredi 10 décembre 2008

Dernière réunion d’information, lundi dernier au CERAM Business School, pour 79 étudiants avant leur départ pour plusieurs mois en Chine où ils seront les premiers à intégrer le nouveau campus du CERAM implanté dans la technopole Suzhou, la « grande sœur » de Sophia Antipolis, dont la stratégie de développement repose également sur les nouvelles technologies et le développement durable.
Un séjour qui offre de nouvelles perspectives à ces étudiants de seconde et 3ème année qui seront les ambassadeurs du CERAM en Chine, mais aussi pour Michel Henry Bouchet, professeur responsable de la partie académique du séjour, de véritables pionniers de la découverte d’un territoire et d’une culture, de l’un des géants de ce siècle.

Fresque Apy Art du CERAM : l’interview de Karen Joubert Cordier
Dimanche 30 novembre 2008

Le CERAM Business School de Sophia Antipolis a inauguré jeudi la fresque Apy Art qui égaye désormais sa salle des Présidents. L’occasion de rencontrer l’auteur de cette œuvre dans la lignée du Pop Art, Karen Joubert Cordier. Elle nous raconte tout d’abord comment elle en est venue à réaliser cette fresque qui illustre, dans son style « BD Pop » la stratégie du CERAM. Une fresque qui, comme toutes ses œuvres a été réalisée directement sur le mur vierge, sans croquis préalables mais en utilisant quelques règles d’or qui lui permettent d’accumuler nombre de détails que l’on croirait poser au hasard.
La réalisation de cette fresque a donné à Karen l’envie de reproduire cette expérience à l’étranger, et notamment dans les locaux du nouveau campus que le CERAM vient d’implanter en Chine à proximité de Shanghai.

Fresque Apy Art du CERAM : l’interview de Lyvie Guéret Talon
Dimanche 30 novembre 2008

Inauguration jeudi à Sophia Antipolis de la Fresque Apy Art qui décore désormais les murs de la salle des Présidents du CERAM Business School. L’occasion de rencontrer Lyvie Guéret Talon, professeur de Management stratégique, pour parler tout d’abord de l’histoire de ce projet qu’elle a conduit avec ses étudiants. Une histoire démarrée par une étude de marché pour une PME locale qui avait mis au point une peinture innovante adaptée au travail des fresquistes.
La rencontre avec ces artistes a débouché sur une histoire d’amour avec l’une d’entre elle, Karen, qui a voulu aller plus loin et réaliser dans son style « BD Pop » inspiré du Pop Art, une fresque illustrant parfaitement, avec ses multiples références, la stratégie du CERAM. Le CERAM qui compte d’ailleurs bien l’utiliser pour faire sa promotion dans le monde entier.

La stratégie du CERAM résumée en une fresque
Dimanche 30 novembre 2008

Une étude de marché qui se termine en une œuvre d’art trônant sur les murs du CERAM Business School, telle est la belle histoire qui vient de se produire à Sophia Antipolis. Une histoire entamée par une étude pour une PME locale qui venait de créer une nouvelle peinture colorée, Apy Art, particulièrement adaptée au travail des fresquistes.
Des artistes qu’il a fallu aller interroger pour mieux cerner leurs attentes. L’une d’entre elles, Karen, artiste internationale exposant à Beaubourg et à New York, s’est prise au jeu et a voulu aller plus loin en créant une fresque, dans la lignée du Pop Art, illustrant parfaitement la stratégie du CERAM. Une histoire racontée par la responsable du projet au sein du CERAM, Lyvie Guéret Talon.

Hôpital et nouvelles technologies: l’interview de Jean Michel Budet
Jeudi 27 novembre 2008

L’usage des nouvelles technologies à l’hôpital a fait l’objet de nombreuses interventions lors du Salon Santé Agora 2008 qui s’est déroulé la semaine dernière à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer Jean Michel Budet, Délégué Régional de la Fédération Hospitalière, pour parler du rôle qu’elles pourraient jouer pour permettre à l’hôpital de surmonter les nombreux défis auxquels il est confronté.
Elles devraient notamment rapprocher les patients des spécialistes, et faciliter la rationalisation de l’offre de soins hospitaliers qui doit privilégier la qualité et la sécurité. Dans la région PACA, qui est plutôt bien lotie en terme de soins, elles pourraient corriger les inégalités qui subsistent, notamment dans les zones isolées de l’arrière pays.

Les nouvelles technologies au cœur de l’Hôpital du futur
Jeudi 27 novembre 2008

Les nouvelles technologies seront au cœur de l’Hôpital du futur. L’extension de leurs usages devrait être une réponse à un certain isolement, surtout à un moment où l’on cherche à rationaliser l’offre de soins hospitaliers. Elles sont d’ailleurs très présentes dans les hôpitaux actuellement en construction, comme celui de Cannes, et constituent un élément important du Plan Hôpital 2012 d’aide à l’investissement des Hôpitaux.
Pour Jean Michel Budet, Délégué Régional de la Fédération Hospitalière, qui a fait la synthèse des travaux du salon Santé Agora 2008 qui vient de se dérouler à Sophia Antipolis, les nouvelles technologies devraient aider l’hôpital à surmonter les nombreux défis auxquels il est confronté.

Accord Antibes – Tanger autour du projet GIRAC: l’interview de Jean Léonetti
Lundi 24 novembre 2008

Le savoir faire développé autour du projet GIRAC de Gestion Intégrée des Rejets d’Assainissement Côtiers va s’exporter. Une convention a été signée dans ce sens vendredi entre les différents acteurs de ce projet et la ville marocaine de Tanger. L’occasion de rencontrer Jean Léonetti, le Député Maire d’Antibes, ville pilote du projet GIRAC, pour parler tout d’abord de l’importance de cet accord qui va permettre d’apporter des solutions concrètes à la préservation de la Méditerranée sur ses deux rives.
Un accord qui montre aussi que la préservation de l’environnement passe par l’utilisation des nouvelles technologies, et non pas par l’arrêt du développement et la régression. Pour Jean Léonetti, Sophia Antipolis doit jouer un rôle majeur dans le développement de ces technologies, ce qui sera bon pour la France et bon pour le Monde.

Les 40 ans de la première greffe du cœur en Europe : l’interview du Professeur Cabrol
Vendredi 21 novembre 2008

A l’occasion des 40 ans de la première greffe du cœur réalisée en Europe, un hommage a été rendu hier au Professeur Cabrol lors du Salon Santé Agora 2008 qui se déroule actuellement à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer l’auteur de cette première transplantation cardiaque qui évoque tout d’abord les circonstances de cette première et les grands moments d’émotion qu’elle lui a procuré.
Il nous parle ensuite des progrès réalisés dans ce domaine, notamment en matière de traitement des phénomènes de rejet, mais aussi comment il a été amené à réaliser la première greffe de cœur artificiel et ce qu’il pense des recherches actuelles sur les bio prothèses. Des évolutions en partie liées à l’insuffisance des dons d’organes pour lesquels il faut selon lui augmenter les efforts en matière d’information.

Hommage au Professeur Cabrol pour les 40 ans de la première greffe du cœur en Europe
Vendredi 21 novembre 2008

Le Salon Santé Agora 2008 qui se déroule actuellement à Sophia Antipolis a rendu hommage hier au Professeur Cabrol à l’occasion des 40 ans de la première greffe du cœur réalisée en Europe, par lui et son équipe. Une première qui fut le résultat d’une rencontre 10 ans plus tôt aux Etats-Unis avec Chris Barnard et surtout Norman Shumway, qui le premier réalisa des greffes du cœur chez le chien.
Mais, pour Christian Cabrol, les premiers résultats de ces greffes furent assez décourageants, à une exception près, celle du marseillais Emmanuel Vitria qui vécu 19 ans avec son nouveau coeur. Cependant, 40 ans après, le Professeur Cabrol se souvient des grands moments d’émotion que lui a procuré cette première greffe du coeur.

L’avenir du Campus STIC : l’interview d’Albert Marouani
Dimanche 16 novembre 2008

Lors de l’interview que nous avons réalisé avec Albert Marouani, sur les crédits débloqués par l’Etat dans le cadre de l’Opération Campus, nous avons également interrogé le Président de l’Université de Nice Sophia Antipolis sur l’avenir du Campus STIC, dont le chantier est toujours à l’arrêt à la suite d’un nouvel appel d’offres infructueux. Pour lui, ce projet majeur pour l’Université et il espère bien que son envergure ne sera pas réduite et que les travaux pourront reprendre dans les meilleurs délais.
La chaîne de l’innovation doit y occuper une place essentielle au moment où l’Université doit développer la dimension de recherche appliquée et favoriser au maximum la création de « spin off » qui valorise la recherche et le Campus STIC lui semble le lieu idéal pour créer cette pépinière d’entreprises.

Sophia : le Campus STIC toujours à l’arrêt
Samedi 1 novembre 2008

Projet majeur et structurant de Sophia Antipolis, le Campus STIC est toujours à l’arrêt en raison d’une succession d’appels d’offres déclarés infructueux, ce qui est encore le cas du dernier dont le résultat a été annoncé cette semaine, lors de la réunion autour de la démarche Sophia Vision 2020. Ceci bien que le coût de ce projet porté par le Conseil Général atteint désormais 76 millions d’euros.
Pour sortir de cette impasse, le vice Président du Conseil Général, Jean Pierre Mascarelli, a proposé à toutes les personnes intéressées de se réunir rapidement pour faire un point technique sur ce projet. Même s’il n’est pas question d’abandonner le Campus STIC, il faudra peut être songer à le redimensionner.

Sophia Vision 2020 : l’interview de Jean Léonetti
Mercredi 29 octobre 2008

L’ensemble des décideurs de Sophia Antipolis était réuni lundi soir au CERAM pour la présentation de la synthèse des travaux de Sophia Vision 2020. L’occasion de rencontrer Jean Léonetti qui nous donne tout d’abord son sentiment sur cette démarche initiée par les chefs d’entreprise dont les résultats sont partagés par l’ensemble des acteurs de la technopole, au point de devenir le projet de développement de Sophia.
Mais pour le Président de la CASA, il s’agit maintenant de passer de la parole aux actes en s’appuyant sur les premières réalisations concrètes et en s’assurant du suivi de l’ensemble des actions envisagées. Des actions qui permettront de donner de la cohérence à Sophia Antipolis grâce notamment à de nouveaux équipements collectifs.


Sophia Vision 2020 : une vision partagée de l’avenir de Sophia
Mercredi 29 octobre 2008

La synthèse des travaux de Sophia Vision 2020 a été présentée lundi soir aux principaux acteurs publics et privés de Sophia Antipolis. Pour Jean Léonetti, Député Maire d’Antibes et Président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis, les axes stratégiques proposés dans le cadre de cette démarche initiée par les chefs d’entreprise de la technopole sont finalement partagés par l’ensemble des décideurs.
Reste maintenant à passer de la parole aux actes en s’appuyant sur les premières réalisations concrètes, et en suivant de près la réalisation d’un véritable tableau de bord de l’ensemble des actions à mener. En tout cas, il se félicite du projet qui a émergé, devenu le projet de développement de Sophia Antipolis.

Sophia Vision 2020 : l’interview de Frédéric Fourquin
Mercredi 29 octobre 2008

A l’initiative de la CCI Nice Côte d’Azur, les principaux acteurs publics et privés de Sophia Antipolis se sont retrouvés lundi soir au CERAM pour faire la synthèse des travaux de Sophia Vision 2020. L’occasion de rencontrer Frédéric Fourquin, le Président du Club des Dirigeants de Sophia, pour parler des objectifs et de l’historique de cette démarche visant à redéfinir les axes stratégiques du développement de la technopole sophipolitaine.
Il nous précise les principaux axes stratégiques ayant émergé de cette démarche, ainsi que les actions phares à mener en priorité. Enfin, il évoque les facteurs de réussite de Sophia Vision 2020, tout en se félicitant de la nouvelle collaboration qui s’est instaurée à cette occasion avec les décideurs politiques.

Sophia Vision 2020 : un plan stratégique pour la technopole
Mercredi 29 octobre 2008

Les principaux acteurs public et privés de Sophia Antipolis étaient réunis lundi soir au CERAM, pour faire la synthèse des travaux de Sophia Vision 2020, une démarche initiée par les chefs d’entreprises de la technopole, visant à définir les axes stratégiques du développement de Sophia Antipolis.
Parmi ces axes stratégiques, déclinés en 47 actions, figure la redéfinition du cœur de métier de la technopole : les technologies de l’Information et de la Communication autour desquelles doivent se développer des synergies avec les sciences du vivant et les sciences de la Terre. Frédéric Fourquin, Président du Club des Dirigeants de Sophia, nous rappelle les objectifs de Sophia Vision 2020 et ses premiers résultats.

Extension de Sophia Antipolis : l’interview de Marc Daunis
Dimanche 19 octobre 2008

Le dernier Conseil Communautaire de la CASA a voté une délibération sur l’extension du parc technologique de Sophia Antipolis au-delà de ses limites actuelles. L’occasion de rencontrer Marc Daunis pour parler tout d’abord de ce que l’on trouvera sur cette zone des Macarons à Valbonne et de la Carrière de La Roque à Roquefort les Pins. Pour le Sénateur Maire de Valbonne, il convient également de profiter de cet aménagement pour améliorer la desserte routière de Sophia Antipolis.
Une desserte routière qui vient en complément du projet de Transport Collectif en Site Propre qui doit structurer le développement de nouvelles zones comme celle des Clausonnes ou du Fugueiret sur lesquelles l’on repenser le modèle d’aménagement de Sophia, notamment en augmentant la hauteur des bâtiments.

Sophia Antipolis va s’étendre au-delà de ses limites actuelles
Dimanche 19 octobre 2008

Le parc technologique de Sophia Antipolis va s’étendre, en créant une nouvelle zone d’aménagement sur les secteurs des Macarons à Valbonne et de la Carrière de La Roque à Roquefort les Pins. Une zone sur laquelle on trouvera, bien sur, les activités traditionnelles de Sophia Antipolis, mais aussi une zone artisanale et des activités logistiques qui manquent cruellement aujourd’hui sur la technopole.
Le principe de la création de cette nouvelle zone d’activités, a été adopté lors du dernier Conseil Communautaire de la CASA. Une délibération très importante pour Marc Daunis, le Sénateur Maire de Valbonne, car c’est la première fois que le parc technologique va s’étendre au-delà de ses limites actuelles.

Crise financière : l’interview de Bertrand Groslambert
Jeudi 16 octobre 2008

Bertrand Groslambert a porté un regard éclairé sur la crise financière internationale, à l’occasion d’une conférence donnée mardi à Sophia Antipolis. L’occasion de rencontrer le responsable de la majeure Finance de Marché du Ceram Business School, pour évoquer tout d’abord les origines de cette crise, certes liées à une chute des prix de l’immobilier aux Etats-Unis, mais surtout à une intervention massive et hasardeuses des banques sur ce marché.
Si les dernières mesures prises au niveau européens s’emblent avoir enrayé la crise financière, celle-ci aura forcément un impact lourd sur l’économie réelle qui nécessitera sans doute la mise en place d’un plan de relance au niveau international qui pourrait être l’occasion de s’attaquer à un autre problème majeur de la planète, celui du réchauffement climatique.


Crise financière : un regard éclairé au CERAM
Jeudi 16 octobre 2008

Alors que les dernières mesures, prises au niveau européen pour tenter de la juguler, étaient en discussion à l’Assemblée Nationale, la crise financière faisait également l’objet, mardi à Sophia Antipolis, d’une conférence de Bertrand Groslambert. L’occasion pour le responsable de la majeure Finance de Marché du Ceram Business School, d’analyser l’origine de cette crise et d’évaluer ses conséquences sur l’économie réelle.
D’ailleurs pour Bertrand Groslambert, cette crise est loin d’être terminée et il estime que les pays européens pourront difficilement faire l’impasse sur un plan de relance, car la dégradation de la situation économique pourrait être à l’origine d’un second cercle vicieux.

La CASA pose le premier jalon d’un TCSP entre Antibes et Sophia
Mercredi 15 octobre 2008

Réunis lundi en Conseil Communautaire, les élus de la CASA ont posé le premier jalon de la création d’un Transport Collectif en Site Propre entre le cœur d’Antibes et Sophia Antipolis, en adoptant le cadrage de la démarche du projet. Un projet qui verra un tramway sur pneus ou des bus de dernière génération, relier le littoral à la technopole en 15 minutes.
Le parcours de ce TCSP commence à se dessiner, avec un départ situé à la gare SNCF d’Antibes pour ensuite emprunter l’avenue Jules Grec, le chemin de Saint Claude, avant de bifurquer vers la route de Grasse. Ensuite, après avoir rejoint le giratoire des Trois Moulins, le tracé privilégiera une desserte en boucle de la technopole. Les précisions du Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti.

Sophia : le Centre de Vie du CERAM définitivement lancé
Samedi 11 octobre 2008

Lors de sa visite jeudi au CERAM Business School de Sophia Antipolis, Michel Vauzelle a confirmé l’engagement de la région au financement du Centre de Vie du CERAM. Un projet qui est donc désormais définitivement lancé et apportera notamment sur la technopole, dès la rentrée 2010, une médiathèque et un nouveau restaurant universitaire.
Si la Région, aux côtés de l’Etat et des autres collectivités territoriales, s’est engagée de manière aussi massive sur ce projet qui vient compléter la résidence universitaire qui ouvrira ses portes à la rentrée 2009, c’est d’abord en signe de reconnaissance de la nouvelle dimension internationale prise par le CERAM, selon le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, Dominique Estève.

Sa visite à Sophia Antipolis: l’interview de Michel Vauzelle
Vendredi 10 octobre 2008

Michel Vauzelle est venu hier au CERAM Business School de Sophia Antipolis pour confirmer l’engagement de la Région au financement du projet de Centre de Vie du CERAM qui viendra compléter la résidence étudiante actuellement en cours de construction. L’occasion de rencontrer le Président du Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur pour parler de ce projet qui répond à un véritable besoin des étudiants. Un projet exemplaire qui justifie en engagement exceptionnel de la part de la Région.
Michel Vauzelle, qui venait également d’inaugurer l’extension des locaux de l’INRIA, confirme le rôle majeur qu’il entend voir jouer par Sophia Antipolis dans le développement euro méditerranéen. Pour cela il est selon lui nécessaire de réaliser la LGV jusqu’à Nice, un dossier sur lequel il a actuellement beaucoup d’inquiétudes.

Michel Vauzelle en visite au CERAM
Vendredi 10 octobre 2008

Le Président du Conseil Régional, Michel Vauzelle, était hier en visite au CERAM Business School de Sophia Antipolis. Une visite en forme de reconnaissance pour un établissement qui vient d’intégrer au 29ème rang, le classement des meilleures business schools internationales, publié par le Financial Times.
Michel Vauzelle en a également profité pour confirmer l’engagement de la région, à hauteur de 837 000 euros, au financement du projet de Centre de Vie du CERAM, qui viendra compléter la résidence étudiante actuellement en cours de construction. Un équipement essentiel qui contribue à réduire les inégalités criantes en matière de logement, pour le Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, Michel Vauzelle.

Extension de l’INRIA : l’interview de Gérard Giraudon
Vendredi 10 octobre 2008

L’INRIA a inauguré, hier à Sophia Antipolis, son extension de 4 000 m2 de locaux supplémentaires. L’occasion de rencontrer Gérard Giraudon, le Directeur du centre de recherche Sophia Antipolis – Méditerranée, pour parler de ce qui l’INRIA compte faire dans ces deux nouveaux bâtiments qui lui permettront de bien accueillir les 400 chercheurs présents sur le site, ainsi que les nombreux stagiaires qui participent aux recherches menées au sein de l’INRIA.
Il évoque ensuite les axes de recherche menés par l’INRIA sur le site de Sophia Antipolis. Une orientation qui tourne autour de la modélisation numérique avec 3 champs d’application prioritaires : l’Internet des objets, la biologie et la médecine numérique, et enfin la modélisation pour l’environnement.

4000 m2 de plus pour l’INRIA
Vendredi 10 octobre 2008

Inauguration, hier à Sophia Antipolis, de l’extension des locaux de l’INRIA, l’Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique. 4 000 m2 de locaux supplémentaires qui vont permettre à l’INRIA de réaliser son Plan Ambitions 2012, et de continuer à mener la meilleure recherche au niveau mondial.
Si les 40 chercheurs, venus s’installer en 1983 sur la technopole, étaient très à l’aise dans leurs 7 000 m2 de locaux, ce n’était plus le cas pour les 400 chercheurs présents sur le site en 2008. D’ailleurs il n’y a déjà plus de surfaces libres dans les deux nouveaux bâtiments dont Gérard Giraudon, le Directeur du centre de recherche Sophia Antipolis - Méditerranée, nous invite à faire le tour du propriétaire.

L’Assemblée Générale de la CCI dans le nouvel amphi du CERAM
Mercredi 24 septembre 2008

L’Assemblée Générale de la CCI Nice Côte d’Azur, qui s’est déroulée lundi dernier, a été délocalisée sur Sophia Antipolis, dans les locaux du CERAM Business School. L’occasion d’inaugurer officiellement le nouvel amphi rénové qui apporte à cet établissement, de nouveaux outils d’enseignement indispensables pour rester dans la compétition des grandes écoles.
La modernisation des systèmes de vidéo et de visio conférence va ainsi permettre aux enseignants de jouer avec les différentes facettes de l’apprentissage. Cette rénovation a également permis, selon la Directrice du CERAM, Alice Guilhon, d’augmenter de façon importante la capacité de cet amphi qui peut désormais accueillir 500 étudiants.

La politique des transports dans la CASA : l’interview de Jean Léonetti
Lundi 15 septembre 2008

En préambule de la Semaine Européenne de la mobilité, la CASA a signé aujourd’hui une charte d’aménagement des points d’arrêt et d’accessibilité au bus. L’occasion de rencontrer son Président, Jean Léonetti pour parler de l’intérêt de cette charte, mais aussi, plus généralement de la politique des transports en commun menée au sein de la CASA.
Une politique qui commence à porter ses premiers fruits si l’on en juge par la forte augmentation de la fréquentation et le succès de la gratuité de la ligne 100 express qui va du centre d’Antibes à Sophia Antipolis. Le Député Maire d’Antibes évoque enfin le calendrier de la mise en place d’un réseau de transport en commun en site propre dont la première réalisation se fera autour du franchissement du nœud autoroutier qui existe au Nord d’Antibes.

Aménagement de Sophia : l’interview de Jacques Masboungi
Lundi 15 septembre 2008

La présentation, jeudi à Nice, du bilan de l’activité du marché de l’immobilier d’entreprise sur la Côte d’Azur au cours du 1er semestre 2008, a permis de donner un coup de projecteur sur Sophia Antipolis, secteur qui a concentré près de 60% des ventes de bureaux neufs au cours de cette période. L’occasion de rencontrer Jacques Masboungi, Directeur de la SAEM SACA pour faire le point sur ce marché sur la technopole et d’évoquer les possibilités de développement de Sophia Antipolis, où de nouvelles zones vont être aménagées.
Parallèlement, une nouvelle structuration urbaine dont un exemple devrait voir le jour autour de la Place Sophie Laffitte, à l’occasion de la réalisation du Campus du CERAM. Un campus qui illustre la volonté de Sophia de mettre l’accent sur le développement de l’offre de logement pour étudiants.

Sophia en pointe sur le marché de l’immobilier d’entreprise
Lundi 15 septembre 2008

Le bilan d’activité du 1er semestre 2008, dressé jeudi par l’Observatoire Immobilier d’Entreprise, a mis en évidence le rôle clé joué par Sophia Antipolis durant cette période puisque près de 60% des ventes de bureaux neufs dans les Alpes-Maritimes ont été réalisés sur cette zone. De quoi résorber les stocks qui s’étaient constitués lors de la bulle Internet et écouler de nouveaux produits qui arrivent sur le marché.
Même si l’heure n’est pas actuellement à l’implantation de nouvelles grosses entreprises, l’aménagement de nouvelles zones va bientôt être lancé sur un secteur qui, pour Jacques Masboungi, Directeur de la SAEM SACA, chargée de l’aménagement de la technopole, offre une grande visibilité.

Michel Vauzelle en visite au lycée Léonard de Vinci
Samedi 6 septembre 2008

Michel Vauzelle, le Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, responsable de la construction et de l’entretien des lycées, s’est rendu jeudi dans plusieurs établissements des Alpes-Maritimes pour rencontrer les élèves et la communauté éducative, mais aussi visiter les nouveaux équipements. Il était ainsi à Antibes au lycée Léonard de Vinci, qui est devenu l’un des plus beaux fleurons de la filière d’enseignement professionnel.
Il a ainsi pu se rendre compte de la spectaculaire opération d’extension réhabilitation réalisée dans ce lycée sans que celui-ci ne ferme ses portes. Une opération pour laquelle la Région a dépensé prés de 37 millions d’euros, mais pour un résultat à la hauteur de l’investissement.

Projet GIRAC : l’interview de Jean Léonetti
Samedi 12 juillet 2008

La ville d’Antibes, et plus particulièrement la plaine de Brague, va devenir un site pilote pour le projet GIRAC de Gestion Intégrée des Rejets d’Assainissements Côtiers. Un protocole de coopération a ainsi été signé hier entre la CASA et Véolia Eau qui pilote ce projet au sein du Pôle mondial de compétitivité Mer PACA. L’occasion de rencontrer le Président de la CASA, Jean Léonetti pour parler de l’importance de ce projet qui développera des outils pour maîtriser l’ensemble des rejets en milieu marin. Un projet qui s’inscrit au confluent de deux axes de développement de la CASA, la mer et les nouvelles technologies et qui était prévu par la Charte de l’environnement de la CASA. La mise en œuvre de ce projet va d’ailleurs permettre d’améliorer encore la qualité des eaux de baignade à Antibes et d’avoir une information en tant réel sur les risques de pollution.

Campus du CERAM : un exemple à suivre pour Sophia Antipolis
Mardi 1 juillet 2008

Symbole de l’engagement du projet dans une démarche de développement durable, c’est un olivier qui a été planté, hier à Sophia Antipolis, en guise de première pierre du futur Campus du CERAM Business School. Un campus qui accueillera, dès septembre 2009, une résidence universitaire de 186 logements, complété par la suite par un ensemble d’équipements qui en feront un véritable lieu de vie.
Une opération facilitée par la ville de Valbonne qui a été jusqu’à modifier son PLU pour la rendre possible. Le Maire de Valbonne, Marc Daunis, étant très favorable à la création de centres de vie sur Sophia, il a apporté tous son concours à ce projet qui illustre le dynamisme de la technopole, tout en ayant un caractère social.


Campus du CERAM : un projet exemplaire pour Jean Léonetti
Mardi 1 juillet 2008

Pose de la première pierre, hier à Sophia Antipolis, du futur Campus du CERAM Business School, qui accueillera dans un premier temps, en septembre 2009, une résidence universitaire de 186 logements. Un projet qui permettra au CERAM de poursuivre son développement, qui était jusque là freiné par les difficultés rencontrées par les étudiants pour se loger sur la technopole.
Un problème qui concerne d’ailleurs l’ensemble des actifs, selon le Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti, pour qui ce projet exemplaire va permettre de rattraper le retard dans ce domaine pour les étudiants, et aider à la croissance du CERAM qui joue un rôle majeur dans le dynamisme de Sophia Antipolis, tout en assurant un emploi à ses étudiants.

Campus du CERAM: l’interview de Dominique Estève

Moment important de la vie du CERAM Business School à Sophia Antipolis, la pose, lundi 30 juin, de la première pierre de son futur Campus du CERAM qui verra ouvrir, dès septembre 2009, une résidence universitaire, prélude à la réalisation d’un véritable centre de vie. L’occasion de rencontrer le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, gestionnaire de cette grande école de commerce, pour parler de ce projet qui illustre le dynamisme du Groupe CERAM et qui montre que le volontarisme permet de réaliser en un temps record des projets de qualité, respectueux de l’environnement. Un campus qui augmentera encore l’attractivité du CERAM qui poursuit par ailleurs son développement en s’implantant sur Paris et en ouvrant prochainement une antenne en Chine, dans la région de Shanghai.

Sport de haut niveau et études supérieures : l’interview de Jean Michel Bellot
Lundi 21 avril 2008

Jean Michel Bellot, ancien meilleur performer mondial de saut à la perche, était l’un des invités de la conférence débat, organisée à Nice par le CERAM Bachelors, sur le thème : comment concilier sport de haut niveau et études supérieures ? L’occasion de rencontrer cet ancien grand champion pour évoquer son parcours personnel commencé par des études supérieures, menées surtout dans l’optique d’une ouverture d’esprit. Il aborde ensuite la solitude à laquelle est souvent confronté l’athlète de haut niveau, une fois sa carrière sportive terminée. Enfin il nous parle de son nouveau challenge au sein de la Fondation Jean Lagardère qui accompagne désormais de nombreux grands champions, en accordant une grande importance à la formation.


Sport de haut niveau et études supérieures : l’interview de Jean Claude Skréla
Lundi 21 avril 2008

Jean Claude Skréla, l’un des rares à avoir réussi le grand chelem aussi bien comme joueur que comme entraîneur, a participé, vendredi 18 avril à une conférence débat organisée par le CERAM Bachelors sur le thème : comment concilier sport de haut niveau et études supérieur ? L’occasion de rencontrer le Directeur Technique National de ka Fédération Française de Rugby, qui était un témoin atypique puisqu’il n’a pas fait d’études supérieures, même s’il s’est préoccupé très tôt, non pas de sa reconversion mais de sa formation. Aujourd’hui, le rugby a beaucoup évolué et les joueurs gagnent beaucoup d’argent et pourtant Jean Claude Skréla estime qu’ils ont plus que jamais besoin de formation pour exercer correctement leur métier.

Sport de haut niveau et études supérieures : l’interview de Franck Dosne
Lundi 21 avril 2008

Comment concilier sport de haut niveau et études supérieures ? Tel était le thème d’une conférence débat, organisée par le CERAM Bachelors, avec la participation de 3 anciens grands champions : Stéphane Diagana, Jean Michel Bellot et Jean Claude Skréla. L’occasion de rencontrer le Directeur du CERAM Bachelors pour parler de la longue expérience du CERAM dans l’aménagement des études pour les sportifs de haut niveau. Un aménagement dont bénéficie cette année la nageuse Camille Muffat qui vient de se qualifier pour les jeux olympiques de Pékin, en battant l’un des records de France de Laure Manaudou. Franck Dosne évoque enfin la convention que le DERAM Bachelors vient de signer avec la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, pour préparer les prochaines olympiades de Vancouver et de Londres.

Sport de haut niveau et études supérieures : l’interview de Stéphane Diagana
Samedi 19 avril 2008

Le CERAM Bachelors a organisé, vendredi 18 avril à Nice, une conférence débat sur les moyens de concilier sport de haut niveau et études supérieures. L’occasion de rencontrer l’un des grands témoins, Stéphane Diagana, pour parler sur de la mission sur ce sujet que vient de lui confier la Ministre de l’Enseignement supérieur. Il évoque également son parcours personnel et sa reconversion, notamment comme consultant à France Télévision. Enfin, il revient pour nous, sur le passage mouvementé de la flamme olympique à Paris, sur lequel il fit particulièrement concerné puisqu’il en fut le premier relayeur.

Sa réélection à la Présidence de la CASA : l’interview de Jean Léonetti
Mardi 15 avril 2008

Jean Léonetti a été réélu hier Président de la CASA. L’occasion de rencontrer le Député Maire d’Antibes pour évoquer les futures priorités de la Communauté d’agglomération qui seront au cœur de l’actualisation du projet de la CASA. Jean Léonetti compte notamment donner un coup d’accélérateur à la politique de construction de logements pour actifs, tout en poursuivant les efforts entrepris dans les transports. Tout en respectant la diversité des entités communales, il espère bien continuer à dégager un large consensus autour d’un projet ambitieux.

CASA : un projet à actualiser pour Jean Léonetti
Mardi 15 avril 2008

Le Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti, a été réélu hier, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis. Une réélection sans surprise, mais qui témoigne de la bonne entente qui règne entre les Maires des 16 communes qui composent la CASA. Un consensus dont Jean Léonetti entend bien profiter pour passer à la vitesse supérieure, en matière de construction de logements pour actifs, mais aussi pour amplifier les progrès enregistrés dans le domaine des transports.
Deux priorités qui seront au cœur de l’actualisation du projet de la CASA, nécessaire pour renouer le pacte de confiance entre tous les maires, mais également pour mieux répondre aux attentes des habitants de l’agglomération.

Les Rencontres de la Recherche du CERAM : l’interview d’Alice Guilhon
Vendredi 28 mars 2008

C’est par une conférence sur l’entreprise dans l’économie de la connaissance que le CERAM a lancé hier les Rencontres de la Recherche. L’occasion de rencontrer sa Directrice, Alice Guilhon, pour évoquer l’objectif de ces rencontres et le positionnement de la grande école de la technopole de Sophia Antipolis sur l’économie de la connaissance, une spécialisation à l’origine de son implantation en Chine à la demande d’un campus chinois. Enfin, en revenant sur le thème de la conférence inaugurale, Alice Guilhon revient sur la manière dont quelques entreprises azuréennes, comme Malongo ou Cari, ont appréhendé l’économie de la connaissance pour l’inscrire au cœur de leur développement.

L’économie de la connaissance au cœur des Rencontres de la Recherche du CERAM
Vendredi 28 mars 2008

Lancement, hier, au CERAM, des Rencontres de la Recherche qui ont pour ambition d’établir un dialogue entre la grande école de la technopole de Sophia Antipolis et les entreprises, en confrontant leurs expériences avec les résultats de ses travaux de recherche. Une recherche spécialisée dans l’économie de la connaissance, ce qui est à l’origine de son implantation en Chine, à la demande d’un campus chinois.
L’entrée dans une économie de la connaissance engendre de nouveaux défis. L’objectif de la recherche menée au CERAM est de fournir des outils permettant aux décideurs de mieux appréhender ces enjeux, tout en se spécialisant dans 3 domaines. Les précisions de la Directrice du CERAM Business School, Alice Guilhon.

Swiss Life séduit par l’ouverture sur le Monde du CERAM
Mercredi 6 février 2008

Le groupe Swiss Life a signé récemment une convention avec le CERAM Business School. Un partenariat qui n’est pas le fruit du hasard puisque l’expert mondial de l’assurance patrimoniale collaborait déjà avec le CERAM. Aujourd’hui, Swiss Life souhaite aller plus loin, en accueillant bien sûr des étudiants pour des stages conduisant souvent à une embauche définitive, mais surtout en faisant bénéficier à ses collaborateurs, de formations dispensées par le CERAM, en matière d’ingénierie patrimoniale.
C’est l’ouverture sur le monde de cette formation, qui a particulièrement intéressée cet acteur majeur du marché de l’assurance, dont son Président, Jacques Richier, nous présente les principales caractéristiques.

Nicolas Sarkozy mise sur la recherche pour lutter contre la maladie d’Alzheimer
Vendredi 1 février 2008

Nicolas Sarkozy est venu, vendredi 1er février, au CERAM, à Sophia Antipolis pour présenter son plan quinquennal de lutte contre la maladie d’Alzheimer. Un plan de grande ampleur, même si les besoins dans ce domaine sont illimités. Mais le Président de la République n’a pas voulu céder à la logique du toujours plus de moyens, préférant concentrer ce plan sur de grands objectifs.
De nombreuses mesures visent, bien sûr, à améliorer la qualité de vie des malades et de leurs familles, mais de gros efforts seront également faits sur l’annonce de la maladie, qui ne doit plus être ressentie comme un assommoir. Enfin le combat contre la maladie d’Alzheimer commence, tout d’abord, par rendre la recherche plus performante.

Pour Nicolas Sarkozy, le Plan Alzheimer justifie les franchises médicales
Vendredi 1 février 2008

C’est au CERAM, à Sophia Antipolis, que Nicolas Sarkozy a présenté, vendredi 1er février, son plan de lutte contre la maladie d’Alzheimer, l’une des grandes priorités de son quinquennat. Un plan de grande ampleur puisqu’1,6 milliard d’euros de dépenses nouvelles sont prévues d’ici 2012.
Des mesures qui seront financées en grande partie par l’instauration des franchises médicales, parfois controversée. Mais pour le Chef de l’Etat, il était indispensable, sous peine de creuser encore un peu plus le déficit de l’assurance maladie, de financer ces dépenses nouvelles par des recettes nouvelles. Pour lui, ce plan qui met en son cœur la personne malade, valait bien la peine de faire preuve de solidarité.

Nicolas Sarkozy dévoile le Plan Alzheimer à Sophia Antipolis
Vendredi 1 février 2008

Nicolas Sarkozy était dans les Alpes-Maritimes, vendredi 1er février, pour une visite consacrée à la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Il a tout d’abord rencontré à Nice des malades et leurs familles, puis s’est rendu à Sophia Antipolis pour visiter l’Institut de Pharmacologie Moléculaire, qui travaille sur les causes de la dégénérescence. Enfin, c’est au CERAM qu’il a dévoilé son plan quinquennal de lutte contre la maladie d’Alzheimer.
Un plan qui prévoit 1,6 milliard d’euros de dépenses nouvelles. De quoi s’attaquer à bras le corps contre une maladie qui, pour le Chef de l’Etat, est une fracture dans l’existence humaine. Un plan dont l’ampleur méritait que l’on prenne un peu de temps pour l’élaborer.

La CASA ouvre de nouvelles perspectives à la ville d’Antibes
Mercredi 30 janvier 2008

Le Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti, a présenté ses vœux à la presse, lundi 28 janvier. En raison de la proximité des élections, il n’a pas abordé son bilan à la tête de la ville, préférant s’attarder sur l’une des plus grandes modifications intervenue au cours de son second mandat, la création d’une communauté d’agglomération regroupant 16 communes.
Une création qui a permis un véritable changement d’échelle, rendant possible la réalisation d’équipements structurants et la mise en place de politiques efficaces dans les domaines du logement ou des transports. La CASA a également permis à la ville d’Antibes de modifier la vision de son territoire et de s’intégrer véritablement dans Sophia Antipolis.

BatiEco, la vitrine de l’éco-construction
Mercredi 30 janvier 2008

Le salon BatiEco Agora 2008 s’est déroulé les 24 et 25 janvier à l’Agora Einstein de Sophia Antipolis, avec l’ambition d’être la vitrine de l’éco-construction et de l’urbanisme durable. Durant 2 jours, les visiteurs ont pu assister à de nombreuses conférences, mais également découvrir des applications concrètes déjà utilisées sur le terrain.
Le salon était organisé par le groupe de BTP CARI qui, depuis quelques années est un précurseur dans l’application de normes HQE dans le domaine de la construction et dans l’utilisation d’énergies renouvelables. Des solutions qu’il est en train d’expérimenter sur Sophia avec le projet « Eco Lucioles » qui sera livré en mai. Le PDG de CARI, Georges Dao, nous indique ce qu’il attendait de ce salon.

Le CERAM veut devenir la grande école de l’économie de la connaissance
Samedi 26 janvier 2008

Point central de son plan stratégique qui vient d’être dévoilé à Nice, le CERAM Business School veut devenir, à l’horizon 2012 où il aura doublé ses capacités d’accueil, la grande école française de l’économie de la connaissance. Une école reconnue sur le plan international.
Pour sa Directrice, Alice Guilhon, l’économie de la connaissance constitue le pilier de l’identité actuelle du CERAM, et toute son organisation en découle. Les enseignements dispensés s’articulent d’ailleurs autour des 3 leviers de l’économie de la connaissance que sont la Globalisation, le Management de la connaissance, et l’Innovation et la Technologie. Une économie de la connaissance dont les contours nous sont précisés par Alice Guilhon.

Les entreprises impulsent la stratégie du CERAM
Samedi 26 janvier 2008

Plus que jamais les entreprises sont au cœur du nouveau positionnement du CERAM Business School, qui vient de présenter à Nice son plan stratégique à l’horizon 2012. Un plan impulsé par son Comité d’Orientation Stratégique au sein duquel l’on retrouve de nombreuses personnalités de l’industrie azuréenne.
Pour son Président, Christian Tordo (Directeur de Texas Instruments France), le CERAM doit orienter son développement autour de 3 axes : la recherche en Management, l’International et une nécessaire croissance. Un développement qui permettra de répondre aux attentes des entreprises qui s’expriment au travers de ce Comité d’Orientation Stratégique, dont les objectifs nous sont rappelés par Christian Tordo.


La CCI fixe des objectifs ambitieux au CERAM
Samedi 26 janvier 2008

Le CERAM Business School vient de présenter à Nice son nouveau plan stratégique, qui a pour ambition de faire reconnaître le CERAM, à l’horizon 2012, comme la grande école française de l’économie de la connaissance. Gestionnaire du CERAM, la CCI Nice Côte d’Azur entend lui faire franchir un cap et l’inscrire parmi les leaders nationaux avec une marque reconnue au niveau international.
Pour ce faire, le CERAM Business School va encore accentuer son positionnement sur l’international, à la fois par la formation de ses étudiants, mais également en s’implantant à l’étranger. Pour le Président de la CCI, Dominique Estève, les objectifs assignés au CERAM sont ambitieux, mais tout à fait réalisables.

Le Pôle SCS serein face à l’évaluation des pôles de compétitivité
Lundi 12 novembre 2007

Le 3ème Forum des Pôles de Compétitivité s’est tenu à Sophia Antipolis au moment où le gouvernement a décrété une pause dans désignation de nouveaux pôles et s’apprête à lancer une évaluation sur le fonctionnement des 71 pôles français. Jean Pierre Henry, le nouveau Président du Pôle SCS n’y voit pas là un arrêt dans le lancement de nouveaux projets au sein de ce pôle fortement implanté dans les Alpes-Maritimes.
Au contraire, il escompte bien que celui-ci entre prochainement dans l’âge d’or des pôles, évoqué par Christine Lagarde lors de son allocution. De plus il attend la venue de la commission d’évaluation de manière très sereine, tant le bilan du Pôle SCS lui paraît positif au vu du nombre de projets développés.

L’intégration des PME, l’obsession du Pôle SCS
Lundi 12 novembre 2007

L’insertion des PME dans les pôles était le thème central du 3ème Forum annuel des Pôles de Compétitivité qui s’est déroulé vendredi 9 novembre à Sophia Antipolis. Pour le premier des pôles mondiaux, le Pôle des Solutions Communicantes Sécurisées, l’intégration des PME confine à l’obsession et il n’est pas rare de voir l’une d’entre elles, chef de file d’un projet.
Le Pôle SCS qui vient de se doter d’un nouveau Président en la personne de Jean Pierre Henry, Directeur du site cannois de Thales Alenia Space et également Président de Telecom Valley. Jean Pierre Henry qui revient sur les conditions de son élection récente où l’alternance de la présidence entre les Alpes-Maritimes et la Provence fut un instant remise en question.

Les pôles de compétitivité, un modèle pour l’économie française
Lundi 12 novembre 2007

Le 3ème Forum des Pôles de compétitivité s’est tenu vendredi 9 novembre à Sophia Antipolis. Une manifestation clôturée par la Ministre de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde, pour qui les pôles constituent un modèle de réussite pour l’ensemble de l’économie française, même si le temps est venu de faire une pause dans leur création afin d’évaluer le fonctionnement des 71 pôles français qui irriguent aujourd’hui l’ensemble du territoire comme autant de centres nerveux.
Une pause pour reprendre de l’élan et aller vers la création de plateformes technologiques avec un développement vers l’international. De quoi aller vers l’âge d’or des pôles, après leur sortie de l’adolescence.

Nicholas Ayache, Meilleur Chercheur 2007
Jeudi 25 octobre 2007

La rédaction du Nouvel Economiste vient de distinguer 6 personnalités, de la région Provence Alpes Côte d’Azur, qui se sont particulièrement illustrées au cours de l’année. Parmi elle, Nicholas Ayache, directeur de recherche à l’INRIA, qui reçoit le prix du Meilleur Chercheur de l’Année 2007.
Nicholas Ayache est l’un des grands spécialistes de la modélisation d’organes, de l’analyse et de la simulation des images médicales, ce qui l’a notamment conduit à collaborer avec le CHU de Nice autour du robot chirurgical Da Vinci. Avant de partir aux Etats-Unis pour une mission sabbatique à Boston dans le cadre d’une collaboration avec le MIT et l’Université d’Harvard, il nous avait précisé l’objectif de ses recherches.

Les étudiants du CERAM intéressent la Société Générale
Lundi 15 octobre 2007

Le CERAM Business School et la Société Générale ont signé, jeudi 11 octobre à Sophia Antipolis, une convention de partenariat visant à faciliter le recrutement d’étudiants par la grande banque française, tout en impliquant cette dernière dans la définition des contenus de l’enseignement.
Pour Frédéric Vaquié, le Directeur du recrutement de la Société Générale, le profil des étudiants du CERAM correspond tout à fait aux immenses besoins de cette banque en matière de recrutement. Déjà, de nombreux étudiants de CERAM ont intégré la Société Générale, notamment par le biais de contrats d’alternance, mais il s’agit aujourd’hui, pour la banque partenaire du rugby, d’aller encore plus loin et de transformer l’essai.

Un partenariat renforcé entre le CERAM et la Société Générale
Lundi 15 octobre 2007

Depuis plusieurs années, de nombreux étudiants du CERAM Business School terminaient leurs cursus par une formation en alternance au sein de la Société Générale. Une expérience qui, dans tous les cas, se terminait par un contrat d’embauche. Avec la signature, jeudi 11 octobre, d’une nouvelle convention, ce partenariat va se trouver encore renforcé, notamment par l’intégration de la Société Générale au comité scientifique de la Majeure Banque et Finances.
Un moyen de veiller à ce que ce domaine d’excellence du CERAM colle toujours plus près aux réelles attentes des professionnels du secteur. Une convention qui, pour Dominique Estève, Président de la CCI Nice Côte d’Azur dont dépend le CERAM, revêt donc un double intérêt.

Science participative : le plaisir de partager le savoir

Dans le cadre de l’initiative « Science participative », 500 élèves de 17 classes de première des lycées d’Antibes et de Valbonne sont en train de choisir un sujet scientifique sur lequel ils vont travailler en bénéficiant de la collaboration de 2 000 chercheurs de Sophia Antipolis. Des chercheurs qui ont parfois du mal à vulgariser leur savoir, mais sont souvent agréablement surpris de l’accueil qu’ils reçoivent de la société lorsqu’ils font l’effort d’aller vers elle.
Pour Thierry Vieville, Directeur de recherche à l’INRIA, l’échange avec les lycéens est un véritable plaisir. Ces derniers font preuve d’une forte curiosité scientifique, ce qui leur permet de s’approprier le travail des chercheurs, l’objectif de cette opération.

Science participative : réorienter les jeunes vers la recherche scientifique

L’initiative « Science participative », lancée par l’INRIA en direction des élèves des classes de première scientifique répond à un double objectif. Il s’agit d’abord de susciter chez les jeunes un regain d’intérêt pour la culture scientifique, mais également, à plus long terme, d’en attirer certains vers la recherche.
Des établissements comme celui de l’INRIA ont en effet de plus en plus de difficulté pour recruter. Pour Gérard Giraudon, Directeur de l’INRIA à Sophia Antipolis, ils souffrent notamment de la concurrence des entreprises qui ont tendance désormais à recruter les jeunes avant même que ces derniers aient fait leur thèse. Il espère donc que « Science participative » leur permettra d’attirer les meilleurs jeunes du cru.

Science participative : créer du lien entre chercheurs, profs et lycéens

L’INRIA a lancé, lundi 24 septembre à Sophia Antipolis, l’initiative « Science participative » qui vise à prolonger sur la durée l’opération de la Fête de la Science. Une initiative, ciblée sur le territoire de la CASA, qui vise les classes de première en leur proposant non seulement des idées de sujets pour leur TPE (Travaux Personnels Encadrés), mais également des références documentaires et des chercheurs pour en parler.
Des suggestions très largement ouvertes à la discussion car, pour Gérard Giraudon, Directeur du centre de recherche de l’INRIA à Sophia Antipolis, outre la volonté de susciter chez les jeunes un regain d’intérêt pour la culture scientifique, l’objectif de « Science participative » est de créer des liens entre les chercheurs, les lycéens et leurs profs.

Le CERAM, haut lieu de l’Intelligence Économique

La 5ème édition des Rencontres en Intelligence Économique aura lieu vendredi 7 septembre au CERAM Sophia Antipolis. Le CERAM est d’ailleurs un haut lieu de la recherche en Intelligence Économique et sa Directrice, Alice Guilhon fait partie des meilleurs spécialistes français de l’IE. Elle vient d’ailleurs de publier avec Michel Henry Bouchet un ouvrage sur l’Intelligence Économique et la gestion des risques.
Pour elle, l’IE est particulièrement importante pour maîtriser l’information stratégique, indispensable pour créer de l’innovation. L’IE est au service du développement à l’international des entreprises, mais elle est parfois sous utilisée, ce qui est à l’origine du manque de compétitivité de l’économie française.

CERAM Business School : une grande école aux multiples visages

C’était la rentrée, mardi 4 septembre à Sophia Antipolis, pour la plupart des étudiants du CERAM Business School, et notamment ceux de la 1ère année du programme grande école. Un programme qui constitue sans doute la partie la plus visible des activités du CERAM, mais qui n’est pas la seule. Le CERAM est également un centre d’expertise et de recherche qui organise de nombreux colloques comme la 5ème édition des Rencontres de l’Intelligence Économique qui s’y déroulera vendredi 7 septembre.
Mais le CERAM, c’est aussi des Programmes Bachelors tournés résolument vers l’international, et de nombreux Masters s’appuyant sur des thématiques en lien avec les centres d’expertise et de recherche du CERAM, selon sa Directrice, Alice Guilhon.

Objectif 100% pour le CERAM

C’est dans un amphi archi comble que s’est déroulée, mardi 4 septembre, la rentrée solennelle du CERAM Business School à Sophia Antipolis. Il faut dire que cette Grande École gérée par la CCI Nice Côte d’Azur attire désormais plus de 2000 étudiants. De quoi provoquer parfois un problème de places et inciter le CERAM à envisager son développement à l’international.
L’obtention cette année de l’accréditation EQUIS, décernée aux meilleures institutions européennes de formation en management, ayant visiblement améliorer l’attrait du CERAM. Une attractivité générée également par les plus de 90% d’étudiants qui trouvent un emploi dans la foulée de leurs diplômes. Et encore, la Directrice, Alice Guilhon, vise clairement les 100%.

Une rentrée record pour le CERAM

Jour de rentrée, mardi 4 septembre pour les collégiens et lycéens des Alpes-Maritimes, mais également pour un certain nombre d’étudiants dont ceux du CERAM Business School à Sophia Antipolis. Une école de commerce qui joue la carte de la différentiation en se tournant résolument vers l’entreprise et l’international, et en s’appuyant sur des méthodes d’apprentissage originales mise en œuvre par une équipe pédagogique particulièrement performante.
Malgré une concurrence sévère, le CERAM attire de plus en plus d’étudiants qui, dès leur entrée au CERAM, font un véritable choix de carrière. Pour sa Directrice, Alice Guilhon, la rentrée 2007 est d’ailleurs une année record, aussi sur le plan quantitatif que qualitatif.

FORCE 06, fer de lance d’une force européenne de protection civile ?

En visite dans notre département, le Ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, s’est rendu à Sophia Antipolis pour visiter le PC forestier et la tour de guet de Force 06. Créée à l’initiative du Conseil Général des Alpes-Maritimes, cette force d’intervention est tellement exemplaire qu’elle pourrait devenir le fer de lance de la Force Européenne de protection civile que Michel Barnier s’attache à mettre en place depuis plusieurs années.
Une création qui faciliterait, lors de grandes catastrophes, le travail en commun d’unités venues de différents pays européens. Une mutualisation des moyens au service d’un grand projet que nous présente le Ministre qui continue à le porter depuis son entrée au gouvernement.

Michel Barnier en visite au PC forestier de FORCE 06

Michel Barnier, le Ministre de l’Agriculture, était en visite dans notre département, jeudi 26 juillet. Après avoir participé à plusieurs opérations de contrôle sanitaire dans le cadre de « l’Opération Alimentation Vacances », il a visité à Sophia Antipolis le PC forestier et la tour de guet de Force 06. Cette Force Opérationnelle Risque Catastrophe Environnement des Alpes Maritimes dont l’action est déterminante dans la prévention des incendies, ce qui a particulièrement séduit Michel Barnier pour qui prévenir vaut toujours mieux que réparer.
L’action de Force 06 est tellement exemplaire que le Ministre souhaite l’intégrer dans la Force Européenne de protection civile qu’il s’attache à créer avec un puissant soutien.


Le Développement Durable passe aussi par le haut pays

Avec l’existence du Parc National du Mercantour, les villages du haut pays sont déjà très concernés par l’environnement et le Développement Durable. Mais aidés dans leur démarche par le Conseil Général des Alpes-Maritimes, ils mènent également des actions qui débordent la problématique du Parc. Ainsi, au niveau de l’énergie, ils cherchent à développer les micro-centrales extrêmement utiles en périodes de pointe.
Pour le Maire de Valdeblore, Fernand Blanchi, une démarche est également entreprise pour attirer de nouveaux actifs afin de rééquilibrer l’implantation de la population dans le département. En matière d’habitat, ces villages sont à la recherche d’une mixité, mais bien différente de la mixité urbaine.

Sophia respire grâce au GNV

Lors du dernier salon ENR Agora, Marc Daunis est intervenu avec sa triple casquette de représentant de collectivités oeuvrant pour l’environnement sur Sophia Antipolis. La Région, tout d’abord, qui vient d’y construire un lycée exemplaire. La CASA ensuite qui, autour de son projet de Charte de l’environnement, essaie de mener des actions cohérentes, même si encore beaucoup de travail reste à faire.
Pour que Sophia respire vraiment, la question des déplacements reste centrale. De nouveaux modes de transport doivent être privilégiés. C’est dans cette perspective que la ville de Valbonne a décidé d’encourager l’utilisation du GNV.

EDF investit dans les énergies nouvelles

Lors du dernier salon ENR Agora, qui s’est déroulé à Sophia Antipolis, les visiteurs ont pu s’apercevoir de l’intérêt de plus en plus marqué d’EDF pour les énergies nouvelles renouvelables. Non seulement elle apporte son soutien aux initiatives de ses clients qui souhaitent utiliser ce type d’énergie, mais elle vient de mettre en bourse sa filiale, EDF Énergies Nouvelles, pour laquelle elle affiche de grandes ambitions.
De nombreux programmes sont ainsi lancés dans l’éolien, le solaire ou la biomasse. Au total, pour Philippe Malapert, expert énergétique au sein d’EDF, sa société va investir plus de 3 milliards d’euros dans les énergies renouvelables, soit l’équivalent de l’investissement dans l’EPR.

ACRI au cœur du dispositif de détection des nappes d’hydrocarbures

Pour la seconde année consécutive, le Conseil Général des Alpes-Maritimes met en place pour cet été un dispositif de détection satellitaire des pollutions marines. Grâce aux images radars de notre zone littorale transmises par deux satellites captés par une station implantée en Norvège, la moindre nappe susceptible d’engendrer une pollution sur nos côtes est détectée.
Les images parviennent ensuite à Sophia Antipolis où la société ACRI les analyse et parvient à calculer la dérive de ces nappes d’hydrocarbures. Les autorités compétentes ont alors le temps de prendre les mesures nécessaires pour préserver le rivage azuréen. Philippe Bardey, PDG de la société ACRI, nous indique comment ce dispositif fonctionne.

Ecolucioles, un laboratoire pour tester et valider la construction HQE

C’est le groupe CARI qui a accueilli, dans ses locaux de l’Agora Einstein à Sophia Antipolis, la première édition du salon ENR Agora consacré aux Énergies Nouvelles Renouvelables et au Développement Durable. Le groupe expérimente d’ailleurs dans ce centre d’affaires, de nombreuses solutions en matière d’économie d’énergie et revend même à EDF de l’électricité produite à l’aide de panneaux solaires.
Mais à quelques centaines de mètres, CARI va encore au-delà en étant le promoteur constructeur d’une nouvelle génération de bâtiment, « Les Ecolucioles », véritable laboratoire de la HQE où sont testées et validées 54 actions environnementales. Georges Dao, le PDG de CARI, nous explique les raisons de cette opération.

L’Eclectic, le premier véhicule autonome de l’histoire de l’automobile

Lors du salon ENR Agora, organisé à Sophia Antipolis, un étrange véhicule attirait tous les regards. Mais outre son design original, l’Eclectic avait particulièrement sa place dans ce salon consacré aux énergies renouvelables, puisqu’il s’agit du premier véhicule autonome de l’histoire de l’automobile. Cette petite navette se mue en effet en une centrale de production et de stockage d’énergies renouvelables, solaire ou éolienne.
Conçue et fabriquée à Monaco par la société Venturi, cette Eclectic devrait bientôt sillonner les rues de la Principauté même si elle est plutôt destinée à s’exporter dans les Resorts haut de gamme du monde entier. Son concept nous est rappelé par le PDG de Venturi, Gildo Pallanca Pastor.

Pôle Capenergies : la rencontre des énergies renouvelables et du nucléaire

« Révolution énergétique : les nouveaux défis mondiaux », tel était le thème de l’une des conférences plénières du 1er salon ENR Agora organisé par le groupe CARI à Sophia Antipolis. Un salon où il fut évidemment beaucoup question des énergies nouvelles renouvelables, mais également du nucléaire, deux mondes qui sont en train de trouver bien des convergences.
Pour son Directeur, Jean-Christophe Delvallet, le pôle de compétitivité Capenergies constitue même l’illustration que les acteurs de ces secteurs parlent et travaillent ensemble. Il prône d’ailleurs la constitution d’un bouquet d’énergies équilibré à partir des différents domaines d’activité du pôle Capenergies.

(Photo Blaise Tassou, le témoin de vos événements www.blaisetassou.com)


Le nucléaire : solution face au réchauffement climatique ?

Le nucléaire peut-il constituer une bonne solution face au problème du réchauffement climatique ? Telle était l’une des questions abordées lors de la première édition du salon ENR Agora qui s’est déroulé à Sophia Antipolis. Pour Francis Sorin, de la Société Française de l’Énergie Nucléaire, même si elle ne peut-être la solution unique, l’énergie nucléaire mérite au moins d’être prise en considération.
Le recours au nucléaire permet en effet de réduire dans des proportions importantes les rejets de gaz à effet de serre, mais également de produire des quantités massives d’électricité. Un atout indéniable car, quelques soient nos efforts pour l’économiser, le monde de demain aura besoin de toujours plus d’énergie.

(Photo Blaise Tassou, le témoin de vos événements www.blaisetassou.com)


Maîtriser l’énergie pour ne plus léguer des fardeaux aux générations futures

Les 5 et 6 juillet, de nombreux experts du domaine des énergies nouvelles renouvelables étaient réunis à Sophia Antipolis dans le cadre du premier salon ENR Agora. Pour Bernard Chabot, expert au sein de l’ADEME, il est absolument indispensable, en matière d’énergie, d’adopter aujourd’hui des solutions de rupture pour léguer aux générations futures des bienfaits plutôt que des fardeaux.
Pour lui, les énergies renouvelables sont désormais sorties du domaine de la confidentialité et de nombreuses solutions sont aujourd’hui disponibles pour maîtriser les consommations d’énergie, notamment dans le domaine du bâtiment. Il convient donc de les mettre en œuvre pour ne plus subir, mais anticiper, face au réchauffement climatique.

(Photo Blaise Tassou, le témoin de vos événements www.blaisetassou.com)


Alerte rouge pour le modèle énergétique mondial

La première édition du salon ENR Agora s’est déroulée à Sophia Antipolis les 5 et 6 juillet. Durant deux jours, de nombreux experts ont abordé les différents thèmes liés à l’actualité des Énergies Nouvelles Renouvelables et du Développement Durable. Parmi eux le Sénateur Pierre Laffitte, auteur d’un rapport parlementaire sur les questions énergétiques.
Pour lui, les pays occidentaux doivent aujourd’hui faire preuve d’une grande volonté politique car des investissements considérables sont nécessaires pour développer la recherche sur les énergies renouvelables et le nucléaire. Des mesures indispensables car le dérèglement climatique nous coûte déjà très cher, et que le modèle énergétique mondial est en alerte rouge.

(Photo Blaise Tassou, le témoin de vos événements www.blaisetassou.com)

ITST 2007 : les progrès technologiques bouleverse l’usage de la cartographie

La 7ème édition du colloque ITST se déroule du 6 au 8 juin à Sophia Antipolis. Le choix de la technopole pour réunir les meilleurs spécialistes mondiaux des systèmes de transports intelligents n’est sans doute pas étranger au fait que de nombreuses entreprises de Sophia travaillent sur ces domaines de recherche.
Exemple avec la société BeNomad qui élabore des applications, en matière de cartographie, qui intéressent aussi bien le grand public que le monde professionnel. Pour son Directeur Stéfane Maynard, qui nous présente le champ d’action de sa société, les progrès technologiques en matière de transports intelligents sont très importants et ont une grande influence sur l’évolution de la cartographie et sur son usage.

ITST 2007 : la sécurité active prend place dans les véhicules

Du 6 au 8 juin, Sophia Antipolis est l’hôte de la 7ème édition du colloque ITST qui rassemble chercheurs et industriels travaillant sur les technologies intégrées dans les différents modes de transport. Pour les industriels, il est important de bien cerner leur évolution afin d’adapter les processus de fabrication.
Ceci est particulièrement vrai pour Hitachi dont le laboratoire de Sophia Antipolis collabore avec les acteurs majeurs de l’industrie automobile afin d’implémenter, dans les véhicules et sur les routes, des solutions permettant d’améliorer la sécurité. Pour son Directeur, Stéphane Amarger, ce sont d’ailleurs les solutions en matière de sécurité active qui feront bientôt la différence entre les véhicules.

ITST 2007 : Chercheurs et industriels confrontent leurs point de vue sur les transports intelligents

Après la Chine l’an dernier, c’est Sophia Antipolis qui accueille du 6 au 8 Juin le colloque ITST 2007. Une conférence de haut niveau sur les systèmes de transports intelligents. Un domaine qui concerne aussi bien le grand public, qui bientôt ne pourra plus se passer d’un système de guidage, que les collectivités locales qui cherchent à rendre leurs réseaux plus sûrs et plus efficaces.
Pour Ulrich Finger, Directeur de l’Institut Eurecom qui organise le colloque, les collectivités locales seront d’ailleurs à terme les meilleurs clients de ces technologies. Des technologies qui doivent également répondre aux besoins des industriels, d’où l’intérêt ce colloque où ils confrontent leurs recherches avec celles des académiques.

Sophia Antipolis accueille l’ITST 2007

La 7ème Conférence Internationale de Télécommunications sur les Systèmes de Transports Intelligents se déroule du 6 au 8 juin à Sophia Antipolis. Les meilleurs experts sont réunis pour confronter leurs dernières avancées sur une vaste gamme de techniques appliquées aux transports pour rendre les réseaux plus sûrs, plus fiables et plus écologiques.
La tenue de ces conférences de haut niveau améliore la visibilité d’un territoire et Team Côte d’Azur, l’agence de développement économique de la Côte d’Azur, s’est battue pour que ce colloque se déroule cette année à Sophia Antipolis. Son Président, Jean Pierre Mascarelli compte bien d’ailleurs profiter de l’ITST pour attirer de nouvelles entreprises sur la Côte.

Les contours du diplôme délivré par le Centre International du Tourisme

Le CERAM Sophia Antipolis a accueilli, vendredi 11 mai, la signature de l’acte de naissance du Centre International du Tourisme. Un nouveau pôle d’excellence regroupant les forces de l’Université Paris 1 Sorbonne, de celle de Nice Sophia Antipolis et du CERAM Business School.
Les professionnels du secteur ont été associés à la création de ce Centre International du Tourisme qui organisera des sessions « sur mesure » de formation et s’intéressera aussi bien au Tourisme d’Affaires qu’au Tourisme de Loisirs. Un centre qui délivrera surtout un diplôme de niveau Bac+5, dont les contours nous sont dévoilés par le Directeur de l’Institut de Recherche et d’Études Supérieures du Tourisme, implanté au sein de Paris 1 Sorbonne, Rémy Knafou.

Centre International du Tourisme : un pôle de compétitivité pour le Tourisme

Les différents partenaires du Centre International du Tourisme ont signé, vendredi 11 mai au CERAM Sophia Antipolis, l’acte de naissance de ce nouveau pôle d’excellence qui délivrera un diplôme « Tourisme International » de niveau Bac + 5 et organisera des sessions de formation continue.
Le Centre International du Tourisme est un projet ambitieux mené par l’Université de Paris 1 Sorbonne et celle de Nice Sophia Antipolis, sous l’égide de deux collectivités : la région Île de France et la CASA, terre d’accueil de 7 pôles de compétitivité. Pour son Président, Jean Léonetti, il était temps que le Tourisme, qui doit faire face à la concurrence, et dont l’industrie a trop longtemps été négligée, ait lui aussi son pôle de compétitivité.

Paris et la Côte d’Azur s’associent pour créer un Centre International du Tourisme

Le CERAM Sophia Antipolis a été le théâtre, vendredi 11 mai, de la naissance du Centre International du Tourisme qui délivrera un diplôme d’études supérieures « Tourisme International » de niveau Bac + 5, organisera des sessions « sur mesure » de formation continue et assurera la veille et la prospective des métiers et des emplois du tourisme.
L’originalité de ce nouveau pôle d’excellence est qu’il associe l’Université de Paris 1 Sorbonne et celle de Nice Sophia Antipolis, regroupant ainsi les forces des deux principales régions touristiques françaises. Une démarche logique pour Dominique Estève, Président de la CCI Nice Côte d’Azur, qui y voit également la reconnaissance de la capacité de notre région dans le domaine du Tourisme.

TxCell, une réponse aux maladies chroniques inflammatoires

La société TxCell, implantée à Biot, a obtenu, jeudi 22 mars, le prix de la Solution Innovante dans le domaine des Sciences du Vivant, lors de la remise des trophées du concours Cap Innovation Méditerranée à Sophia Antipolis. TxCell développe actuellement plusieurs projets au sein du pôle Orpheme, notamment pour lutter contre les maladies chroniques inflammatoires, et en particulier la maladie de Crohn.
Pour traiter ces maladies, TxCell s’intéresse aux propriétés régulatrices du système immunitaire de certaines cellules, qu’elle va extraire du sang des patients, pour les réinjecter après les avoir fait proliférées. Les précisions du Président de TxCell, Frédéric Hammel.

Seemage, l’innovation au service de clients prestigieux

Basée à Sophia Antipolis, la société Seemage a reçu, jeudi 22 mars, le prix de la solution innovante, décerné dans le cadre du concours Cap Innovation Méditerranée. Créée en 2002, Seemage propose des solutions logicielles pour répondre à des besoins de visualisation et de maquettes numériques.
Si la société est encore jeune, elle possède déjà des clients très prestigieux dans le domaine de l’automobile, de l’aéronautique ou de l’espace avec Alcatel Alenia Space à qui elle permet de visualiser et de simuler en salle blanche, le fonctionnement d’un satellite et de ses équipements. James Dugalais, Responsable R&D, nous précise les domaines d’intervention de Seemage.

Une convention entre la CCI Nice Côte d’Azur et le Pôle SCS

Le concours Cap Innovation Méditerranée, dont les lauréats ont été récompensés jeudi 22 mars au CERAM Sophia Antipolis, était centré cette année sur les Sciences du Vivant et les Technologies de l’information et de la Communication. Deux thèmes dans lesquels plusieurs pôles de compétitivité de la région sont fortement impliqués. Ces derniers ont d’ailleurs apporté leur soutien à cette initiative conjointe de la Chambre de Commerce Marseille Provence et de la CCI Nice Côte d’Azur.
Son Président, Dominique Estève a d’ailleurs profité de la remise des prix pour signer une convention avec le Pôle SCS. Convention qui, tout comme Cap Innovation Méditerranée, entre dans le cadre de l’action de la CCI en faveur de l’innovation.

Les lauréats du concours Cap Innovation Méditerranée récompensés à Sophia Antipolis

Les trophées de l’Entreprise Innovante, récompensant les lauréats du concours Cap Innovation Méditerranée ont été remis, jeudi 22 mars, au CERAM Sophia Antipolis. 6 Prix et 2 « Coups de cœur » ont été attribués lors de cette 3ème édition, centrée sur les deux secteurs considérés comme les plus transversaux de notre territoire : les Technologies de l’Information et de la Communication et les Sciences du Vivant.
Cap Innovation Méditerranée est organisé conjointement par la CCI Nice Côte d’Azur et la Chambre de Commerce Marseille Provence. Son Président, Jacques Pfister, nous rappelle les objectifs de ce concours qui témoigne de la capacité des deux chambres consulaires à travailler ensemble à la promotion des PME innovantes.

Flash-back à Sophia pour le président de Microsoft

Vendredi 23 Mars, le Président de Microsoft International, Jean Philippe Courtois, était au CERAM Sophia Antipolis pour remettre une bourse accordée par son entreprise à un étudiant de la Majeure Global Management & European Business. Une Majeure tournée vers l’innovation et l’international et donc très en phase avec Microsoft.
Pour Jean Philippe Courtois, il s’agissait également d’un retour aux sources, dans un établissement où il a fait des études qui ont servi de socle à sa brillante carrière au sein du géant de l’informatique, même si le potentiel individuel compte également énormément. A l’heure de la remise solennelle de cette bourse, de nombreux souvenirs, en forme de flash-back, revenaient à la mémoire de Jean Philippe Courtois.

Une bourse de Microsoft au CERAM Sophia Antipolis

Jean Philippe Courtois, le Président de Microsoft International, était au CERAM Sophia Antipolis, vendredi 23 mars, pour remettre une bourse accordée par son entreprise à un étudiant de la Majeure Global Management & European Business, Jeremy Guyot. Outre l’apport financier de la bourse, dont le nom est un clin d’œil au potentiel illimité des étudiants du CERAM, celui-ci effectuera une mission de fin d’études au sein de Microsoft.
L’attribution d’une telle bourse constitue une première pour Microsoft, qui faisait particulièrement plaisir à Jean Philippe Courtois, tout heureux de pouvoir aider un brillant étudiant du CERAM, dont il faisait partie de la promotion 1983, avant de gravir tous les échelons du géant de l’informatique.

Jean Pierre Henry, nouveau Président de Telecom Valley

C’est Jean Pierre Henry, le Directeur de l’établissement de Cannes d’Alcatel Alenia Space, qui succède à Laurent Londeix à la présidence de Telecom Valley, suite à l’Assemblée Générale, mardi 20 mars, de l’association regroupant les entreprises azuréennes du domaine des technologies de l’information et de la communication.
Jean Pierre Henry entend poursuivre les actions engagées par son prédécesseur et développer des initiatives articulées autour du pôle SCS, et notamment la plateforme Telecom qui doit favoriser la coopération entre les entreprises, la recherche et les usagers des technologies mises en oeuvre par les membres de Telecom Valley. Il nous révèle dans quel état d’esprit, il aborde sa présidence.

Telecom Valley plus que jamais impliquée dans le Pôle SCS

A l’issue de l’Assemblée Générale de l’association qui s’est tenue mardi 20 mars à Sophia Antipolis, Laurent Londeix a quitté la présidence de Telecom Valley. L’occasion pour lui de récupérer un peu de temps libre pour l’entreprise qu’il dirige, le Laboratoire France Telecom R&D. Du temps qu’il consacrera pour s’occuper également, au sein de Telecom Valley, du Pôle SCS.
Telecom Valley est en effet à l’origine de la création du Pôle Solutions Communicantes Sécurisées au sein duquel elle pilote plusieurs projets et compte développer des initiatives comme le Centre d’innovation du tourisme ou la création d’une plateforme Telecom. Telecom Valley continue donc à s’impliquer pleinement dans le pôle SCS.

Laurent Londeix quitte la présidence de Telecom Valley

Laurent Londeix, Directeur du Laboratoire France Telecom R&D à Sophia Antipolis a quitté la présidence de Telecom Valley à l’issue de son mandat de deux ans. Deux années au cours desquelles l’association regroupant les entreprises azuréennes dans le domaine des technologies de l’information et de la communication a connu une forte croissance, dépassant le cap des 100 membres grâce à l’arrivée de nombreuses PME et start-up innovantes.
Pour Laurent Londeix, Telecom Valley est aujourd’hui reconnu comme un acteur incontournable du monde des TIC par les institutionnels qui lui apporte un soutien croissant, ce qui lui a permis de se structurer et d’engager de nouvelles initiatives. Sa présidence lui a également apporté beaucoup sur le plan personnel.

La recherche guidée par l’esprit de compétition

En organisant lundi 19 mars, une série de débats ouverts à ses partenaires industriels et surtout à des décideurs politiques, l’INRIA a clairement signifié son intention de se tourner vers la société civile et sa volonté d’éviter de vivre dans une tour d’ivoire. Il est d’ailleurs réconfortant pour ses chercheurs, de voir l’intérêt suscité par leurs travaux.
Directeur de recherche à l’INRIA et grand spécialiste de la simulation des images médicales, Nicholas Ayache considère également essentiel de dialoguer avec les politiques afin de leur expliquer les finalités et l’utilité de leurs recherches dont le financement dépend en grande partie d’eux. Une recherche qui est guidée en permanence par l’esprit de compétition.

La modélisation d’organes au service du chirurgien

Pour fêter ses chercheurs primés en 2006, l’INRIA Sophia Antipolis a organisé, lundi 19 mars, une série de débats autour de leurs recherches. Témoin celui autour des nouvelles technologies au service des sciences du vivant, qui a réuni Nicholas Ayache, le Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti, également cardiologue, et le doyen de la faculté de médecine de Nice, Daniel Benchimol.
Grand Prix de la Fondation d’entreprise EADS et Directeur de Recherche à l’INRIA, Nicholas Ayache est l’un des grands spécialistes de la modélisation d’organes, de l’analyse et de la simulation des images médicales, ce qui l’a notamment conduit à collaborer avec le CHU de Nice autour du robot chirurgical Da Vinci. Il nous précise l’objectif de ses recherches.

L’INRIA continue à dessiner les contours du futur

L’INRIA Sophia Antipolis a choisi, lundi 19 mars, de mettre en lumière ses chercheurs primés en 2006 en les faisant dialoguer, autour des applications de leurs recherches, avec des industriels et des décideurs politiques. Un moyen de faire toucher du doigt à ces derniers, les nombreuses avancées technologiques qui prennent naissance au cœur des laboratoires de l’INRIA.
Depuis 40 ans, cet institut dédié à la recherche en sciences et technologies de l’information et de la communication accompagne ou précède la révolution de l’information. L’INRIA Sophia Antipolis étant impliqué dans 14 pôles de compétitivité, son Directeur, Gérard Giraudon, est particulièrement bien placé, pour nous dessiner les contours des prochaines évolutions.

L’INRIA, 40 Ans au cœur de la révolution de l’information

Tranche de science ! Tel était l’intitulé d’un débat très enrichissant, réunissant, lundi 19 mars à Sophia Antipolis, chercheurs, industriels et décideurs politiques. Une manifestation organisée par l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique) qui occupe une place essentielle au cœur de la technopole de Sophia Antipolis où elle regroupe près de 500 personnes.
L’INRIA qui fête cette année ses 40 ans d’existence, au cours desquels elle a largement contribué à la révolution de l’information. Pourtant sa naissance, au cœur d’une base militaire désertée par l’OTAN, s’est un peu réalisée aux forceps. C’est ce que nous révèle, le Directeur de l’INRIA Sophia Antipolis, Gérard Giraudon.

Une tranche de science pour ouvrir le dialogue entre chercheurs et politiques

Lundi 19 mars, l’INRIA a organisé à Sophia Antipolis une manifestation, intitulée « Tranche de science », réunissant chercheurs, partenaires industriels et hommes politiques. A un moment où les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication transforment profondément nos sociétés, l’INRIA, qui contribue fortement à ces mutations, a souhaité s’ouvrir vers la société civile et entamer le dialogue.
Plusieurs débats ont mis en évidence l’utilité des recherches menées au sein de l’INRIA, notamment dans les domaines des sciences du vivant, du multimédia ou de la prévention des risques. Gérard Giraudon, Directeur de l’INRIA Sophia Antipolis, nous précise le sens de cette manifestation.

MIPIM 2007 : Sophia Antipolis face aux autres technopoles internationales

Dans le cadre du MIPIM qui se déroule à Cannes jusqu’au 16 mars, Philippe Prouillac, Président d’Atisreal Consult, et Philippe Deléarde, Directeur d’Inno TSD, ont présenté, à l’initiative de Team Côte d’Azur, une étude comparative sur les grandes technopoles internationales. L’occasion de constater que Sophia Antipolis se trouve particulièrement bien placée, notamment en terme de coût des surfaces disponibles.
L’environnement naturel de Sophia Antipolis, avec son écrin de verdure, n’a que peu d’équivalent dans le monde, surtout pour un parc technologique de cette taille, offrant de surcroît un potentiel de développement très important.

ASK prêt à répondre à la demande du marché haïtien

La délégation ministérielle haïtienne en visite sur la Côte d’Azur, vendredi 9 mars, s’est arrêtée à Sophia Antipolis pour rencontrer pour rencontrer plusieurs chefs d’entreprise. Parmi eux, Georges Kayanakis, fondateur d’ASK, leader mondial des cartes à puces sans contact.
Pour Georges Kayanakis, un pays comme Haïti est notamment susceptible d’être intéressé par les applications « sans contact » dans le domaine du micro crédit bancaire et celui du tourisme, à la fois pour sécuriser les passeports, mais surtout pour développer des produits originaux et modernes. Il souligne par ailleurs qu’Haïti est aujourd’hui finalement confronté à la même problématique que sa société lors de sa création : la nécessité de faire pas cher.

Malongo en Haïti, laboratoire en vraie grandeur des applications développées à Sophia Antipolis

La visite sur la Côte d’Azur, vendredi 9 mars, d’une importante délégation ministérielle haïtienne est fort logiquement passée par l’usine Malongo à Carros. Malongo est en effet à l’origine en Haïti, d’une expérimentation à grande échelle de plusieurs applications développées au sein du Master MBDS de l’Université Nice Sophia Antipolis.
Un projet symbolique fort concernant le commerce équitable et le développement des campagnes, en favorisant la traçabilité du café et en apportant de la formation aux paysans dans les villages les plus reculés d’Haïti. Pour Serge Miranda, Directeur du MBDS, le retard initial d’Haïti en matière de technologie n’est pas un handicap et peut même parfois se transformer en atout.

MBDS, Un Master de l’Université Nice Sophia Antipolis délocalisé en Haïti

Plusieurs ministres haïtiens étaient en visite sur la Côte d’Azur, vendredi 9 Mars. Parmi eux, Frantz Verella, Ministre des travaux publics, transports et communication, n’était pas en terre inconnue puisqu’il est à l’origine de la délocalisation en Haïti du Master MBDS, basé à Sophia Antipolis.
Chaque année, plusieurs étudiants haïtiens viennent étoffer l’équipe du MBDS qui imagine les usages futurs des nouvelles technologies. Ils repartent ensuite en Haïti former d’autres étudiants ce qui a permis au fil des ans de constituer sur place un véritable savoir faire se traduisant sur le terrain par la mise en œuvre de nombreuses solutions innovantes. Serge Miranda, le Directeur du MBDS, nous relate l’origine de cette délocalisation particulièrement réussie.

A Haïti, le rêve est redevenu possible

Une délégation ministérielle Haïtienne était en visite dans les Alpes-Maritimes, vendredi 9 mars. Après des années noires marquées par la guerre civile, Haïti se reprend à rêver d’un avenir meilleur. Son développement passe notamment par l’accès aux nouvelles technologies, domaine où une coopération a été lancée il y a plusieurs années avec l’Université Nice Sophia Antipolis et son Master MBDS, ce laboratoire qui imagine le futur.
A l’origine de ce partenariat lorsqu’il était universitaire, Frantz Verella est aujourd’hui Ministre des travaux publics, transports et communication. En venant sur la Côte d’Azur, il souhaite montrer que son pays a changé et inciter les entreprises françaises à venir lui apporter leur savoir faire.

Assises du logement : La CANCA donne l’exemple, les communes suivent

Les 1ères Assises du logement pour actifs, organisées par la CCI Nice Côte d’Azur, ont montré qu’une politique de l’habitat était souvent confrontée à des problèmes fonciers. Comme souvent dans ce domaine, la Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur a innové en se dotant d’une véritable stratégie foncière en signant le 27 février dernier une convention avec l’Établissement Public Foncier Régional avec pour objectif la construction, en 3 à 5 ans, de près de 600 logements sur une trentaine de sites.
Une opération qui pour Dominique Estrosi, Vice Présidente délégué à la politique de la Ville et à l’Habitat, montre l’implication croissante de la plupart des communes de la CANCA sur les questions relatives au logement des actifs.

Assises du logement : Antibes, cadre d’une opération exemplaire

Même si la crise de l’offre de logements est toujours bien réelle dans le département, les 1ères Assises du logement pour actifs organisées, lundi 5 mars par la CCI Nice Côte d’azur, ont permis de mettre en lumière certaines opérations exemplaires illustrant les progrès réalisés dans la maîtrise du foncier.
Témoin l’opération « TDF », réalisée sur Antibes grâce notamment à l’intervention de l’Établissement Public Foncier Régional qui s’est porté acquéreur d’un terrain de 3 hectares sur lequel plus de 200 logements verront bientôt le jour. Une opération favorisant la mixité et respectant l’environnement qui pour le Député Maire d’Antibes, Jean Léonetti, est également le fruit de la volonté politique de ne plus laisser faire.

Un an après l’état d’urgence, les 1ères assises du logement pour actifs

Un an après avoir décrété l’état d’urgence sur la question du logement des actifs, la CCI Nice Côte d’Azur a organisé, lundi 5 mars au CERAM Sophia Antipolis, les 1ère Assises du logement pour actifs. Si l’offre de logements dans le département reste notoirement insuffisante puisqu’il manque 1 800 logements/an pour répondre à la demande, la prise de conscience et la mobilisation des collectivités locales sur cette question a progressé.
Pour Jean Marie Ebel, Président de l’Observatoire Immobilier d’Habitat Côte d’Azur, les 12 propositions avancées l’an dernier par la CCI sont toujours d’actualité, et loin d’avoir été appliquées à 100%, mais certaines avancées sont tout de même à souligner, notamment sur le problème du foncier.

Sophia s’ouvre aux projets : L’accompagnement, clef de la réussite

« Sophia s’ouvre aux projets », l’initiative originale d’aide au retour à l’emploi pour les cadres de Sophia Antipolis, a dressé, mercredi 14 février, le bilan de ses 3 premières années d’existence. Le concept « Créons de la valeur, créons de l’emploi » semble avoir parfaitement fonctionné puisque le taux de réussite de l’opération est de 87%.
Le principe du stage de 6 mois en entreprise pour activer un « projet dormant » s’est révélé judicieux pour mettre sur les rails des activités génératrices d’emploi. Mais pour Alain André, Directeur de Cicom Organisation, la réussite du dispositif n’aurait pas été au rendez vous sans l’accompagnement, individuel et collectif, mis en œuvre pour aider les candidats dans bien des domaines.

Sophia s’ouvre aux projets : L’ Assédic prêt à accroître son aide

En 3 ans, l’opération « Sophia s’ouvre aux projets », destinée à permettre à des cadres au chômage de retrouver le chemin de l’emploi en activant des projets dormants en entreprise, affiche un taux de réussite de 87%. Face à une telle réussite, la demande s’accentue, d’autant plus que le dispositif devrait à l’avenir s’appliquer à l’ensemble de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis.
Pour répondre à cette demande croissante, venant des aussi bien des entreprises que des demandeurs d’emploi, il est nécessaire d’obtenir les financements correspondants. Compte tenu de ces résultats, l’Assédic se déclare prêt, par la voix de sa Directrice Côte d’Azur, Ghislaine Ellena, à accroître son aide pour accompagner le développement de cette initiative à laquelle elle a adhérée dès le début en lui apportant un soutien financier important.

Sophia s’ouvre aux projets : La création de valeur, source d’emploi

Le bilan des 3 premières éditions de « Sophia s’ouvre aux projets » a été dressé, mercredi 14 février, à la mairie de Valbonne. Cette initiative originale a permis à plus d’une centaine de cadres de retrouver le chemin de l’emploi en activant des projets dormants en entreprise. Preuve que la création de valeur est source d’emploi.
En 3 ans, près de 80 entreprises de Sophia Antipolis, membres de Telecom Valley, ont participé à cette opération qui a donné lieu à quelques « succes stories ». D’ailleurs, pour Nathalie Cottat, Présidente de la commission Emploi de Telecom Valley, si les entreprises ont bien sûr joué leur rôle d’entreprise citoyenne en participant à Sophia s’ouvre aux projets, elles y ont également trouvé leur intérêt.

Sophia s’ouvre aux projets : Une réussite fruit de l’adaptation des acteurs institutionnels

L’ensemble des acteurs de « Sophia s’ouvre aux projets » étaient réunis, mercredi 14 février, pour faire le bilan des 3 premières éditions de cette initiative originale, née lors de l’éclatement de la bulle Internet, à l’instigation de la ville de Valbonne et de Cicom Organisation, dirigée par Alain André.
Avec 87% des cadres ayant retrouvé un emploi à l’issue d’un stage de 6 mois d’activation de projets dormants en entreprise, Sophia s’ouvre aux projets est un véritable succès. Un succès dû, pour le Maire de Valbonne, Marc Daunis, à la mobilisation, autour de Telecom Valley, des entreprises de Sophia Antipolis, mais également à la capacité d’adaptation des différents acteurs institutionnels, qui ont su parfois tordre les critères d’attribution de certaines aides.

Sophia s’ouvre aux projets : un gisement d’emplois regorgeant de pépites

Mercredi 14 février, tous les acteurs de « Sophia s’ouvre aux projets » étaient réunis pour faire le bilan des 3 premières éditions de cette initiative originale. Un bilan positif puisque la mise en relation de cadres demandeurs d’emploi avec des entreprises de Sophia Antipolis disposant de « projets dormant » a permis la découverte de véritables gisements d’emplois recélant bien des pépites.
Avec un taux de réussite de 87% en 3 ans, l’opération montée par Cicom Organisation, la ville de Valbonne et l’association Telecom Valley, constitue une grande satisfaction pour la Maire de Valbonne, Marc Daunis, pour qui elle démontre qu’il n’est pas vain de se mobiliser pour l’emploi.

Conférence de Christine Lagarde, un signe de reconnaissance pour le CERAM

Après avoir rencontrer les industriels de la technopole au sein de la société ASK, Christine Lagarde, la Ministre déléguée au Commerce Extérieur est venue au CERAM Sophia Antipolis, lundi 22 janvier, donner devant près de 350 étudiants, une conférence sur le thème de la Mondialisation, l’un des domaines de compétence reconnus du CERAM, notamment a travers son centre d’expertise « Global Finance ».
Pour Dominique Estève, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur dont dépend le CERAM, la venue de Christine Lagarde dans son établissement est un véritable signe de reconnaissance au moment ou celui-ci accentue encore son orientation vers l’international avec notamment l’ouverture à la rentrée prochaine d’une Académie du Commerce International.

Christine Lagarde au CERAM – Le plaisir de communiquer avec les étudiants

Lundi 22 janvier au CERAM Sophia Antipolis, la Ministre déléguée au Commerce Extérieur, Christine Lagarde, a donné une conférence sur la Mondialisation devant près de 350 étudiants. Un réel plaisir pour elle tant ce public de jeunes lui parait réceptif et prêt pour s’engager dans une aventure professionnelle à l’étranger, ce qui est une chance pour l’avenir.
Pour la Ministre, une meilleure maîtrise de la Mondialisation, qui place l’Homme au cœur du système afin de la rendre plus responsable et plus loyale, passe d’ailleurs par l’engagement des jeunes et par une meilleure connaissance de l’ensemble des phénomènes liés à la Mondialisation.

Le plaidoyer de Christine Lagarde pour une Mondialisation plus responsable, plus loyale et plus durable

Christine Lagarde, la Ministre déléguée au Commerce Extérieur a donné, lundi 22 janvier au CERAM Sophia Antipolis, une conférence sur la Mondialisation devant prés de 350 étudiants. Christine Lagarde a délivré un véritable plaidoyer en faveur de la Mondialisation qu’il convient toutefois de mieux maîtriser afin de la rendre plus responsable, plus loyale et plus durable.
Depuis les années 80, la Mondialisation est devenue anxiogène en France car l’on met trop souvent en exergue ses effets négatifs, comme les délocalisations, en oubliant tous ses aspects positifs. Il est donc important de mieux communiquer sur la Mondialisation afin de la réconcilier avec les français. Tel était le sens de son intervention au CERAM.

CARI devient promoteur pour tester ses idées en matière d’Environnement

Le groupe CARI va organiser, les 5 et 6 juillet à Sophia Antipolis, le Salon ENR AGORA, un salon international dans la droite ligne d’une démarche de Haute Qualité Environnementale entreprise depuis plusieurs années par CARI, notamment à l’Agora Einstein qui accueillera le salon.
Le groupe CARI a également poussé très loin la réflexion dans ce domaine à l’occasion du projet de construction du Grand Stade de Nice. Si sa réalisation est aujourd’hui compromise, CARI va pouvoir tout de même expérimenter, comme nous l’indique son Président Georges DAO, un grand nombre de solutions sur le terrain en construisant sur Sophia Antipolis, en tant que promoteur, 4 bâtiments innovants en matière d’environnement, qui à terme devraient accueillir près de 300 personnes.

ENR Agora, un salon pour répondre aux défis de demain

Le groupe CARI a annoncé, jeudi 14 décembre, la création du 1er Salon International des Énergies Renouvelables qui aura lieu à l’Agora Einstein, le Centre d’Affaires qu’il possède à Sophia Antipolis. Ce salon, ENR Agora, aura lieu les 5 et 6 juillet et sera organisé autour d’une dizaine de villages thématiques correspondant aux différentes problématiques touchant les énergies renouvelables et les économies d’énergie.
Au moment où il est urgent de préserver les ressources naturelles et de mettre en place des solutions alternatives, Isabelle Denayer, Directrice de l’Agora Einstein, nous présente les objectifs de ce salon qui souhaite faire émerger des solutions pragmatiques pour répondre aux défis de demain.

Un salon des Énergies Renouvelables à l’Agora Einstein

Le groupe CARI a annoncé l’organisation les 5 et 6 juillet du 1er Salon International des Énergies Renouvelables qui aura lieu à l’Agora Einstein, le Centre d’affaires, de séminaires et de Networking qu’il possède à Sophia Antipolis. Avec pour cœur de métier la construction, CARI s’intéresse de très près à la réalisation de bâtiments innovants axés sur les économies d’énergie, même s’il n’a pas toujours l’occasion d’appliquer ses conceptions en la matière.
Le choix de l’Agora Einstein pour accueillir ce salon n’est d’ailleurs pas dû au hasard, puisque, comme nous le précise son Président Georges DAO, le groupe CARI y expérimente de nombreuses solutions en matière d’économies d’énergie et d’utilisation d’énergies renouvelables, au point de devenir bientôt le 1er bâtiment privé des Alpes Maritimes à revendre de l’électricité à EDF.

WIN, une plateforme pour gérer l’information en période de crise

Le Forum GERI sur la Gestion des Risques s’est déroulé les 13 et 14 décembre à Sophia Antipolis. Il a rassemblé de nombreux acteurs travaillant dans ce domaine qui ont pu avoir un aperçu sur un grand nombre de projets développés au sein des pôles de compétitivité.
Ainsi, Alcatel Alenia Space a présenté le projet WIN, une plateforme de services pour gérer l’information en période de crise. Un projet européen du pôle Gestion des Risques et Vulnérabilité des Territoire, qui est désormais décliné au niveau régional. Christian Allègre, Chef du projet au sein d’Alcatel Alenia Space, nous présente ses potentialités à travers l’exemple de son utilisation pour le risque incendies.

L’Arc Latin présente son Observatoire des Risques au Forum GERI

Organisé tous les deux ans, le Forum GERI s’est déroulé les 13 et 14 décembre à Sophia Antipolis. Ce forum propose une vue d’ensemble des besoins et des dernières avancées de la science et de la technologie dans le domaine de la gestion des risques. C’est également l’occasion d’assister à la présentation de nombreux projets développés au sein des pôles de compétitivité ou mis en œuvre par les collectivités territoriales.
Ainsi, l’Arc Latin qui regroupe des collectivités territoriales de France, d’Espagne, d’Italie et du Portugal, a profité du Forum GERI pour présenter son Observatoire du Développement Durable et de l’évaluation des Risques en Méditerranée dont Serge Miquel, du Conseil Général de l’Hérault, nous présente les objectifs.

Forum GERI – Le Conseil Général présente son expérience de télédétection des nappes d’hydrocarbure

C’est au CICA à Sophia Antipolis que s’est déroulé, les 13 et 14 décembre, le Forum GERI consacré à la Gestion des Risques. L’occasion de découvrir de nombreux projets développés au sein des pôles de compétitivité ou mis en œuvre par les collectivités territoriales.
Le Conseil Général des Alpes Maritimes a ainsi présenté les premiers résultats d’une expérience originale, menée cet été, sur la télédétection par satellite de nappes d’hydrocarbure, accompagnée de la prédiction de leurs dérives. Un moyen d’anticiper les éventuelles menaces de pollution sur le littoral. Christophe Serre, de la Direction de l’Écologie et du Développement Durable au Conseil Général, nous présente les objectifs et les premiers enseignements de cette expérience.

Les stratégies d’adaptation des seniors face aux contraintes du travail

Jeudi 30 novembre, le CERAM Sophia Antipolis a organisé une journée d’étude sur le vieillissement actif, la pérennité dans l’activité, la santé et la performance dans l’entreprise. Un colloque lancé par 3 conférences le matin dont celle donnée par Serge Volkov, ergonome au Centre de Recherches et d’Études sur l’Age et les Populations au Travail.
Pour Serge Volkov, la présence de seniors dans l’entreprise est une chance et il faut chercher à valoriser les atouts de l’expérience. Les nouveaux modes d’organisation doivent notamment veiller à ne pas rendre caduques les nombreuses stratégies d’adaptation mises en œuvre par les seniors pour continuer à être efficaces.

Les seniors, de plus en plus exposés aux contraintes du travail

« Vieillissement actif, pérennité dans l’activité, santé et la performance dans l’entreprise », tel était le thème de la journée d’étude organisée jeudi 30 novembre au CERAM Sophia Antipolis. Un colloque visant à formuler des recommandations sur la problématique des seniors en entreprise, s’appuyant sur un diagnostic délivré par trois conférenciers.
Pour Anne Francoise Molinié, démographe du travail au CREAPT, les contraintes du travail liées notamment à la pénibilité ou aux horaires décalés ne diminuent pas et touchent de plus en plus les seniors. Seniors qui sont de plus en plus nombreux dans les entreprises compte tenu de l’évolution démographique et de la réduction des dispositifs de pré retraites.


La gestion des âges, plus que jamais nécessaire

Le CERAM Sophia Antipolis a organisé, jeudi 30 novembre un colloque sur le vieillissement actif, la pérennité dans l’activité, la santé et la performance dans l’entreprise. Une journée articulée autour d’un travail en ateliers, sur des pistes de réflexion lancées par une série de conférences le matin.
Au cours de l’une d’entre elles, Yves Michel Nalbandian a présenté les résultats d‘une enquête sur la gestion des âges, réalisée auprès de 650 chefs d’entreprise de la région. Une gestion des âges qui revêt de plus en plus d’importance compte tenu du vieillissement de la population active dans un contexte de plus en plus encadré où le recours aux seniors risque d’être plus que jamais nécessaire.

Les seniors en entreprise au cœur d’un colloque du CERAM

Jeudi 30 novembre, le CERAM Sophia Antipolis a été l’hôte d’une journée d’étude sur le vieillissement actif, la pérennité dans l’activité, la santé et la performance dans l’entreprise. Un colloque, organisé dans le cadre des Assises Régionales de la prévention, réunissant des dirigeants d’entreprises, des professionnels de la santé et des chercheurs sur la problématique des seniors en entreprise.
Le CERAM a profité de cette occasion pour présenter un ouvrage collectif sur ce thème, dirigé par Florian Sala, Directeur Scientifique du Mastère Ressources Humaines. Ce dernier nous présente le cadre dans lequel était organisé ce colloque sur le vieillissement actif, ainsi que les principaux thèmes abordés.

Les Huit Samouraïs, héros de la grille

Dans le cadre de Grids@work qui s’est déroulé à Sophia Antipolis du 27 novembre au 1er décembre, l’INRIA a organisé deux concours pour favoriser l’émulation entre les différents laboratoires de recherche sur les grilles et vérifier l’interopérabilité entre les différentes machines, disséminées dans le monde entier, utilisées par les grilles.
C’est un laboratoire japonais, dénommé « Les Huit Samouraïs » qui a remporté le premier concours avec des performances étonnantes mettant en lumière les progrès considérables réalisés, d’une année sur l’autre, dans la recherche sur les grilles. Présentation de ces deux concours avec Denis Caromel, responsable scientifique à l’INRIA.

Les PME s’intéressent aussi aux grilles informatiques

Le réseau Core Grid, qui regroupe 42 partenaires européens travaillant sur les grilles informatiques a organisé, dans le cadre de Grids@work qui s’est déroulé à Sophia Antipolis du 27 novembre au 1er décembre, une conférence sur les applications industrielles des grilles informatiques.
Celles-ci ne concernent plus uniquement les chercheurs ayant besoin de grandes puissances de calcul qui ne peuvent être offertes par un seul ordinateur. Même les PME s’intéressent d’ores et déjà aux grilles informatiques comme nous le révèle Pierre Guisset, Directeur du CETIC, un centre de recherche chargé du transfert de technologie au sein du réseau Core Grid.

L’INRIA, acteur majeur de la recherche sur les grilles

Du 27 novembre au 1er Décembre Grids@work a rassemblé à Sophia Antipolis les principaux acteurs concernés par la technologie des grilles informatiques. Parmi eux, l’INRIA qui mobilise, dans la recherche sur les grilles, pas moins d’une quinzaine de ses équipes, sur 8 de ses sites dont celui de Sophia Antipolis.
Une recherche qui veille à engendrer des applications pratiques dans le mode industriel comme celles permettant de réaliser des simulations prenant en compte simultanément de multiples paramètres. Pour Thierry Priol, Directeur de recherche à l’INRIA, tout est fait également pour faciliter l’usage de la grille, jusqu’à la rendre invisible.

Les grilles informatiques sortent des laboratoires

Conçues à l’origine pour permettre l’exécution d’applications nécessitant de grandes puissances de calcul et utilisées principalement par les chercheurs, les grilles informatiques sortent aujourd’hui des laboratoires et commencent à intéresser fortement le monde l’industrie. Le réseau Core Grid qui fédère la recherche européenne sur les grilles cherche d’ailleurs à accélérer le transfert de technologie dans ce domaine.
C’était l’un des objectifs de la conférence qu’il a organisé dans le cadre de Grids@work qui s’est déroulé à Sophia Antipolis, du 27 novembre au 1er décembre. Bruno Le Dantec, Directeur adjoint de l’ERCIM, nous dévoile quelques domaines d’application de ces grilles informatiques.

Core GRID, un réseau d’excellence, phare mondial de la Grille

Grids@work, le rendez vous mondial des principaux acteurs concernés par la technologie des grilles informatiques s’est déroulé à Sophia Antipolis du 27 novembre au 1er décembre. L’un des temps forts de cette manifestation était l’organisation par le réseau Core GRID, d’une conférence sur les applications industrielles des grilles informatiques.
Une conférence destinée à accélérer le transfert de technologie dans ce domaine vers l’industrie, l’une des missions de Core Grid. Bruno Le Dantec de l’ERCIM, chargée de coordonner le travail de tous les membres du réseau, nous présente ce réseau d’excellence qui ambitionne d’être le phare mondial de la Grille.

L’ETSI, point de convergence entre les mondes de l’informatique et des télécommunications

Les principaux acteurs concernés par le GRID (ou les grilles informatiques) se sont rassemblés du 27 novembre au 1er décembre à Sophia Antipolis à l’occasion de Grids@work, organisé sous l’égide de l’ETSI. Une manifestation qui a permis aux mondes de l’informatique et des télécommunications d’échanger et de travailler ensemble.
Pour Patrick Guillemin, l’ETSI compte bien s’appuyer sur son expérience acquise notamment lors de l’adoption de la norme GSM qui s’applique aux téléphones mobiles, pour répondre à l’espoir placé en elle et faciliter la convergence de ces deux mondes afin d’aboutir à la création d’un standard commun dans le domaine du GRID.

La Commission Européenne mise sur les Grilles informatiques

Du 27 novembre au 1er décembre Grids@work a rassemblé à Sophia Antipolis tous les acteurs concernés par la technologie des grilles informatiques et par leurs applications. La recherche dans le domaine est soutenue depuis plusieurs années par la Commission Européenne qui compte poursuivre son engagement financier dans le cadre du 7ème PCRD dans le contexte d’un programme plus vaste intégrant les grilles informatiques.
Pour Franco Accordino, responsable du projet Coregrid au sein de la Commission Européenne, la technologie des Grilles informatiques constitue une chance pour l’Europe. Elle peut en effet lui permettre de s’assurer un leadership sur le marché des services informatiques et de répondre aux évolutions de la société de l’information.

La technologie des Grilles au cœur de la recherche en informatique

La technologie des grilles occupe une place de plus en plus importante au sein de la recherche en informatique. Conçue à l’origine pour rendre possible l’exécution d’applications nécessitant de grandes puissances de calcul, cette technologie, qui s’apparente un peu au « peer to peer » utilisé pour le téléchargement de fichiers musicaux, intéresse aujourd’hui de très près le monde de l’industrie.
L’objectif de Grids@work organisé à Sophia Antipolis du 27 novembre au 1er décembre était justement de faciliter la rencontre entre les chercheurs sur ce thème et les industriels intéressés par les multiples applications des grilles informatiques dont Thierry Priol, Directeur de recherche à l’INRIA, nous précise le concept.

Les milieux bancaires adeptes de la Modélisation financière

La 39ème Rencontre du « Euro Working Group » sur la Modélisation financière s’est déroulée les 16 et 17 novembre au CERAM Sophia Antipolis. Les analystes financiers les plus pointus étaient là pour échanger leurs informations et faire le point sur la recherche dans ce domaine.
Une recherche qui occupe de plus en plus d’importance dans les milieux bancaires qui utilise les modèles quantitatifs pour mieux contrôler les risques liés aux différents marchés. Des modèles qu’il convient toutefois de coupler avec une analyse qualitative des différents produits. Témoignage avec Sébastien Morin, Analyste crédit chez Crédit Agricole Asset Managment.

La Modélisation financière au cœur de la Chaire Global Finance

Le CERAM Sophia Antipolis a accueilli, les 16 et 17 novembre, la 39ème Rencontre du « Euro Working Group » sur la Modélisation financière. Une problématique au cœur des enseignements de Chaire Global Finance du CERAM, même si tous les risques étudiés au sein de celle-ci ne sont pas forcément modélisables.
Cette conférence internationale, qui réunissait les plus grands experts dans ce domaine, a été l’occasion d’une confrontation entre les deux grandes écoles de pensée actuelles quant à l’analyse des marchés. Deux écoles que nous présente le Directeur de la Chaire Global Finance, Michel-Henry Bouchet.

Les applications pratiques de la modélisation financière

Le CERAM Sophia Antipolis était l’hôte, les 16 et 17 novembre, de la 39ème Rencontre sur la Modélisation Financière. Une conférence internationale du « Euro Working Group » qui réunit chaque année la « crème de la crème » des analystes financiers, mais également des chercheurs et des investisseurs concernés par la modélisation financière.
Des chercheurs venus d’horizons diverses mais très souvent impliqués directement dans la prise de décisions financières en travaillant pour des organismes financiers. Exemple avec l’un des intervenants de ce colloque, le Docteur Michel Dacorogna, un chercheur venu du monde la physique et travaillant dans une industrie méconnue : la réassurance.

Le CERAM, hôte de la 39ème Rencontre sur la Modélisation financière

Les 16 et 17 novembre, le CERAM Sophia Antipolis a accueilli la 39ème Rencontre sur la Modélisation Financière. Une conférence internationale du « Euro Working Group » qui réunit chaque année les plus grands analystes financiers sur les questions de risque, de performance et de volatilité des marchés, ainsi que des chercheurs et des investisseurs institutionnels.
L’objectif de ces rencontres est non seulement d’échanger des informations dans le domaine de la modélisation financière, mais également de stimuler l’interaction entre théorie et pratique de la prise de décision financière. Michel Henry Bouchet, Directeur de la Chaire Global Finance du CERAM, nous rappelle ce que recouvre le concept de la modélisation financière.

Pégase, un nouveau pôle de compétitivité en région PACA ?

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité, qui s’est déroulé vendredi 17 novembre à Sophia Antipolis, a réuni les représentants des 66 pôles français. Un chiffre auquel devrait s’ajouter bientôt, un nouveau pôle impliquant des entreprises azuréennes.
Le pôle Pégase, piloté par Eurocopter, mais dans lequel figure notamment, Alcatel Alenia Space et l’INRIA, a pour ambition de fédérer la filière de l’aéronautique en PACA, autour de la construction de « machines volantes » particulièrement innovantes. Le Chef du projet, Jean Yves Longère, espère bien que le Pôle Pégase sera labellisé d’ici la fin de l’année, après avoir démontré qu’il ne concurrençait pas le pôle Aerospace Valley de la région de Toulouse.

L’attirance naturelle du Pôle Risques vers la coopération internationale

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité a eu lieu vendredi 17 novembre à Sophia Antipolis. Cette année, le thème central du Forum était le développement à l’international de ces pôles. Une politique qu’a déjà amorcée le Pôle gestion des risques et vulnérabilité des territoires en signant un accord avec le pôle de compétence italien AMRA.
Le pôle Risques, implanté en région PACA, a vocation à s’étendre sur la méditerranée et il est finalement assez naturel, pour Claire Anne Reix (Chef du projet GMES au sein d’Alcatel Alenia Space), qu’il s’oriente vers des accords de coopération, compte tenu que ses activités s’appuient principalement sur des grands projets internationaux et européens, comme le projet GMES.

Le Pôle SCS signe ses premiers accords de coopération internationale

Le développement à l’international des pôles de compétitivité était au cœur de leur 2ème Forum organisé vendredi 17 novembre à Sophia Antipolis. Un peu plus d’un an après leur lancement, les pôles commencent à s’intéresser à des accords de coopération internationale, à l’image du Pôle SCS qui a profité du Forum pour signer un accord avec les italiens de la Fondation Torino Wireless.
Pour Bruno Delépine, chargé des affaires internationales au sein du pôle SCS, la localisation du pôle en région PACA favorise d’ailleurs la coopération internationale et un autre accord est en voie de finalisation avec 3 technopoles de Tunisie. Deux actions qui symbolise le bon démarrage du pôle des Solutions Communicantes Sécurisées.

La Fondation Sophia Antipolis donne l’exemple en matière de coopération internationale

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité, organisé par la Fondation Sophia Antipolis, s’est déroulé vendredi 17 novembre et était axé principalement sur le développement à l’international de ces pôles. Un domaine dans lequel la fondation, présidée par le Sénateur Pierre Laffitte, donne l’exemple puisque deux accords ont déjà été signés avec le parc technologique de Pune en Inde et avec le réseau Israélien MATIMOP, spécialisé dans le transfert de technologie.
Des accords qui doivent pouvoir bénéficier à l’ensemble des pôles de compétitivité français et notamment ceux impliquant la technopole de Sophia Antipolis. Présentation de ces deux accords avec le Sénateur Pierre Laffitte.

Le facteur temps, élément clé de l’innovation pour Pierre Laffitte

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité s’est déroulé vendredi 17 novembre, à l’initiative de la Fondation Sophia Antipolis présidée par le Sénateur Pierre Laffitte. Pour ce dernier, les pôles de compétitivité ont marqué un sursaut inespéré de l’ensemble des régions françaises, mais il reste encore des progrès à faire, notamment pour accélérer les processus de décision.
Le facteur temps étant en effet un élément clé de la politique de l’innovation et, à l’instar de ce qui vient de se passer pour l’Airbus A 380, tout retard peut générer des conséquences catastrophiques. La France doit donc prendre exemple sur d’autres pays pour améliorer notamment la chaîne du financement de l’innovation.

Pierre Laffitte – Les Pôles de Compétitivité doivent se servir de la mondialisation

Vendredi 17 novembre, la technopole de Sophia Antipolis a accueilli le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité, axé cette année sur le développement international de ces pôles. A l’heure d’une mondialisation de plus en plus inéluctable, les pôles de compétitivité ne doivent pas, pour le Sénateur Pierre Laffitte, hésiter à s’en servir pour attirer les meilleurs talents, un peu à l’exemple de Sophia Antipolis qui n’aurait pas exister sans la mondialisation.
Même si l’aventure ne fait que commencer, la création de 66 pôles sur l’ensemble du territoire a symbolisé le réveil de la France et démontré sa force dans le domaine de l’innovation.

Les mesures de Christian Estrosi pour sécuriser les Pôles de Compétitivité

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité s’est déroulé à Sophia Antipolis, vendredi 17 novembre. Les représentants des 66 pôles français étaient présents pour étudier notamment les moyens de s’ouvrir à une coopération internationale.
L’occasion pour le Ministre délégué à l’Aménagement du Territoire, Christian Estrosi, d’annoncer une série de mesures destinées à améliorer la sécurisation de leurs échanges. Le succès des pôles attirant désormais bien des convoitises. Le Ministre incita également les pôles de compétitivité à s’engager résolument dans des coopérations européennes afin de faire de l’Europe le leader mondial de l’innovation.

Forum des Pôles de Compétitivité, le bilan d’étape de Christian Estrosi

Le 2ème Forum des Pôles de Compétitivité s’est déroulé vendredi 17 novembre à Sophia Antipolis. Les représentants des 66 pôles labellisés sur l’ensemble du territoire étaient présents pour étudier les moyens de s’ouvrir à une coopération internationale.
L’occasion pour le Ministre de l’Aménagement du Territoire, Christian Estrosi, de faire un premier bilan de cette dynamique créée autour de l’innovation. Pour lui, au-delà de toutes les espérances, et contrairement aux « grappes » ou « clusters » américains, les pôles de compétitivité ont su irriguer l’ensemble du territoire et provoquer une mise réseau des compétences autour de très nombreuses thématiques.

Regard d’expert sur le projet RoboDOMO

Le projet RoboDOMO, présenté officiellement vendredi 10 novembre à Sophia Antipolis, veut apporter aux personnes âgées un service innovant facilitant leur maintien à domicile. Pour le Docteur Jean Luc Weber, ce projet est passionnant et répond à une véritable demande.
Ce médecin au parcours d’ingénieur est sans doute bien placé pour juger de la pertinence du projet. Lui qui commercialise avec succès de nombreuses applications innovantes et qui a fondé Tam Télésanté parce qu’il en avait assez que le médecin qu’il était, passe plus de temps dans les embouteillages qu’à soigner ses malades.

RoboDOMO, une solution pour une juste hospitalisation des malades

Le projet RoboDOMO, un robot d’assistance aux personnes âgées, a été lancé vendredi 10 novembre à Sophia Antipolis. Un projet pluridisciplinaire, fruit de la collaboration entre des partenaires industriels comme Robosoft, l’Université Nice Sophia Antipolis et le CHU de Nice. RoboDOMO doit en effet faciliter le maintien à domicile des personnes âgées et éviter que celles-ci ne viennent inutilement à l’hôpital.
Pour Jean Jacques Romatet, Directeur du CHU de Nice, il importe que l’on se dirige vers une juste hospitalisation des malades et tout ce qui peut y concourir est une bonne chose. C’est pourquoi le CHU de Nice a souhaité être impliqué très tôt sur le projet RoboDOMO.


RoboDOMO, le robot qui intéresse Bill Gates

Le projet RoboDOMO a été lancé à Sophia Antipolis, vendredi 10 novembre. RoboDOMO est un robot d’assistance aux personnes âgées, muni d’une caméra et susceptible de faire de la visioconférence. Le robot a été créé par la société Robosoft en collaboration avec le MBDS de Sophia qui a rendu possible son pilotage par un téléphone 3 G. La version présentée n’est qu’un premier prototype et tiendra compte, pour son évolution, de l’avis des utilisateurs et du CHU de Nice.
Pour le réaliser, Robosoft a utilisé les derniers outils créés par Microsoft qui fait son entrée dans l’univers de la Robotique. Pour Vincent Dupourqué, le PDG de Robosoft, qui lui avait présenté le projet la veille du lancement, Bill Gates lui-même est très intéressé par RoboDOMO.

RoboDOMO, un robot créé par une start-up de 20 ans d’âge

Le lancement du projet RoboDOMO a eu lieu vendredi 10 novembre à Sophia Antipolis. RoboDOMO est un robot d’assistance aux personnes âgées, muni d’une caméra, pilotable via un téléphone 3 G et susceptible de faire de la Visioconférence. Le robot en lui-même a été conçu par la société Robosoft basé au Pays Basque.
Robosoft s’est orientée vers la construction de robots de services comme ceux utilisés pour le nettoyage de la pyramide du Louvre. Robosoft est une start-up de l’INRIA, mais qui, comme nous l’explique son PDG Vincent Dupourqué, était un peu en avance sur la technologie et a pris le temps de se développer puisqu’elle a plus de 20 ans d’âge.

L’Université imagine les robots du futur

Le projet RoboDOMO, un robot d’assistance aux personnes âgées, a été lancé vendredi 10 novembre à Sophia Antipolis sous l’égide du Data Base Forum, créée il y a près de 15 ans par le Professeur Serge Miranda, pour expérimenter les nouveaux usages. Un lancement en forme de dernière pour cette association qui passe désormais le relais au Service d’Activités Industrielles et Commerciales de l’Université de Nice Sophia Antipolis, le SAIC.
Aujourd’hui les robots ne se cantonnent plus dans les usines mais commencent à investir les services et l’Université de Nice entend bien être à la pointe dans le domaine des services aux personnes âgées. Robodomo est le premier projet proposé par l’Institut Imagine, nouvel élément clé du dispositif du SAIC pour faire passer les projets du futur du stade l’expérimentation à la réalité. Le rêve pour Serge Miranda.

Le Prix de l’Innovation Telecom Valley pour Dig Dash

Telecom Valley a fêté son 15ème anniversaire, mardi 7 novembre au Space Camp d’Alcatel Alenia Space à Cannes. Elle a profité de cette occasion pour décerner son Prix de l’Innovation, attribué cette année à la société DigDash.
Une toute jeune start-up qui a créé une interface permettant d’extraire facilement, à partir de multiples sources, l’information dont l’utilisateur a besoin et de la rendre accessible sur un terminal mobile. Une application collant parfaitement à l’évolution d’Internet, et illustrant bien, pour le Président de Telecom Valley, Laurent Londeix, la créativité d’une multitude de petites structures évoluant dans le domaine des technologies de l’information et de la Communication.

Telecom Valley, un Think tank sur l’usage des nouvelles technologies

Mardi 7 novembre, l’association Telecom Valley, qui regroupe l’ensemble des acteurs du monde des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication sur la Côte d’Azur, a fêté son 15ème anniversaire. L’occasion d’un retour en arrière, mais également d’un regard vers l’avenir.
Un futur marqué par la convergence entre l’informatique et les télécommunications. Pour son Président, Laurent Londeix, Telecom Valley doit permettre à ses membres de relever ce défi du 21ème siècle en organisant une réflexion sur l’usage des nouvelles technologies dans la vie quotidienne des particuliers et des entreprises.

Telecom Valley, un cluster avant l’heure

Mardi 7 novembre, L’association Telecom Valley, qui regroupe les principaux acteurs du monde des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication sur la Côte d’Azur, a fêté son 15ème anniversaire. Un peu l’entrée dans l’âge adulte dans un univers où tout bouge très vite et où Telecom Valley entend bien continuer à mettre en avant son expertise.
Une expertise reconnue depuis 15 ans, lorsqu’elle a mis en place avant l’heure un véritable cluster autour des télécommunications qui a grandi depuis sous l’effet de la convergence avec l’informatique. Pas étonnant dès lors, pour son Président Laurent Londeix, que Telecom Valley ait joué un rôle capital lors de la création du pôle Solutions Communicantes Sécurisées, le premier pôle de compétitivité français à vocation mondiale.

Telecom Valley, 15 ans d’innovation

L’association Telecom Valley, qui regroupe l’ensemble des acteurs du monde des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication sur la Côte d’Azur, a fêté son 15ème anniversaire, mardi 7 novembre, dans les locaux d’Alcatel Alenia Space à Cannes. En mettant en réseau toutes les compétences, Telecom Valley a permis à ses membres de répondre aux enjeux de la formidable mutation technologique du secteur.
Une mutation tout à fait exceptionnelle, si l’on se rappelle qu’il y a 15 ans Internet et le téléphone mobile n’existaient pas et que la principale innovation était le Fax ! Aujourd’hui, pour son Président Laurent Londeix, Telecom Valley entre dans l’âge adulte et se structure pour multiplier encore ses initiatives.

ACI et EAI, deux programmes, deux modalités de recrutement

Le CERAM Sophia Antipolis a présenté, mardi 24 octobre, ses deux programmes Bachelors. L’un existant depuis plusieurs années, l’EAI, et l’autre, l’ACI, qui ouvrira ses portes en septembre 2007. Deux programmes, résolument tournés vers l’international, accessibles aux bacheliers, mais avec des modalités de recrutement différentes, correspondant d’ailleurs aux deux logiques dans lesquelles ils s’inscrivent.
Un recrutement national avec un concours commun à sept grandes écoles pour l’ACI, qui s’inscrit dans une logique européenne, et un recrutement, plus à l’anglo-saxonne, basé sur le parcours et la personnalité des candidats pour l’EAI. Présentation de ces deux types de recrutement avec le Directeur des programmes Bachelors du CERAM, Franck Dosne.

EAI et ACI, les deux programmes Bachelors du CERAM

Mardi 24 Octobre, le CERAM Sophia Antipolis a présenté ses programmes Bachelors. Des programmes résolument tournés vers l’international et accessibles aux bacheliers sans passer par les prépas. Les diplômes permettent soit d’intégrer directement la vie professionnelle, grâce à des filières adaptées aux besoins des entreprises, soit de poursuivre ses études.
Franck Dosne, le Directeur des programmes Bachelors au CERAM nous présente ces deux diplômes répondant à deux logiques distinctes. Celui de l’ACI, de niveau Bac + 3, s’inscrivant dans la réforme européenne LMD et celui de l’EAI, résolument tourné sur le modèle anglo-saxon, afin que l’étudiant s’intègre au mieux dans l’université étrangère où il finira ses études.

Le CERAM s’associe à Négocia pour créer un nouveau diplôme

Le CERAM Sophia Antipolis a présenté officiellement, Mardi 24 octobre, ses programmes Bachelors, accessibles sans passer par les classes préparatoires. A celui de l’EAI (Euro American Insitute), fondé sur le modèle anglo-saxon avec une partie des études effectuées dans des universités partenaires, s’ajoute désormais celui de l’ACI, tourné vers le Marketing et le Commerce International. Un programme de niveau Bac + 3 qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la réforme européenne LMD (Licence, Master, Doctorat).
Si le CERAM a créé deux filières spécifiques, centrées sur les besoins du bassin de l’emploi, il s’est appuyé pour créer ce diplôme sur la force d’un réseau déployé par Négocia, la grande école de la Chambre de Commerce de Paris. Dominique Estève, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, nous explique les raisons de ce choix.

Le CERAM accentue son offre en direction des bacheliers

Mardi 24 Octobre, le CERAM Sophia Antipolis a présenté officiellement ses programmes Bachelors, accessibles sans passer par les classes préparatoires. L’EAI, basé sur le modèle anglo-saxon et l’ACI, tourné vers le Marketing et le Commerce International, qui ouvrira ses portes en septembre 2007.
Les programmes Bachelors permettent soit d’intégrer directement la vie professionnelle, soit de poursuivre des études en bénéficiant de nombreuses passerelles. Dominique Estève, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, nous explique pourquoi le CERAM accentue son effort pour attirer les étudiants que rebutent les prépas.

LE CERAM, DÉCISIF DANS LA POURSUITE DE LA CARRIÈRE D’ALEXANDRA LOUISON

Le CERAM Sophia Antipolis a décidé de soutenir la carrière sportive de l’une de ses anciennes élèves, Alexandra Louison qui participera aux championnats du monde de triathlon longue distance qui se dérouleront le 21 octobre dans le cadre du mythique Ironman d’Hawaï. Une épreuve pour laquelle elle s’est qualifiée en remportant l’an dernier le « Half-Ironman » de Monaco alors qu’elle était encore étudiante au CERAM.
Pour Alexandra Louison, la pratique du sport de haut niveau constitue un atout essentiel dans sa carrière professionnelle future. Mais si elle a pu continuer, pendant ses études, à briller sur le plan sportif, c’est grâce aux facilités que lui a accordées le CERAM en aménageant son emploi du temps.

ALEXANDRA LOUISON EN ROUTE POUR L’IRONMAN D’HAWAÏ

Le CERAM Sophia Antipolis vient de signer un partenariat visant à soutenir la carrière sportive de l’une de ses anciennes élèves, sortie vice major de la promotion 2005. Lundi 2 octobre, un départ fictif a même été donné au CERAM pour les championnats du monde de triathlon longue distance qui se disputeront le 21 octobre dans le cadre du mythique Ironman d’Hawaï.
Une épreuve à laquelle Alexandra Louison participera puisqu’elle s’est qualifiée l’an dernier en remportant le « Half Ironman de Monaco » . Si la victoire dans cette épreuve est difficilement envisageable pour Alexandra Louison, ce sera par contre une expérience très enrichissante pour la suite de sa carrière. Mais il lui faudra d’abord venir à bout de ce parcours terriblement exigeant.

LE CERAM SOUTIENT LA CARRIÈRE SPORTIVE D’UNE DE SES ANCIENNES ÉLÈVES

Le CERAM Sophia Antipolis soutient la carrière sportive de l’une de ses anciennes élèves, Alexandra Louison et l’aidera à participer aux prochains championnats du monde de triathlon longue distance qui se disputeront le 21 octobre dans le cadre du mythique Ironman d’Hawaï. Un soutien dans la droite ligne de la politique du CERAM visant à permettre aux sportifs de haut niveau de concilier la pratique de leur sport avec les études supérieures.
Pour le Directeur du CERAM, Alain Van Bockstaël, les qualités nécessaires aux grands sportifs sont par la suite très utiles dans le monde de l’entreprise. Ces champions ont également une forte valeur d’exemple pour tous les autres étudiants, ce qui a tout naturellement incité le CERAM à signer ce partenariat avec Alexandra Louison.


L’INCUBATEUR PACA-EST BIENTÔT AU CŒUR D’UNE MAISON DE L’INNOVATION ?

Le Conseil Général soutient depuis le début l’incubateur PACA-EST et l’héberge même actuellement au sein du CICA à Sophia Antipolis. Mais au terme d’une réflexion sur l’ensemble de la chaîne de l’innovation, l’incubateur doit probablement, pour le Conseil Général, se situer à l’avenir au cœur d’une « Maison de l’Innovation », regroupant dans un même lieu les principaux acteurs de la création d’entreprise.
Pour Jean Pierre Mascarelli, Vice Président du Conseil Général, cette création pourra s’accompagner, sur plusieurs points du département, de la constitution de pépinières d’entreprises qui prendront le relais pour assurer le bon développement et le suivi des entreprises innovantes.

POUR LA RÉGION, SOUTENIR L’INCUBATEUR PACA-EST EST UN IMPÉRATIF ABSOLU

En permettant la fertilisation entre la Recherche, l’Université et le monde économique, l’incubateur PACA-EST joue un rôle essentiel dans le développement du territoire, ce qui explique le soutien important que lui apporte la Région depuis sa création il y a 5 ans.
Pour Marc Daunis, Conseiller Régional, mais également Maire de Valbonne et Vice Président de la CASA, ce soutien est d’autant plus stratégique que l’avenir de la région repose sur l’innovation. L’incubateur PACA-EST doit permettre notamment à Sophia Antipolis de trouver les bonnes niches et de conserver sa spécificité qui consiste à marier les nouvelles technologies avec d’autres secteurs comme l’Environnement et les Sciences du Vivant.

LES INCUBATEURS OCCUPENT DÉSORMAIS UNE PLACE ESSENTIELLE DANS LA POLITIQUE NATIONALE DE LA RECHERCHE

Créé en 2001, à la suite de l’appel à projet découlant de la loi sur l’innovation et la recherche de 1999, l’incubateur PACA-EST fait partie d’un réseau de 31 incubateurs répartis sur le territoire national. Même si leur taille est encore parfois trop réduite, ils ont su au fil du temps se professionnaliser et devenir un outil incontournable pour détecter les projets innovants.
Pour Jacques Astoin, Directeur de la technologie au Ministère de la Recherche, les incubateurs jouent désormais un rôle essentiel dans la politique nationale de valorisation de la recherche publique et ont participé activement à l’amélioration des relations entre la recherche et les entreprises.

L’INCUBATEUR PACA-EST, INTRUMENT DE VALORISATION DE LA RECHERCHE PUBLIQUE

5ème anniversaire pour l’Incubateur PACA-EST, cette structure d’accompagnement destinée à favoriser l’éclosion d’entreprises innovantes ayant recours à la recherche publique. Pour son Président, Albert Marouani, par ailleurs Président de l’Université Nice Sophia Antipolis, son bilan est plus que satisfaisant même s’il doit veiller à l’avenir à porter davantage ses efforts sur le secteur des bio technologies et des sciences du vivant.
Mais d’ores et déjà il a permis de susciter, dans les laboratoires de recherche de l’Université, un grand nombre d’innovations ayant débouché sur la création d’entreprises. Une fertilisation du territoire qui valorise au mieux la recherche publique.

L’INCUBATEUR PACA-EST FÊTE SES CINQ ANS D’EXISTENCE

L’incubateur PACA-EST fête ses cinq ans d’existence. En cinq ans, cette structure, destinée à favoriser la création d’entreprises innovantes permettant de valoriser la recherche publique sur le territoire des Alpes Maritimes et du Var, a accompagné 55 projets aboutissant à la création de 33 entreprises générant 137 emplois à forte valeur ajoutée.
L’incubateur est intervenu sur des projets de toutes thématiques, à l’image de la diversité des activités de la technopole de Sophia Antipolis. Sa Directrice, Géraldine Quetin, nous présente les champs d’action de l’incubateur PACA-EST dont l’objectif est de transformer un projet innovant en une entreprise commerciale.

DANIEL LEBÈGUE : «LE RISQUE LE PLUS MEUTRIER DES ENTREPRISES, C’EST LEUR RÉPUTATION »

Lors du colloque organisé par le CERAM Sophia Antipolis sur le thème « Développement Durable, du concept à l’action », Daniel Lebègue, ancien Directeur du Trésor et Président de l’Institut Français des Administrateurs, est non seulement intervenu en séance plénière, mais a également animé l’atelier consacré à la bonne gouvernance des entreprises.
Une notion assez récente, mais qui prend de plus importance et ne concerne plus seulement les sociétés cotées en bourse. Pour Daniel Lebègue, le risque le plus meurtrier aujourd’hui est celui de la réputation. Témoin la disparition en 6 mois d’Arthur Andersen suite à un scandale. Scandale malheureusement pas isolé puisque en matière d’éthique d’autres entreprises, comme Enron, ont décrédibilisé le discours sur la bonne gouvernance.

VALÉRIE BLANCHOT COURTOIS : « IL FAUT REMETTRE L’HOMME AU CŒUR DES PRATIQUES ÉNERGÉTIQUES »

Après la séance plénière marquée par des interventions de grande qualité, les participants au colloque organisé par le CERAM Sophia Antipolis sur le thème « Développement Durable, du concept à l’action » ont pu participer à des ateliers afin de confronter leurs expériences pratiques sur les notions clés du Développement Durable.
Valérie Blanchot Courtois, Présidente de l’Association EDEN, animait celui consacré à l’énergie. Pour elle, il est nécessaire de remettre l’Homme au cœur des pratiques énergétiques des entreprises et de les inscrire dans la durée. Mais les expériences présentées au sein de l’atelier montrent qu’un véritable mouvement est en marche pour aller dans ce sens.

LUCIEN CHABASSON: « LES PROGRÈS REALISÉS SUR L’EAU ONT ÉTÉ IMPOSÉS PAR L’EUROPE »

Le Colloque organisé par le CERAM Sophia Antipolis sur le thème « Développement Durable, du concept à l’action » alternait séances plénières et ateliers favorisant les échanges à partir d’expériences concrètes autour des notions clés du Développement Durable.
Lucien Chabasson, le Président du Plan Bleu, animait celui consacré à l’eau. Pour lui, si le traitement de l’eau a fait beaucoup de progrès ces dernières années, c’est sous la pression de l’Europe qui ne fait pas que de la bureaucratie. Elle est parfois utile pour protéger une ressource rare, même si l’on ne peut la comparer aux énergies fossiles car elle possède la propriété d’être renouvelable.

GEORGES DAO: « L’IMPOSITION DE NOUVELLES NORMES VA DANS LE SENS DE L’HISTOIRE »

Outre des séances plénières, le Colloque organisé par le CERAM Sophia Antipolis sur le thème « Développement Durable, du concept à l’action » comportait plusieurs ateliers favorisant les échanges autour d’expériences concrètes sur 4 notions clés du développement durable: l’urbanisme, l’eau, l’énergie et la gouvernance d’entreprise.
Georges Dao, le président de la société CARI, animait celui consacré à l’urbanisme. Il a pu exposer comment son entreprise avait intégré les nouvelles contraintes du Développement Durable pour construire la ville de demain, notamment lors du projet de construction du Grand Stade de Nice. Il juge plutôt nécessaire, et dans le sens de l’histoire, que de nouvelles normes environnementales soient imposées aux entreprises.

YVES CABANA : « LE DÉVELOPPEMENT DURABLE PEUT ÊTRE UN LEVIER DE DÉVELOPPEMENT POUR LES ENTREPRISES »

Le colloque « Développement Durable, du concept à l’action », organisé vendredi 15 septembre marquait le lancement du Centre d’Expertise Développement Durable du CERAM Sophia Antipolis». Un colloque riche en échanges fructueux auxquels a participé Yves Cabana, Directeur du Développement Durable de Véolia, leader mondial dans les Services à l’Environnement.
Pour Yves Cabana, il faut tout d’abord concilier la prise en compte des problèmes environnementaux avec la rentabilité des entreprises. Mais le Développement Durable peut aussi être un formidable levier de développement pour les entreprises, notamment en créant de nouveaux services, ce qu’il a illustré par plusieurs exemples concrets comme celui du dessalement de l’eau de mer.

DANIEL LEBÈGUE : « LE DÉVELOPPEMENT DURABLE A GAGNÉ LA BATAILLE DES IDÉES, MAIS TOUT RESTE À FAIRE POUR LE TRADUIRE EN ACTES »

Le CERAM Sophia Antipolis a lancé, vendredi 15 septembre, son Centre d’Expertise consacré au Développement Durable en organisant un colloque sur le thème : « Développement Durable, du concept à l’action ». Parmi les intervenants figurait Daniel Lebègue, Président de l’Institut Français des Administrateurs, ancien Directeur du Trésor et responsable d’une ONG travaillant sur la corruption.
Pour Daniel Lebègue, le Développement Durable a d’ores et déjà gagné la bataille des idées, mais tout reste à faire pour le traduire en actes. Il est donc indispensable de modifier les comportements et l’un des objectifs du colloque organisé par le CERAM était justement d’identifier les bonnes pratiques et de mettre à la disposition des acteurs des outils pour faire bouger les choses.

IGNACY SACHS : « UN AN DE PÉTROLE CHER A FAIT PLUS QUE 30 ANS DE DISCOURS POUR SORTIR DE LA TYRANNIE DES ÉNERGIES FOSSILLES »

Vendredi 15 Septembre, le CERAM Sophia Antipolis a organisé un grand colloque pour lancer son Centre d’Expertise consacré au Développement Durable. Parmi les nombreuses personnalités qui sont intervenues sur le thème « Développement Durable, du concept à l’action » figurait l’un des pères de cette notion et de celle de l’économie du développement : Ignacy Sachs, l’une des chevilles ouvrières des premières conférences organisées par l’ONU sur ces questions à Stockholm en 1972 ou à Rio en 1992 pour le « Sommet de la Terre ».
Ignacy Sachs estime qu’une année de pétrole cher est en train de faire plus que 30 années de discours pour sortir de la tyrannie des énergies fossiles ce qui offre une chance historique pour relever les défis d’aujourd’hui.

LE MASTÈRE SPÉCIALISÉ DU CERAM SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Vendredi 15 septembre, à l’Agora Einstein de Sophia Antipolis, le CERAM organise un colloque marquant le lancement véritable de son Centre d’Expertise Développement Durable. L’un des 5 centres d’expertises créés pour fédérer les compétences et les pratiques autour des axes de spécialisation du CERAM Sophia Antipolis et des atouts économiques du territoire.
Mais avant même la création de ce centre d’expertise, le CERAM se préoccupait de cette question puisqu’il dispense déjà un Mastère spécialisé en Management Stratégique du Développement Durable. Armelle Châtelet, Directeur Développement Durable du CERAM, nous présente cette formation et le profil des étudiants auxquels elle s’adresse.

LES NOUVELLES PRATIQUES DES ENTREPRISES LIÉES AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le CERAM Sophia Antipolis et son Centre d’Expertise Développement Durable organisent, vendredi 15 septembre, un colloque réunissant les principaux acteurs français intervenant sur les grandes questions du développement durable. Des sujets de plus en plus souvent pris en compte dans la gouvernance des entreprises. Aussi bien pour favoriser une reconnaissance sociale et financière que pour s’adapter à de nouvelles contraintes.
Parmi ces dernières figure celle de l’énergie. Les experts évoqueront, lors de ce colloque, les nouvelles pratiques des entreprises face au renchérissement du coût du pétrole et à la problématique de l’effet de serre. Les précisions du directeur Développement Durable du Ceram, Armelle Châtelet.

L’EAU ET L’URBANISME AU CŒUR DU COLLOQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le Centre d’Expertise Développement Durable du CERAM Sophia Antipolis organise vendredi 15 septembre l’une des premières réunions en France des responsables Développement Durable. L’objectif est de proposer un suivi et une comparaison des expertises opérationnelles sur un thème émergent du management global, puis de proposer une série de recommandations pour prendre en compte les problèmes du Développement Durable.
L’eau et l’urbanisme figurent parmi les thèmes majeurs qui seront abordés au cours de cette journée où les séances plénières alterneront avec le travail en atelier. Présentation des deux ateliers consacrés à ces sujets par le directeur Développement Durable du CERAM, Armelle Châtelet.

UN COLLOQUE POUR LANCER LE CENTRE D’EXPERTISE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Vendredi 15 Septembre, le CERAM organise à l’Agora Einstein de Sophia Antipolis un colloque au cours duquel de nombreuses personnalités débattront et partageront leurs expériences autour de 4 notions clés du développement durable: l’urbanisme, l’eau, l’énergie et la gouvernance d’entreprise.
Ce colloque marquera la véritable naissance du Centre d’Expertise Développement Durable, fruit d’une nouvelle stratégie mise en œuvre au sein du CERAM Sophia Antipolis. Pour Armelle Châtelet, directeur Développement Durable du CERAM, il constitue la première pierre d’une réflexion d’ensemble sur tous les problèmes liés à ce thème.

SOPHIA PARTICIPE AU FINANCEMENT DE L’HÔPITAL DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT

La soirée Sophia – Kaboul 2006 aura lieu mercredi 20 septembre sur la Plage Keller au Cap d’Antibes. Une grande soirée caritative faisant appel principalement à la générosité des entreprises de la technopole de Sophia Antipolis. L’objectif est de récolter des fonds pour venir en aide aux femmes et aux enfants d’Afghanistan.
L’an dernier, la soirée avait notamment permis de financer un mois de fonctionnement de l’hôpital de la Mère et de l’Enfant à Kaboul entièrement reconstruit grâce à des fonds français. Un projet initié par Marine Jacquemin et Claire Chazal, que nous présente Philippe Lassalle, responsable de la communication de l’association Share, organisatrice de Sophia Kaboul 2006.

L’ASSOCIATION SHARE SOUHAITE ÉLARGIR SON ACTION

Mercredi 20 septembre, sur la Plage Keller située au Cap d’Antibes, aura lieu une grande soirée caritative, Sophia Kaboul 2006, au cours de laquelle les entreprises et les institutionnels de la Côte d’Azur seront invités à faire preuve de générosité, principalement pour soutenir des projets dans le domaine de la santé et de l’enfance en Afghanistan.
Cette année, la soirée Sophia Kaboul sera organisée par l’association Share nouvellement créée par l’équipe de bénévoles qui organise ces soirées depuis 2003. Si elle continuera à s’impliquer en Afghanistan, l’association envisage d’élargir son action vers d’autres pays, mais toujours sur des projets concernant l’éducation, la santé et le développement durable. Les précisions de son responsable de la communication, Philippe Lassalle.

SOPHIA - KABOUL 2006, LA TECHNOPOLE SE MOBILISE POUR L'AFGHANISTAN

Sophia - Kaboul 2006 aura lieu mercredi 20 septembre. Une grande soirée caritative dédiée au soutien à la santé et à l'enfance en Afghanistan, l'un des pays les plus pauvres de la planète. L'objectif est de récolter des fonds pour financer des hôpitaux, des dispensaires et des équipements scolaires.
L'an dernier, la soirée Sophia - Kaboul avait permis de récolter près de 50 000 euros de dons, intégralement utilisés dans des opérations de terrain, dans la vallée du Panshir où à Kaboul. Philippe Lassalle, responsable de la Communication de l'association Share, organisatrice de l'événement, revient sur l'historique et les objectifs de ces soirées qui font appel à la générosité des entreprises de la technopole de Sophia Antipolis.

UN NOUVEAU LYCÉE POUR SOPHIA ANTIPOLIS

C’était la rentrée hier pour un peu plus de 118 000 élèves des AM principalement dans les lycées et collèges. Une rentrée toute nouvelle pour les 300 élèves du lycée de Valbonne Sophia- Antipolis, essentiellement des classes de seconde. L’établissement flambant neuf de 11 000 m2 et d’un coût de 30 millions d’euros ouvrait ses portes pour la première fois au lieu dit des Bourelles, route de Biot.
Il a été réalisé en 20 mois et répond à une croissance démographique du secteur. L’établissement pourra recevoir d’ici 3 ans jusqu’à 1 500 élèves pour un enseignement général, technologique et post-bac avec un BTS. Le proviseur Jean Hugon est ravi d’essuyer les plâtres de son lycée parfaitement intégré à la végétation existante

E.D.M. SOUHAITE APPORTER UNE RÉPONSE AU DÉFICIT DE PRODUCTION D’ELECTRICITÉ DU DEPARTEMENT

Electricité de Marseille, une société implantée à Sophia Antipolis, a présenté , Vendredi 7 Juillet , son prototype de Station Electrique Solaire dont le premier projet doit voir le jour en 2009 à Tournefort, sur la route d’Isola 2000. Un concept innovant de stockage de l’électricité, utilisant l’air comprimé et reprenant un procédé utilisé depuis de nombreuses années en Allemagne et aux Etats-Unis, mais en substituant des mines de sel par des panneaux solaires.
Pour Hélène Cusset, Directrice générale adjointe d’EDM, la Station Electrique Solaire, en permettant de faire face aux pics de consommation, peut également constituer l’une des réponses au déficit de production d’électricité du département des Alpes Maritimes.

E.D.M. PRÉSENTE SA STATION ÉLECTRIQUE SOLAIRE

Vendredi 7 Juillet, la Société Electricité de Marseille, implantée à Sophia Antipolis, a présenté son projet de construction, dans l’arrière pays niçois, d’une centrale de production d’électricité, incluant le plus grand parc de panneaux solaires thermiques en Europe, et s’appuyant sur un procédé totalement novateur permettant de stocker l’électricité en la transformant en air comprimé.
EDM peut ainsi acheter l’électricité aux heures creuses, pour la revendre trois fois plus cher lors des pics de consommation. EDM est donc prête à entrer sur le marché de l’électricité qui sera libéralisé en 2007, mais a souhaité au préalable développer un outil de production innovant. Les précisions d’Hélène Cusset, Chef du Projet Station Electrique Solaire.

LA FONDATION SOPHIA ANTIPOLIS, PREMIERE SOURCE D’INFORMATION SUR LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ

Une réunion de présentation du Pôle ORPHEME a été organisée vendredi 7 juillet à l’initiative de la Fondation Sophia Antipolis. Une opération s’inscrivant parfaitement dans la mission d’animation et d’information exercée par la Fondation Sophia Antipolis, particulièrement dans le domaine des pôles de compétitivité.
Après le premier Forum des pôles de compétitivité qu’elle a organisée l’an dernier, La Fondation prépare une nouvelle manifestation pour célébrer la signature d’accords entre les pôles et les grands clusters internationaux. La Fondation Sophia Antipolis vient également d’ouvrir un site Internet entièrement dédié aux pôles de compétitivité dont le contenu nous est présentée par sa directrice, Roselyne Koskas.

SENSEOR TRAVAILLE SUR DES CAPTEURS IMPLANTABLES DANS LE CORPS HUMAIN

La présentation du Pôle ORPHEME organisée le 7 Juillet à l’initiative de la Fondation Sophia Antipolis et de Team Côte d’Azur, a été l’occasion de présenter quelques projets mis en œuvre par des entreprises du département.
Parmi eux le projet CATEAM (Capteurs de Température pour Application Médicale) porté par la société SENSEOR, illustre bien l’ouverture du Pôle ORPHEME vers les autres pôles de compétitivité. Senseor est une entreprise oeuvrant dans la microélectronique et les premiers capteurs qu’elle a développés étaient utilisés dans l’Automobile. Sa participation au Pôle ORPHEME lui permet d’envisager une déclinaison de ses capteurs susceptible d’être implantée dans le corps humain. Les précisions de François Gégot, co-fondateur de Senseor.

UN PROCÉDÉ POUR RÉDUIRE LES GROSSESSES MULTIPLES LORS DE FÉCONDATION IN VITRO

Lors de la présentation, Vendredi 7 juillet à Sophia Antipolis, de ses thématiques de recherche, le Pôle ORPHEME a mis en avant quelques projets portés par des entreprises du département. Parmi eux, un projet développé par les Laboratoires Genévrier implantés à Sophia Antipolis.
Ces derniers espèrent que leur participation au Pôle ORPHEME permettra un changement d’échelle pour un procédé qu’ils ont mis au point pour réduire les risques de grossesses multiples lors de fécondation in vitro. Les précisions de Christophe Soler, responsable du département Biotechnologies des Laboratoires Genévier.

LES SCIENCES DE LA VIE AU CŒUR DU DÉVELOPPEMENT DES ALPES MARITIMES

Le Pôle ORPHEME, qui traite des pathologies émergeantes et des maladies orphelines, a présenté ses thématiques de recherches, Vendredi 7 Juillet à Sophia Antipolis. Le Pôle ORPHEME qui associe deux régions, Provence Alpes Côte d’Azur et Languedoc Roussillon, a tout naturellement trouvé sa place dans les Alpes Maritimes où le secteur des Sciences de la Vie affiche une grande vitalité et constitue l’un des moteurs de son développement.
Une vitalité qui s’appuie sur la présence conjuguée d’entreprises du secteur investissant massivement en recherche & développement, d’un pôle hospitalier performant et de nombreux acteurs de la recherche publique. Les précisions de David Dellamonica de l’agence Team Côte d’Azur.

LES THÉMATIQUES DE RECHERCHE DU PÔLE ORPHEME

Vendredi 7 juillet, la Fondation Sophia Antipolis et Team Côte d’Azur ont organisé une présentation du Pôle ORPHEME, le dernier des pôles de compétitivité de la région à avoir été labellisé en mars dernier. Un pôle qui rassemble près de 160 entreprises, représentant 10 000 emplois directs, sur les régions Provence Alpes Côte d’Azur et Languedoc Roussillon, mais également 6 000 chercheurs et 39 000 étudiants en Sciences de la vie.
Son Président, Gérard Papièrok nous présente les thématiques de recherche de ce pôle, axées principalement sur les maladies infectieuses et tropicales, ainsi que les maladies neurologiques rares liées au vieillissement.

REGARDS SUR SOPHIA – JACQUES MARIACCI REGRETTE TOUJOURS L’ABSENCE D’UN VÉRITABLE PATRON SUR SOPHIA

Les dirigeants des entreprises de Sophia Antipolis étaient bien sûr au cœur de la réunion organisée par la CCI Nice Côte d’Azur sur l’avenir de la technopole. Une technopole qui a besoin selon eux d’un nouveau souffle et d’une nouvelle dynamique pour affronter la concurrence.
Après nous avoir rappelé quelles étaient leurs attentes, Jacques Mariacci, le Président du Club des Dirigeants de Sophia, dresse le bilan de la réunion. Il souligne quelques avancées, mais regrette toujours, pour des raisons de simplicité et d’efficacité, qu’il n’y ait pas de véritable patron à la tête de Sophia Antipolis.

REGARDS SUR SOPHIA - RICHARD GALY SOUHAITE METTRE EN PLACE UN PLAN DE DÉPLACEMENT DES ENTREPRISES

Concernant Sophia Antipolis, le problème des déplacements et des transports collectifs est un problème récurrent. Il a bien sûr été largement abordé au cours de la réunion « Regards de chefs d'entreprise et idées à suivre » organisée Mercredi 28 Juin à l'initiative de la CCI Nice Côte d'Azur.
Pour mieux résoudre ce problème et cerner les véritables besoins en la matière, le Maire de Mougins, Richard Galy, souhaite mettre en œuvre un Plan de Déplacement des Entreprises. Il nous rappelle également comment sa commune s'est déjà adaptée au développement de Sophia Antipolis, notamment concernant l'explosion de « Mougins le Haut » qui compte aujourd'hui 4 500 habitants.

REGARDS SUR SOPHIA – JEAN LÉONETTI APPORTE DES PREMIÈRES RÉPONSES CONCRÈTES

Mercredi 28 juin, les chefs d’entreprise de Sophia Antipolis étaient invités, à l’initiative de la CCI Nice Côte d’Azur, à un dialogue avec les décideurs de la technopole. Leurs souhaits étaient d’obtenir des réponses concrètes à la solution de nombreux problèmes qui freinent le développement de Sophia Antipolis.
Jean Léonetti, Député Maire d’Antibes et Président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis en a profité pour faire une série d’annonces dans les domaines de compétence de la CASA, notamment concernant les équipements collectifs, le transport et le logement.

REGARDS SUR SOPHIA – LE PREMIER BILAN DE DOMINIQUE ESTÈVE

Mercredi 28 Juin, la CCI Nice Côte d’Azur a organisé au CERAM une réunion sur l’avenir de Sophia Antipolis intitulée «Regards de chefs d’entreprise et idées à suivre… ». Sophia Antipolis constitue toujours un moteur pour la création d’emplois et l’attractivité des Alpes Maritimes, mais face à la concurrence exacerbée des territoires, elle ne possède plus la longueur d’avance qui la caractérisait dans les années 90.
Une raison pour s’interroger sur les moyens à utiliser pour relancer la dynamique. Dominique Estève dresse un premier bilan de cette réunion après avoir rappelé les raisons qui ont incité la CCI à l’organiser.


PÔLE MER PACA, LES PROJETS SE RÉORIENTENT VERS LE MARCHÉ

Le pôle MER PACA, qui regroupe 200 acteurs situés sur 3 zones de la région PACA (Sophia Antipolis, Toulon et Marseille) a présenté ses principaux thèmes de recherche lors de la troisième journée du cycle « ENTREPRENDRE les HAUTES TECHNOLOGIES », organisée le 26 juin à Sophia Antipolis.
Après un an d’existence, 60 projets ont été déposés, 30 sont labellisés et seuls 4 d’entre eux ont d’ores et déjà obtenus un financement public. Pour Evelyne Spina, Directrice adjointe du pôle Mer PACA, il faut voir les choses de manière positive mais, pour accélérer le processus de financement, les projets devront avoir une approche plus tournée vers le marché.

COUP DE PROJECTEUR SUR LE PÔLE GESTION DES RISQUES

La troisième journée du cycle « ENTREPRENDRE les HAUTES TECHNOLOGIES », organisée le 26 juin à Sophia Antipolis a permis aux participants de mieux découvrir les différents projets du pôle Gestion des risques et vulnérabilité des territoires. Un pôle présidé par Alcatel Alenia Space.
L’occasion de faire le point avec le Directeur de l’établissement de Cannes, Jean Pierre Henry, sur le principal axe de recherche d’ Alcatel Alenia Space sur les risques et sur l’arrivée des financements au sein du pôle. Une arrivée qui, selon lui, ne doit plus tarder sous peine de ralentir la dynamique du pôle, voire de remettre en cause la légitimité de sa création.

ENTREPRENDRE LES HAUTES TECHNOLOGIES, UNE JOURNÉE DÉDIÉE À L’INNOVATION

Lundi 26 Juin, la CCI Nice Côte d’Azur a organisé, dans les locaux du CERAM Executive à Sophia Antipolis, une journée dédiée à l’innovation dans le cadre du cycle « ENTREPRENDRE les HAUTES TECHNOLOGIES ».
Pour Jean François Agostini, Directeur Entreprises et Territoires au sein de la CCI, l’objectif de cette journée était double. Sensibiliser tout d’abord les chefs d’entreprise à l’importance du marketing de l’innovation, et d’autre part leur faire mieux découvrir les champs d’action de deux pôles de compétitivité, le pôle Mer PACA et le pôle Gestion des risques et vulnérabilité des territoires, afin qu’ils puissent éventuellement s’y associer.

L’ISS, SOURCE DE CONFRONTATIONS PERMETTANT À LA RECHERCHE D’AVANCER

Sophia Antipolis accueille du 21 au 24 Juin la 11ème Conférence de l’International Schumpeter Society qui regroupe des chercheurs et économistes du monde entier partageant un intérêt commun pour l’oeuvre de l’un des plus grands économistes du 20ème siècle, Joseph Schumpeter.
Malgré cet intérêt commun, et même si certaines idées comme le rôle de l’entrepreneur dans l’économie sont aujourd’hui couramment admises, ces économistes représentent différents courants de pensée qui débattent et s’affrontent parfois au sein de l’ISS. Pour Ludovic Di Biaggio, professeur au CERAM Sophia Antipolis, cette confrontation est extrêmement enrichissante et permet à la recherche d’avancer.

LA PENSÉE DE SCHUMPETER AU COEUR DU DÉVELOPPEMENT DE SOPHIA ANTIPOLIS

La 11ème Conférence de l’International Schumpeter Society se déroule à Sophia Antipolis du 21 au 24 juin. Une conférence réunissant 350 chercheurs et économistes échangeant leurs points de vue autour de thèmes réputés schumpétériens : croissance, concurrence et Innovation.
La pensée de Schumpeter sur l’innovation peut être ramenée à l’exemple de Sophia Antipolis comme nous l’explique Ludovic Di Biaggio, professeur d’économie industrielle au CERAM, qui s’appuie régulièrement dans son enseignement sur la pensée de Schumpeter, et nous présente au préalable le thème de son intervention à l’ISS 2006.

SCHUMPETER 2006 À SOPHIA ANTIPOLIS

Du 21 au 24 Juin, le CERAM Sophia Antipolis et ses partenaires, l’Ecole des Mines de Paris, l’IAE, l’Université de Nice, l’OFCE et le CNRS, accueille la 11ème Conférence de l’International Schumpeter Society. Une conférence réunissant 350 chercheurs et économistes partageant un intérêt commun pour l’innovation et le travail de l’un des plus brillants économistes du 20ème siècle, Joseph Schumpeter.
Pour Jean-Luc Gaffard, professeur à l’Université de Nice et Président de l’ISS, la pensée de Schumpeter, qui met en avant le rôle de l’innovation dans le développement économique, est toujours d’actualité comme l’illustre le problème posé par l’irruption de la Chine sur la scène internationale.

LA DÉLÉGATION CÔTE D’AZUR DU CNRS FÊTE SES DIX ANS D’EXISTENCE

Le CNRS est implanté dans notre région depuis près de 40 ans avec notamment deux thèmes de recherche d’excellence autour des sciences du vivant et des sciences de l’univers. Créée pour favoriser une gestion de proximité et améliorer la visibilité scientifique du CNRS dans la région, la Délégation Côte d’Azur a fêté ses dix ans d’existence Vendredi 16 Juin à Sophia Antipolis.
Pour son Délégué Régional, Jean Paul Boisson, l’importance de la Délégation Côte d’Azur est capitale notamment dans la vie quotidienne des chercheurs. Sans elle, le CNRS s’arrêterait tout bonnement de fonctionner.

LE NOUVEAU DIRECTEUR GÉNÉRAL PRÉSENTE À SOPHIA LES NOUVELLES ORIENTATION DU CNRS

La Délégation Côte d’Azur du CNRS a fêté ses dix ans d’existence Vendredi 16 Juin à Sophia Antipolis. L’occasion pour Arnold Migus, Directeur Général depuis janvier dernier, de présenter les nouvelles orientations du CNRS.
Des orientations marquées par un développement du partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur et les collectivités territoriales, qui se traduira notamment par une plus grande implication dans les pôles de compétitivité en favorisant un ou deux thèmes forts par région. Des priorités qui prennent en compte l’évolution de l’environnement de la recherche française.

GRÂCE À LA MODÉLISATION, LE SPECTATEUR PEU DÉJÀ ENTRER DANS LES COULISSES DU GRAND STADE DE NICE

Le groupe Cari a profité de la soirée organisée autour de la retransmission du match de Coupe du Monde France – Suisse, sur son site de l’Agora Einstein à Sophia Antipolis, pour présenter la modélisation qu’il a fait réaliser du futur Grand Stade de Nice dont il assurera à la fois la construction et l’exploitation.
Grâce à cette modélisation, le spectateur peut déjà pénétrer dans les coulisses du stade dont le premier coup de pioche doit être donné cet été pour une livraison à l’automne 2007. Les explications de Jean Baptiste Reynes, PDG de la société IMAGTP qui a réalisé la modélisation du stade.

L’AGORA EINSTEIN LANCE SON CLUB DE PARTENAIRES

Dans le cadre de sa politique d’animation de la technopole, l’Agora Einstein de Sophia Antipolis a organisé la retransmission sur grand écran de la rencontre France-Suisse, premier match des « Bleus » lors de la Coupe de Monde de Football. Retransmission suivie d’un cocktail et de différentes animations.
L’occasion de présenter à l’assistance son nouveau Club de Partenaires lancé autour de l’organisation de rendez-vous et de soirées prestige conviviales permettant aux entreprises du département de se rencontrer et d’organiser des opérations de relations publiques. Pour Isabelle Denayer, Directrice de l’Agora Einstein, ce lieu doit devenir le centre névralgique de networking de Sophia et la retransmission de France-Suisse occupait une place importante dans cette stratégie.

EURECOM APPORTE SON CONCOURS À LA SYMPHONIE DES MACHINES

La Symphonie des Machines, interprétée durant 3 jours sur 6 sites différents, lors du Festival de la 4ème Dimension organisé à Sophia Antipolis, est bien sûr une œuvre musicale, créée par deux musiciens chercheurs du CIRM, Robin Meier et Frédéric Voisin, mais c’est également un pari technologique puisque les instruments de cette symphonie étaient en fait une centaine d’ordinateurs réunis en « clusters » et réagissant à de nombreux « stimuli ».
Un défi technologique rendu possible notamment grâce au concours de l’Institut Eurecom qui a mis ses ressources à la disposition des deux créateurs de la symphonie, comme nous l’explique son responsable informatique, Pascal Gros.

LA SYMPHONIE DES MACHINES, POINT D’ORGUE DU FESTIVAL DE LA 4ème DIMENSION

La Symphonie des Machines a constitué le point d’orgue du Festival de la 4ème Dimension qui s’est déroulé du 6 au 10 Juin sur la technopole de Sophia Antipolis. La symphonie des machines est un spectacle musical interactif à cheval entre l’art et la science. Deux musiciens chercheurs du CIRM, Robin Meier et Frédéric Voisin, ont interprété une œuvre à l’aide d’une centaine d’ordinateurs reliés entre eux et stimulés par des éléments d’extérieurs comme la lumière ou des messages envoyés par téléphone de par le monde entier.
Si une première expérience avait eu lieu à Paris dans le cadre d’une « Nuit Blanche », le concert de Sophia change radicalement d’échelle, comme si l’on était passé d’un orchestre de chambre à un orchestre symphonique.

BERTRAND PICCARD PRÉSENTE LE PROJET SOLAR IMPULSE À SOPHIA ANTIPOLIS

Bertrand Piccard, l’homme qui le premier réalisa le vieux rêve de Jules Verne en réussissant un Tour du Monde en ballon, non pas en 80 mais en 20 jours, était l’invité du Forum Antipolis organisé à Sophia aux Espaces Antipolis.
Bertrand Piccard y a donné une conférence pour présenter la nouvelle aventure au long cours dans laquelle il s’est lancé: faire le tour de la planète à bord d’un avion solaire qui n’utiliserait que des énergies renouvelables sans aucune émission polluante. Un avion extraordinaire, baptisé « Solar Impulse » que nous présente Bertrand Piccard.

KAROBAS REND LA 3 D ACCESSIBLE SUR INTERNET

Rendre la 3 D accessible sur Internet, tel est le défi qu’a relevé la société Karobas qui a présenté ses activités lors de la dernière réunion du Club Sophia Croissance. Implantée à Sophia Antipolis, Karobas est parvenue à intégrer une 3 D extrêmement fine, réalisée à partir de photos, dans des fichiers très légers adaptés à une diffusion sur Internet.
Karobas participe notamment au grand projet de numérisation de l’ensemble de la ville de Cannes. Un projet piloté par Alcatel Alenia Space, mais dans lequel Karobas est intervenue avec sa technologie pour réaliser les lieux les plus photogéniques comme La Croisette. Les explications du Directeur Associé de Karobas, Philippe Brest.

LES PME ONT TROUVÉ LEUR PLACE AU SEIN DU PÔLE ORPHEME

La dernière réunion du Club Sophia Croissance, qui s’est tenue à l’Agora Einstein de Sophia Antipolis, a donné lieu à la présentation de plusieurs PME innovantes ainsi que de deux pôles de compétitivité, le pôle TES implanté autour de Caen et le pôle ORPHEME qui associe deux régions, Languedoc-Roussillon et Provence Alpes Côte d’Azur.
Axé sur les problèmes de Santé, le dernier né des pôles de compétitivité n’hésite pas à engager des collaborations avec d’autres pôles et offre également la particularité d’offrir une très grande place aux PME. Les précisions de David Dellamonica, chargé de la communication au sein du pôle ORPHEME.

LE PÔLE TES SOUHAITE COLLABORER AVEC LE PÔLE SCS

Le Club Sophia Croissance, qui regroupe des dirigeants de PME innovantes de la Côte d’Azur afin de faciliter l’accès de ces dernières aux pôles de compétitivité, est également un lieu d’échanges et d’information. Ainsi, lors de sa dernière réunion, les participants ont pu assister à la présentation du pôle TES (Transactions Electroniques Sécurisées) implanté dans la « Monétique Valley » autour de Caen.
Pour Jean- Pierre Buthion, du Groupement des Cartes Bancaires, un grand nombre de collaborations devraient voir le jour entre le pôle TES et le pôle des Solutions Communicantes Sécurisées afin de développer de nombreuses applications pour sécuriser de grands marchés.

PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : VERS UNE DISCRIMINATION POSITIVE À L’ÉGARD DES PME

Le Club Sophia Croissance, qui vise à regrouper les dirigeants des PME innovantes de la Côte d’Azur, a tenu récemment une nouvelle réunion à l’Agora Einstein de Sophia Antipolis.
L’occasion de faire le point sur les différentes actions entreprises afin de faciliter l’accès des PME aux différents projets des pôles de compétitivité. Les premiers projets labellisés concernent en effet principalement les grandes entreprises et l’idée d’une sorte de « discrimination positive » à l’égard des PME commence à faire son chemin. Les explications de Dominique Pouliquen, l’initiateur de ce club, qui nous rappelle au préalable l’objectif de Sophia Croissance.

SOPHIA NE GÉNÈRE PAS SUFFISAMMENT DE CRÉATIONS D’ENTREPRISE

La technopole de Sophia Antipolis ne génère pas suffisamment de créations d’entreprise innovante. Tel est le constat dressé par Thierry Benmussa, Directeur du syndicat mixte Sophia Alpes Maritimes, lors de la première journée du Forum Antipolis organisé aux Espaces Antipolis. La venue prochaine sur Sophia de l’incubateur de Telecom Paris et les accords entre le CERAM et l’Ecole des Mines d’Alès peuvent changer la donne.
Pour lui, il faut également profiter de la dynamique créée par les pôles de compétitivité pour remédier à cette situation qui vient du modèle historique de développement de Sophia, basé sur l’attraction d’entreprises venues d’ailleurs.

NE PAS NÉGLIGER LE POTENTIEL DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EXISTANTES

La première journée du Forum Antipolis, organisé du 31 Mai au 5 Juin au sein du Business Resort des Espaces Antipolis, était consacrée à l’innovation et à l’entrepreunariat. Jean Zieger, ancien directeur d’Alcatel Space et aujourd’hui Président de Méditerranée Technologies, est intervenu pour dire que si l’aide à la création d’entreprise est utile, il ne fallait pas négliger pour autant l’aide au développement des entreprises existantes.
Jean Zieger, qui nous rappelle les objectifs de Méditerranée Technologies, estime également que la Région est le territoire le plus pertinent pour mener à bien une politique en faveur de l’innovation.

12 JOURS POUR VIVRE SOPHIA ANTIPOLIS AUTREMENT

12 jours pour vivre Sophia Antipolis autrement. Du 31 Mai au 11 Juin, plusieurs manifestations vont s’enchaîner sur le site de la Technopole, à commencer par le 2ème Forum Antipolis qui se déroule jusqu’au 5 juin aux Espaces Antipolis. Le Forum mêle une série de conférences et de tables rondes à de nombreuses animations ou spectacles. A noter parmi les temps forts les conférences de Bertrand Piccard, l’auteur du premier tour du monde sans escale en ballon, qui viendra parler de son nouveau défi « Solar Impulse » et celle du recordman du monde de plongée en apnée, Loïc Leferme.
Jean Luc Nahon, le créateur de ce « Business Resort » des Espaces Antipolis, nous présente les objectifs de ce Forum.

COUP DE PROJECTEUR SUR L’INCUBATEUR ÉTUDIANTS DU CERAM

Le CERAM Sophia Antipolis a organisé, Vendredi 12 Mai, une journée d’étude sur les incubateurs étudiants en France. L’occasion de se pencher sur le fonctionnement et les activités de son propre incubateur créé dans le cadre de la Chaire Entrepreunariat High Tech dirigée par Michel Bernasconi.
L’incubateur accueille chaque année une quinzaine de projets, parfois originaux, qui bénéficient du soutien et de l’accompagnement d’un grand nombre d’experts. L’incubateur du CERAM constitue en soi, une véritable école entrepreunariale qui renforce la motivation des étudiants. Présentation avec Michel Bernasconi.


INCUBATEURS ÉTUDIANTS, L’EXEMPLE DE TELECOM PARIS

La journée d’étude organisée par le centre d’expertise du CERAM « Entrepreunariat High Tech » a permis à la plupart des acteurs concernés par les incubateurs étudiants, de se rencontrer et de partager leurs diverses expériences. Parmi eux, la célèbre école d’ingénieur Telecom Paris qui figure en tête du Palmarès, publié dernièrement par le magazine Usine Nouvelle, des Grandes Ecoles en fonction du nombre d’entreprises créées depuis 2000 par d’anciens élèves.
Il faut dire que la création d’entreprise est devenue un axe stratégique de Telecom Paris qui met tout en œuvre pour éviter les échecs. Henry Pironin, le responsable des relations avec les entreprises, nous présente la philosophie de cette stratégie.

SIGNATURE D’UN PARTENARIAT ENTRE LE CERAM ET L’ÉCOLE DES MINES D’ALÈS

A l’occasion de la journée d’étude sur les incubateurs étudiants, organisé par son centre d’expertise «Entrepreunariat High Tech», le CERAM Sophia Antipolis a signé un accord de partenariat avec l’Ecole des Mines d’Alès. Une école d’ingénieur qui a créé son incubateur étudiants dès 1984 et l’a placé au cœur de son fonctionnement.
Son Directeur, Alain Dorison, croit beaucoup à la complémentarité des deux écoles et à l’intérêt d’associer une démarche de management à celle d’un ingénieur. Ce partenariat et la création commune avec le CERAM d’un futur Master en entrepreunariat accentue encore la démarche entreprise par l’Ecole des Mines d’Alès en faveur de la création d’entreprise.


LA CRÉATION D’ENTREPRISE AU COEUR DES PRÉOCCUPATIONS DU CERAM

Le CERAM Sophia Antipolis a accueilli pour une journée d’étude, Vendredi 12 Mai, l’ensemble des responsables des incubateurs étudiants en France. Le CERAM a d’ailleurs profité de cette journée pour signer un accord de partenariat avec L’Ecole des Mines d’Alès, précurseur dans ce domaine. Un accord devant déboucher sur une collaboration renforcée entre étudiants et enseignants des deux écoles, mais également sur la création d’un Master commun en Entrepreunariat.
Pour le Directeur du CERAM, Alain Van Bockstael, cette implication autour de la création d’entreprise est naturelle et reflète l’état d’esprit qui règne au sein du CERAM depuis son implantation à Sophia Antipolis.

L’AVENIR DES INCUBATEURS ÉTUDIANTS EN QUESTION AU CERAM

Vendredi 12 Mai, le CERAM Sophia Antipolis a organisé une journée d’étude sur les incubateurs dans l’Enseignement Supérieur. Au cours de ces dernières années, de nombreux établissements ont créé en leur sein des structures destinées à faciliter la création d’entreprises par leurs étudiants. Certains, comme l’Ecole des Mines d’Alès, les ont même mis au cœur du fonctionnement de leur école.
La journée, organisée par le Centre d’Expertise du CERAM « Entrepreunariat High Tech » dirigé par Michel Bernasconi, a permis de rassembler les principaux acteurs de ces incubateurs étudiants et d’évoquer leurs perspectives d’avenir. Elle est aussi le prolongement d’une première étude menée au sein du CERAM.

L’EAI, UNE FORMATION TOURNÉE SUR L’INTERNATIONAL ET CALQUÉE SUR LE MODELE ANGLO-SAXON

L’Euro American Institute, qui fait partie intégrante du groupe CERAM Sophia Antipolis, dispense une formation originale offrant une ouverture sur le marché de l’emploi international avec des spécialisations souvent très pointues dans des filières parfois originales.
Après deux ans passés au cœur de la technopole de Sophia Antipolis, la plupart des étudiants iront passer les deux dernières années de leur cursus dans des universités américaines, canadiennes ou australiennes. Ils n’y seront pas dépaysés car les enseignements, pour la plupart en anglais, dispensés au sein de l’EAI sont calqués sur le modèle anglo-saxon comme nous le révèle sa Directrice, Anne Lichtenberger.

LE GALA DE L’EAI – UN TEMPS FORT DE LA SCOLARITÉ DES ÉTUDIANTS

L’Euro American Insitute, programme post-baccalauréat du CERAM Sophia Antipolis, organise Samedi 8 Avril son traditionnel Gala annuel au cours duquel aura lieu la traditionnelle remise des « passeports » aux étudiants qui s’apprêtent à partir pour deux ans aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie, dans les universités partenaires de l’EAI.
Un gala qui symbolise bien la culture anglo-saxonne qui imprègne les formations dispensées au sein des 5 filières de l’école tournées résolument vers l’international. Ce gala organisé par les étudiants eux même constitue un temps fort de leur scolarité comme nous l’indique la directrice de l’EAI, Anne Lichtenberger.

LE ROLE MAJEUR D’ALCATEL ALENIA SPACE DANS LE PROJET GALILEO

La troisième édition du concours Galileo Masters a été lancée Mardi 4 Avril à la Fondation Sophia Antipolis. L’occasion pour Jean-Claude Dardelet, Vice Président de Galiléo Concession, de faire le point sur l’avancement du programme qui permettra à l’Union Européenne d’acquérir son indépendance dans le domaine de la navigation par satellite.
Un programme dans lequel Alcatel Alenia Space, dont le siège est situé à Cannes, jouera un rôle moteur après en avoir été le précurseur. Alcatel Alenia Space a déjà livré le satellite EGNOS qui préfigure les services qu’offrira Galileo et sera chargé de développer le cœur du système Galileo.

LANCEMENT DE LA TROISIÈME ÉDITION DU CONCOURS GALILEO MASTERS

La Fondation Sophia Antipolis et Team Côte d’Azur ont lancé, Mardi 4 Avril, la troisième édition du concours Galileo Masters, destiné à favoriser le développement d’applications commerciales dans le domaine de la navigation par satellite. Le concours est organisé sous l’égide de la région de Bavière, siège du consortium Galileo Industries regroupant les partenaires industriels du projet Galileo qui permettra bientôt à l’Europe de s’affranchir du système GPS.
La région Côte d’Azur, dont le lauréat de l’an dernier (la société Vu Log) est issu, est très impliqué dans ce concours dont Jean Pierre Mascarelli, Président de Team Côte d’Azur, nous rappelle les principales caractéristiques.

SLA DU FUTUR – UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES POUR ASSURER UNE PARFAITE CONTINUITÉ DES PROCESSUS BUSINESS

L’inauguration du siège du pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisées a permis de mettre en lumière quelques uns des premiers projets labellisés du pôle SCS. Parmi eux, le projet SLA du futur, porté par France Telecom, dont l’objectif est en particulier de proposer aux entreprises, de nouveaux engagements de services afin qu’elles puissent assurer à leurs collaborateurs - voyageurs d’affaires une productivité optimale en tout lieu.De nouveaux services qui impliquent une collaboration étroite entre de multiples fournisseurs. Présentation de ces services du futur avec le Directeur du Laboratoire Recherche et Développement de France Telecom, Laurent Londeix.

TRUST ME – UN PROJET POUR SÉCURISER LES SERVICES DE L’INTERNET MOBILE

Lors de l’inauguration du siège du pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisées, un certain nombre d’applications développées par les premiers projets labellisés du pôle ont été présenté au public. Ainsi, le projet Trust Me a mis en avant des services pour faciliter l’usage de la télévision sur son mobile. Trust Me est un projet porté par Gemplus, le leader mondial de la carte à puce, qui vise à proposer des solutions pour sécuriser le domaine de l’Internet mobile et permettre une personnalisation des services offerts aux consommateurs. Présentation avec Anne Marie Pradin, chercheur au sein de la société Gemplus.

PROJET PAC ID SANTE – DES SOLUTIONS RFID POUR OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS À L’HÔPITAL

Quelques unes des applications développées dans le cadre du projet PAC ID Santé ont été présentées à l’occasion de l’inauguration du siège du pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisées. PAC ID Santé est un projet, porté par IBM et STMicroelectronics, qui vise à remplacer les codes barres par des étiquettes intelligentes. Les premières expérimentations ont lieu en milieu hospitalier, notamment au CHU de Nice, où un système RFID sans fil innovant permet la traçabilité du patient et de ses soins.
Mais si elles sont expérimentées à l’hôpital, ces applications intéressent déjà d’autres secteurs comme ceux de la logistique ou de la grande distribution. Présentation de quelques unes de ces applications avec Christophe Prior, responsable du projet au sein de STMicroelectronics

REAL CRISIS – UN PROJET POUR FAIRE FACE AUX TSUNAMIS

L’inauguration, à Sophia Antipolis, du siège du pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisées a donné lieu à des démonstrations de quelques uns des premiers projets labellisés et notamment de Real Crisis porté par Alcatel Alenia Space dont le but est de concevoir un réseau d’alerte précoce destiné à prévenir les autorités et la population en cas de risque sismique majeur comme les Tsunamis.Un projet qui présente la particularité de s’appuyer sur deux pôles de compétitivité, le pôle SCS parce qu’il s’agit de télécommunication et le Pôle Risque et Vulnérabilité des Territoires parce que la solution permet de faire face à un risque majeur. Présentation du projet Real Crisis par Pierre Loyer, ingénieur à Alcatel Alenia Space.

LE CRI D’ALERTE DE NICOLAS HULOT

Nicolas HULOT a animé une conférence le 27 mars à Sophia Antipolis. Le fondateur d’Ushuaïa Nature a évoqué à l’Agora Einstein chez Cari Events les enjeux du développement durable et les dangers liés au réchauffement de la planète.
Nicolas Hulot a également rencontré des jeunes qui ont travaillé auprès du Conseil Général sur la création d’un livret et d’un CD Rom sur la gestion et la protection de l’eau dans les Alpes Maritimes. Pour Nicolas Hulot, auteur notamment du « syndrome du Titanic », les signes annonciateurs du naufrage écologique s’accumulent. Il est grand temps de réagir.

M-TOURISME POUR FAIRE DE LA RÉGION LE LEADER DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES APPLIQUÉES AU TOURISME

L’inauguration, Lundi 27 Mars, dans les locaux de la Fondation Sophia Antipolis, du siège du pôle de compétitivité des Solutions Communicantes Sécurisées s’est déroulée en présence des principaux acteurs de ce pôle à vocation mondiale dont les projets avancent rapidement puisque 20 d’entre eux ont d’ores et déjà été labellisés.Parmi ces derniers, le projet m-Tourisme porté par l’Association Telecom Valley dont le but est de favoriser l’innovation dans le domaine des hautes technologies appliquées au tourisme pour faire de la région PACA un leader en la matière. Présentation des grandes lignes du projet avec le Président de Telecom Valley, Laurent Londeix.

INAUGURATION DU SIÈGE DU PÔLE SCS

Le siège du pôle de compétitivité des Solutions Communicantes Sécurisées a été inauguré Lundi 27 Mars au cœur de la technopole de Sophia Antipolis. Il est en effet abrité dans les locaux de la Fondation que préside le Sénateur Pierre Laffite qui est par ailleurs le premier Président du Pôle SCS.Une présidence qui sera alternée avec le site du Rousset qui est associé à celui de Sophia Antipolis dans ce pôle à vocation mondiale qui est l’un des plus importants de France. Mais le fait que le siège initial du pôle soit implanté à Sophia constitue pour le Sénateur Laffite un symbole et va permettre la mise en œuvre d’une stratégie par laquelle l’image de Sophia Antipolis sortira renforcée.

JEAN-LOUIS TERRIER : LES ENTREPRISES NE DOIVENT PAS PORTER LES LUNETTES DE LEURS BANQUIERS POUR ANALYSER LE RISQUE-PAYS

Lors de la conférence qu’il a donnée Vendredi 24 Mars au CERAM Sophia Antipolis, Jean-Louis Terrier, l’un des meilleurs spécialistes de l’investissement dans les pays étrangers, est revenu sur la nécessité d’adopter de nouveaux outils pour évaluer les risques d’un investissement direct à l’étranger auquel les entreprises ont de plus en plus recours.
Ces risques ont évolué et les risques financiers ont pris le pas sur les risques politiques. Pour autant, ces risques sont difficilement quantifiables avec les grilles d’analyse traditionnelles des banquiers. Pour les évaluer, l’approche doit être plus qualitative en n’oubliant jamais la qualité du projet d’investissement.

AU CERAM, JEAN-LOUIS TERRIER REACTUALISE LA NOTION DE RISQUE-PAYS

Vendredi 24 Mars, la chaire Glob@l Finance du CERAM Sophia Antipolis avait invité Jean-Louis Terrier, Président de l’agence de notation Credit Risk International, pour donner une conférence sur le thème de la réactualisation de la notion de risque-pays.
Pour Jean-Louis Terrier, la notion de risque-pays s’est élargie pour passer d’un risque essentiellement politique à un risque commercial. L’économie mondiale a d’autre part tellement évolué au cours de ces 25 dernières années qu’il est illusoire de vouloir analyser aujourd’hui le risque-pays avec les outils d’autrefois.

CHRISTIAN ESTROSI EN VISITE AU LABORATOIRE VÉTÉRINAIRE DÉPARTEMENTAL

Lundi 13 Mars, Christian Estrosi, Ministre délégué à l’Aménagement du territoire, a visité le Laboratoire Vétérinaire Départemental. Implanté à Sophia Antipolis, le LVD est impliqué depuis 2001 dans la surveillance de la grippe aviaire et son rôle s’est particulièrement accru depuis la découverte du premier cas avéré en France, puisque c’est en son sein que sont réalisées les autopsies des oiseaux collectés par le SDIS ou les services Municipaux.
Cette visite a permis au Ministre de saluer l’excellence du travail réalisé par le Laboratoire dans le cadre du dispositif sanitaire national qui appelle à la vigilance, même si les Alpes Maritimes ne constitue pas pour le moment un département à risque.

LE LABORATOIRE VÉTÉRINAIRE DÉPARTEMENTAL AU CŒUR DU DISPOSITIF DE SURVEILLANCE DE LA GRIPPE AVIAIRE

Le ministre de l’Aménagement du territoire, Christian Estrosi a visité le 13 mars le laboratoire vétérinaire départemental situé à Sophia-Antipolis. Les activités du laboratoire consistent à analyser la salubrité des denrées alimentaires mais aussi à diagnostiquer les maladies animales.
En ce sens, il participe activement à la surveillance de la grippe aviaire en recevant l’ensemble des volatiles retrouvés morts dans le département. Depuis, le 17 février, date du 1er cas avéré dans l’Ain, le laboratoire a réalisé plus de 150 autopsies pour quelques 700 oiseaux collectés. Le Docteur Joël Godenir, directeur du Llaboratoire Vétérinaire Départemental présente le dispositif mis en place.

GALDERMA S’IMPLIQUE DANS LE PÔLE ORPHEME

Labellisé récemment, le pôle Orphème, spécialisé dans les maladies tropicales et les pathologies émergentes, liées notamment au vieillissement, a été présenté officiellement jeudi 9 Mars sur le nouveau site de Galderma à Sophia Antipolis, en présence du Ministre Délégué à l’Aménagement du Territoire, Christian Estrosi.
Galderma, créé en 1981 par Nestlé et l’Oréal, est un laboratoire pharmaceutique devenu le numéro 1 mondial de la dermatologie. Son principal centre de Recherche & Développement est implanté sur Sophia Antipolis et travaille notamment sur le vieillissement de la peau. L’implication de Galderma dans le Pôle Orphème est donc toute naturelle pour son vice président en charge de la recherche, Alain Jacquot.


Un 7ème PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ IMPLIQUANT LES ENTREPRISES AZURÉENNES

Un septième pôle de compétitivité impliquant des entreprises azuréennes vient d’être labellisé. Situé dans le domaine de la biologie humaine, le pôle Orphème traitera principalement des maladies orphelines et des pathologies émergentes.
Né de la fusion de deux projets, venant l’un de la région PACA et l’autre du Languedoc Roussillon, Orphème regroupera pas moins de 160 entreprises, 6 000 chercheurs et ingénieurs et 39 000 étudiants en Sciences de la vie qui interviendront dans des domaines d’une importance cruciale. De quoi réjouir tout particulièrement Christian Estrosi dont l’intervention a été décisive pour réunir les deux projets et aboutir à la labellisation du Pôle Orphème.

LA FORCE SUPPLÉMENTAIRE DE ROSE DIENG-KUNTZ

A l’occasion de la Journée de la Femme, Mercredi 8 Mars, la Fondation Sophia Antipolis et Cari Events ont organisé une conférence débat sur le thème de « la réussite au féminin » avec de nombreuses intervenants, symbole de cette réussite comme Anny Courtade, Dominique Estrosi et Rose Dieng-Kuntz, directrice de recherche à l’INRIA.
Rose Dieng-Kuntz, lauréate en 2005 du Prix Irène Joliot Curie, a été la première femme d’Afrique à être admise à l’Ecole polytechnique en 1976. Elle illustre la réussite d’une femme dans le domaine scientifique. Un domaine où elle n’eut pas trop à souffrir d’un pouvoir misogyne. Le fait d’être une femme lui a même servi de motivation supplémentaire.

ROSELYNE KOSKAS - LE POUVOIR MISOGYNE

Le Pouvoir Misogyne ou Pourquoi les hommes ont-ils peur des femmes en politique ? C’est le titre du livre de Roselyne Koskas, directrice de la Fondation Sophia-Antipolis et du journaliste Guy Schwartz.
Une enquête qui révèle que la parité hommes/femmes est loin d’être respectée en politique. Les femmes interrogées témoignent librement de la manière dont elles affrontent au quotidien cette misogynie.

LE CONSUL DES ÉTATS-UNIS AU CERAM

La conférence d’Otto Van Maerssen, Premier Secrétaire des Affaires Financières de l’Ambassade des Etats-Unis en France a donné l’occasion au CERAM Sophia Antipolis d’accueillir également le Consul Général des Etats-Unis à Marseille, Phillip Breeden.
Celui-ci nous a révélé, que malgré un euro toujours fort, les touristes américains reprenaient en nombre le chemin de la France, en particulier grâce au succès grandissant des croisières. Phillip Breeden nous a également indiqué que les universités américaines cherchaient de plus en plus à séduire les étudiants étrangers et que Sophia Antipolis demeurait une zone très attractive pour les entreprises américaines.

LES DOSSIERS CHAUDS DE LA GOUVERNANCE AU CERAM SOPHIA ANTIPOLIS

Otto Van Maerssen, Premier Secrétaire des Affaires Financières de l’Ambassade des Etats-Unis en France, est intervenu au CERAM Sophia Antipolis, vendredi 3 Mars, dans le cadre du cycle de conférences de la chaire Glob@l Finance.
Une intervention sur le thème de la Gouvernance globale, plutôt du ressort des institutions internationales, et de la gouvernance des entreprises, confrontées à des problèmes d’éthique et de transparence. Otto Van Maerssen nous a donné à cette occasion son sentiment sur les récentes interventions, au nom du patriotisme économique, de différents gouvernements européens lors de tentatives d’OPA, et est revenu sur les dossiers chauds de la gouvernance des entreprises aux Etats-Unis.

L’ORGANISATION DU FESTI, UN TREMPLIN POUR LES ÉTUDIANTS DU CERAM

Du 6 au 9 mars, au Théâtre Noga Croisette de Cannes, aura lieu la 24ème édition du Festival National de Théâtre des Grandes Ecoles, le « FESTI ». Un festival créé en 1982 et organisé depuis par des étudiants du CERAM Sophia Antipolis.
Chaque année, une équipe renouvelée de passionnés de théâtre entreprend ce gros travail d’organisation qui va de la recherche des sponsors à la sélection des troupes, en passant par la composition du jury et la résolution de tous les problèmes logistiques et techniques. Un travail parfois lourd, mais formateur et susceptible de servir de tremplin dans la vie professionnelle de ces étudiants comme nous le révèle Charline Jouve, Responsable de la communication du FESTI.

OLIVIER FAVEREAU PRÉSENTE L’ÉCONOMIE DES CONVENTIONS AU CERAM

C’est un professeur d’économie à Paris X, Olivier Favereau, l’architecte de la théorie des Conventions, qui a inauguré mardi 28 Février le nouveau cycle de conférences de la chaire Glob@l Finance du CERAM Sophia Antipolis.
L’occasion pour lui de présenter au public les grandes lignes de cette théorie originale, ouverte à une pluridisciplinarité faisant intervenir la sociologie, le droit ou la gestion, mais également la philosophie. Une théorie qui amène à revoir la façon de regarder l’entreprise et le rôle joué par la gestion des ressources humaines. Les explications d’Olivier Favereau.

DÉMARRAGE D’UN NOUVEAU CYCLE DE CONFÉRENCES DE LA CHAIRE GLOB@L FINANCE

La chaire « Glob@l Finance » du CERAM Sophia Antipolis a entamé, Mardi 28 Février, un nouveau cycle de conférences s’adressant bien sûr aux étudiants, mais également à tous ceux qui souhaitent se tenir informés dans des débats de haute tenue.
Ce n’est pas un financier, mais un économiste à la pensée originale, Olivier Favereau, qui a inauguré ce nouveau cycle qui se poursuivra avec un représentant du Département d’Etat américain, qui parlera de la Gouvernance globale ; un professeur d’HEC sur les fonds de pension et le spécialiste français du Risque-Pays, Jean-Louis Terrier. Michel-Henry Bouchet, responsable de la chaire Glob@l finance, nous rappelle le rôle de ces conférences.

CONTOURNEMENT DE NICE – POUR JACQUES MARIACCI, LES POLITIQUES ONT MANQUÉ DE COURAGE ET DE SENS VISIONNAIRE

Alors que, dans le débat public sur le contournement de Nice, le monde de l’Entreprise s’était mobilisée pour la solution « longue » (de Nice Est à Mougins), le Conseil Général a clairement opté pour la solution courte, privilégiant ainsi le consensus politique et le développement des transports en commun.
Pour Jacques Mariacci, Président du Club des Dirigeants de Sophia, les politiques ont négligé les besoins des actifs et ont manqué de courage et de sens visionnaire. Or le développement de Sophia, sur lequel ces politiques fondent beaucoup d’espoir, ne pourra se faire si les gens ne parviennent pas à se loger et à circuler correctement.

CONTOURNEMENT DE NICE – LE CLUB DES DIRIGEANTS DE SOPHIA MANTIENT LA PRESSION POUR LA SOLUTION LONGUE

A la veille de la clôture du débat public sur le contournement routier de Nice et alors que le Conseil Général vient de prendre clairement position pour la solution « courte », le Club des Dirigeants de Sophia maintient la pression en faveur de la solution « longue » (de Nice Est aux Bréguières à Mougins) et organise les 27 et 28 février une distribution de tracts pour sensibiliser le public aux difficultés d’accès à la technopole.
Pour leur Président, Jacques Mariacci, le développement des transports commun ne suffira pas à résoudre les problèmes d’accessibilité du parc et la voiture restera incontournable. Dès lors, la création d’un axe Est-ouest pour désengorger l’A8 et désenclaver Sophia est indispensable.


LE DÉVELOPPEMENT DES USAGES EN VEDETTE AU 3GSM DE BARCELONE

Après s’être tenu durant de nombreuses années à Cannes, le 3GSM, le grand rendez-vous mondial de la téléphonie mobile, se déroule désormais pour 3 ans à Barcelone. Si les portables sont de plus en plus puissants et miniaturisés, c’est le développement toujours plus fort des usages qui a tenu la vedette de ce salon.Si la délocalisation du 3GSM a forcément eu quelques répercussions sur les modalités de la présence de la Côte d’Azur, cela n’a pas empêché les entreprises azuréennes d’y être fortement représentées et d’y nouer des contacts très fructueux comme nous le révèle, de retour de Barcelone, Antoine Perry, le Secrétaire Général de l’Association Telecom Valley.

IMAGINA 2006 – LA FRONTIÈRE ENTRE LE RÉEL ET LE VIRTUEL TEND À SE REDUIRE

La frontière entre le réel et le virtuel tend à se réduire. C’est l’enseignement que l’on peut tirer de la 24ème édition d’Imagina qui s’est tenue du 1er au 3 février au Grimaldi Forum de Monaco. L’image numérique est de plus en plus appliquée dans notre quotidien : les aménageurs d’espaces, architectes et autres métiers liés à la sécurité routière utilisent ces nouveaux outils.
Exemple auprès de la jeune société Stonetrip, basée à Sophia-Antipolis et qui a présenté à Imagina son Kit de développement pour la production de contenus multimédia. Un outil tout en un que nous présente, Philip Belhassen, gérant de Stonetrip.

LE CEMEF, CHAMPION DE LA SIMULATION NUMÉRIQUE

François Goulard, le Ministre délégué à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, s’est rendu à Sophia Antipolis le 16 janvier pour se rendre compte sur le terrain de la mise en œuvre des outils permettant de mieux valoriser la recherche.
Le Ministre a ainsi visité le Centre de Mise en Forme des Matériaux, l’un des laboratoires de l’Ecole des Mines et a assisté à la présentation de la dernière version du logiciel Forge. Un logiciel de simulation vendu dans le monde entier et permettant de réduire les délais de mise au point et les coûts de production d’un grand nombre d’acteurs industriels. Un logiciel développé par le CEMEF que nous présente son Directeur, Jean Loup Chenot.

L’ECOLE DES MINES – 30 ANS DE RECHERCHE SUR SOPHIA

François Goulard, le Ministre délégué à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, s’est rendu à Sophia Antipolis le 16 janvier pour se rendre compte sur le terrain de la mise en œuvre des outils permettant de mieux valoriser la recherche.
La visite du Ministre s’est arrêtée à l’Ecole des Mines de Paris, implantée depuis trente sur Sophia à l’initiative du Sénateur Pierre Laffite, qui à l’époque était le directeur de l’Ecole. Une Ecole, très en avance dans le partenariat avec le privé et dont Michel Lenci, le Délégué du site de Sophia, nous présente les principaux centres de recherche.

FRANCOIS GOULARD RENCONTRE LES « SPIN-OFF » DE L’INRIA

François Goulard, le Ministre délégué à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, s’est rendu à Sophia Antipolis le 16 janvier. Une visite dans deux laboratoires de recherche publics où il a pu se rendre compte sur le terrain de la façon dont se mettaient en place les nouveaux outils permettant de faciliter le transfert de technologie.
A l’INRIA, le Ministre a ainsi peut découvrir les exemples de 3 jeunes entreprises créées par des chercheurs de cet institut pour mieux valoriser leurs recherches. Présentation de la visite de François Goulard avec le professeur Michel Cosnard, Directeur de l’INRIA.

FRANÇOIS GOULARD EN VISITE À SOPHIA ANTIPOLIS

François Goulard, le Ministre délégué à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, s’est rendu à Sophia Antipolis le 16 janvier. Au cours de ce déplacement, il a visité deux laboratoires publics de recherche très impliqués dans diverses formes de valorisation de la recherche. L’INRIA pour ce qui concerne l’essaimage et l’Ecole des Mines pour le partenariat entre la recherche publique et privée.
L’occasion également pour le Ministre de présenter les nouveaux outils mis en œuvre par le gouvernement, dans le cadre du Pacte pour la recherche, pour favoriser de telles activités, et notamment le label Carnot pour lequel l’Ecoles des Mines a fait acte de candidature.

L’AMÉNAGEMENT DE SOPHIA ANTIPOLIS EST LOIN D’ÊTRE TERMINÉ

Si la création du parc technologique et scientifique de Sophia Antipolis date de plus de trente ans, son aménagement est encore loin d’être terminé. Avec ses 120 hectares disponibles, l’aménagement de Sophia Antipolis représente un enjeu stratégique pour le département et doit relever le défi posé par le problème du logement des actifs comme nous l’explique Christian Cabrol, Directeur Commercial de la SAEM Sophia Antipolis, organisme chargé de la commercialisation du Parc.

POLE COMPÉTITIVITÉ SCS - TELECOM VALLEY

Le gouvernement français vient de lancer un appel à projets pour constituer des pôles de compétitivité industriels et technologiques.
Une centaine de dossiers ont été déposés sur le plan national : une vingtaine seront retenus avec à la clef une labellisation et des aides financières importantes. Parmi les projets en vue dans notre région figure celui lié aux solutions communicantes sécurisées.
Il réunit des compétences dans les domaines de la téléphonie, des cartes à puces ou semi–conducteurs.
Un marché important avec à la clef la création de 100 000 emplois.
L’association Telecom Valley réunissant des acteurs phares dans ce domaine est l’un des porteurs du projet. Son vice –président Jean Marc Djian évoque ses principaux atouts.

PLAN BLEU – LES RISQUES DE POLLUTION

La Méditerranée en danger ! Le développement continu du trafic maritime augmente jour après jour les risques d’une catastrophe dans une région qui accueille près de 30% du tourisme mondial.
Face à cette menace, les états s’organisent et mènent tout un travail de réflexion sur la région méditerranéenne à travers ce que l’on appelle le « Plan Bleu » dont le Centre d’études est implanté à Sophia Antipolis.
Guillaume BENOIT, Directeur du Plan Bleu, nous présente les missions de cet organisme et fixe les enjeux pour notre région.

CERAM EXECUTIVE

La chambre de commerce et d’industrie Nice Côte d’Azur dote la formation continue de nouveaux Bâtiments au Céram de Sophia –Antipolis. Ces locaux plus vastes accueillent les cadres et dirigeants d’entreprise et proposent toute une série de formations innovantes pour plus de performances.
Michel Bernasconi, directeur du Ceram executive, nous présente ce bouvel outil qui, selon Dominique Esteve, le président de la chambre de commerce, va permettre de renforcer la compétitivité des entreprises.

SOPHIA ANTIPOLIS – PROJET SAINT PHILIPPE

Si la création de Sophia Antipolis date de plus de trente ans, son aménagement est encore loin d’être terminé. Plusieurs projets sont actuellement à l’étude notamment sur Mougins et Valbonne. Mais le projet le plus avancé est celui du centre de vie de Saint Philippe, situé sur la partie biotoise du Parc.
Un projet qui devrait accueillir des implantations à caractère universitaire ou d’entreprises dans le secteur de la haute technologie, mais également un grand nombre de services dont l’insuffisance constitue le maillon faible de l’aménagement actuel du Parc.
Présentation du Projet St Philippe avec Christian Cabrol, Directeur Commercial de la SAEM Sophia Antipolis, organisme chargé de la commercialisation du Parc.